C’est quoi un onguent ?

Substance grasse ou résineuse, substance aromatique, de consistance molle, pâteuse, servant à divers usages: médicamenteux, cosmétique, phytosanitaire… c’est une pommade, baume ou crème, à la consistance pâteuse généralement employée pour une utilisation médicale afin d’apaiser une douleur quelconque, ou d’apporter un soin cutanée ou phytosanitaire.

Les onguents et les crèmes sont utilisés pour appliquer les effets thérapeutiques d’une ou plusieurs plantes médicinales sur la peau, soit pour la protéger (des agressions du froid par exemple), soit pour la soigner (dans le cas de brûlures ou d’éraflures par exemple).

Ingrédients pour réaliser un onguent

  • plante
  • huile d’olive
  • cire d’abeille.

L’onguent est de nature grasse, car il est fabriqué uniquement avec un macérât huileux et de la cire d’abeille, qui est très grasse elle aussi.

L’onguent a donc tendance à recouvrir la peau pour :

  • La protéger.
  • Délivrer les propriétés médicinales d’une plante en surface.

L’onguent peut être plus épais, ou plus liquide, selon que l’on met plus ou moins de cire d’abeille. Il se ramollit toujours lorsqu’on l’applique sur la peau.

Vous rencontrerez aussi le terme “baume”. Un baume est un onguent qui contient des composants aromatiques et volatiles. Le baume du tigre par exemple est un onguent contenant une grande quantité de menthol et d’eucalyptol. Un baume dégage d’intenses vapeurs aromatiques, alors que l’onguent a en général un parfum plus subtile et moins marqué.

La crème, elle, est une émulsion entre un macérât huileux et une base aqueuse, le tout stabilisé avec de la cire d’abeille. Elle est donc à la fois grasse et humide.

La crème va donc pénétrer la peau pour :

  • La nourrir et la protéger.
  • Délivrer les propriétés médicinales d’une plante en surface et en profondeur.

L’onguent est plus facile à réaliser, et plus stable au long terme car il ne contient pas de base aqueuse (les bactéries ne peuvent pas se développer dans les bases qui sont 100% grasses). Les onguents sont plus pratiques à emporter en voyage, en camping, ou dans un sac à main.

Préparation et matériel

La plante

Un macérât huileux des plantes choisies doit être réalisé auparavant.

La cire d’abeille

Il est de plus en plus difficile de trouver de la cire d’abeille de qualité et surtout non polluée. Une grande partie de la cire mondiale nous vient de chine ou d’Europe de l’Est, des endroits où le développement économique s’accompagne souvent de pratiques douteuses. Rapprochez vous, donc, d’un apiculteur biologique qui n’utilise pas de médicament pour traiter ses ruches.

La cire d’abeille est composée en majorité de corps gras, et la plupart des toxines sont liposolubles, c’est-à-dire qu’elles ont une affinité particulière pour les corps gras. Si la ruche est située dans un endroit pollué, la cire va donc regorger de polluants en tout genre. Voulons-nous vraiment mettre cela sur notre peau ?

De plus en plus de petits producteurs mettent leur cire à votre disposition aujourd’hui. Achetez donc directement au producteur, par internet ou en allant voir les apiculteurs autour de vous. Par contre, posez les bonnes questions, car beaucoup d’apiculteurs achètent la cire gaufrée à de grandes coopératives pour préparer leurs cadres, et cette cire peut bien évidemment provenir de Chine, Roumanie, etc. Assurez-vous qu’ils connaissent bel et bien la provenance de leur cire.

La cire devra être coupée en petit morceaux ou effritée, haché sous forme de granulés, avant de la mélanger au macérât huileux chaud.

utiliserez 12 grammes de cire pour 100 ml de macérât huileux.

Pour le récipient contenant l’huile infusée à chauffer, utilisez des verres gradués de cuisine en pyrex, afin de voir la quantité d’huile au départ, et la quantité finale lorsque la cire a été ajoutée.

Ces verres sont pratiques à nettoyer, et ils ont un bec verseur qui permet de verser l’onguent dans de petits pots sans en mettre à coté.

Pour stocker votre onguent, il vous faudra de petits récipients en verre avec couvercle. Le verre, étant un matériaux inerte, est bien sur préférable au plastique.

Technique de préparation

    • Préparez votre macérât huileux, ou votre mélange de macérâts, qui servira de base à l’onguent ;
    • Mettez une petite quantité de macérât sur le coté, qui sera utilisée au cas où l’onguent doit être liquéfié (si trop de cire a été ajoutée) ;
    • Mesurez la quantité de macérât à utiliser pour l’onguent au verre mesureur ;
    • Placez l’huile dans un récipient en verre au bain-marie. J’utilise personnellement un verre mesureur en pyrex, le même récipient me sert donc pour mesurer et pour faire chauffer ;
    • Placez la cire d’abeille découpée en petits morceaux dans l’huile – la quantité à utiliser est 12 g de cire par 100 ml de macérât huileux. Laissez une cuillère en inox dans le mélange afin de pouvoir mélanger régulièrement.
    • Mettez le feu au minimum. La cire va fondre petit à petit ;
    • Pendant que la cire fond, préparez vos petits pots alignés sur une table. Préparez aussi plusieurs morceaux de papier absorbant ;
    • Remuez régulièrement le mélange avec la cuillère en inox. Continuez à chauffer tant que vous voyez de petites particules de cire. Sur l’image du dessous par exemple, on pourrait croire que toute la cire a fondu. Mais en fait pas tout à fait. Le liquide doit être complètement homogène, sans aucune trace de morceaux de cire ;
    • Lorsque toute la cire a fondu, testez la consistance du mélange afin de voir s’il est à votre goût.
      • Prélevez un peu de mélange avec la cuillère en inox, et faites tomber quelques gouttes sur une petite assiette en porcelaine ;
      • Placez ensuite la petite assiette dans votre réfrigérateur ou mieux, dans le compartiment congélation. Cela va permettre à l’onguent de se figer très vite ;
      • Retirez l’assiette au bout d’une minute, et testez la consistance de l’onguent sur le dos de votre main.
      • Si l’onguent vous semble trop fluide, rajoutez un peu de cire d’abeille ;
      • Si l’onguent vous semble trop épais, rajoutez un peu de macérât huileux ;
      • Répétez le test après les modifications effectuées ;
    • Lorsque toute la cire a fondu et que vous êtes satisfait de la consistance de l’onguent, retirez le récipient du bain-marie ;
    • Essuyez bien le dessous du récipient afin d’éviter que de l’eau ne se retrouve dans les pots d’onguent.
      Versez immédiatement la préparation chaude dans les petits pots ;
    • Si vous désirez ajouter de l’huile essentielle dans vos onguents, il faut le faire maintenant. 2 ou 3 gouttes d’huile essentielle par pot suffit.
    • Laissez tomber les gouttes puis remuer immédiatement à l’aide de baguettes en bois (celles que l’on trouve dans les magasins chinois sont très pratiques), ou à l’aide du manche d’une petite cuillère.
    • Laissez les onguents refroidir, ne mettez pas encore les couvercles sur les pots ;
    • Lorsque les onguents sont froids, vous pouvez alors mettre les couvercles.
    • Étiquetez les pots avec le nom de la plante et la date.
    • Stockez vos pots dans un endroit frais, sec et à l’abri de la lumière.
    • Nettoyez les ustensiles en les passant à l’eau chaude et savonneuse.

Conservation

Les onguents se conservent assez longtemps, jusqu’à 2 à 3 ans, dans un endroit frais, sec et à l’abri de la lumière.

Les huiles essentielles vont stabiliser l’onguent, surtout si vous utilisez des anti-oxydants puissants comme l’huile essentielle de romarin. L’huile essentielle de lavande est aussi efficace pour la conservation. Et l’incontournable tea tree, la plus antiseptique et la plus efficace, mais n’en mettez pas trop car elle est puissante. Rajoutez 4 à 6 gouttes d’huiles essentielles pour 100 ml de macérat huileux.

La vitamine E aura le même effet. C’est un antioxydant très utilisé en cosmétique maison et qui se trouve sur internet ou dans votre boutique de produits naturels. Rajoutez 0.2 g (environ 8 gouttes) de vitamine E pour 100 ml de macérat huileux. procurez vous un extrait de vitamine E 100% naturel tel qu’un extrait d’huile de tournesol.


Baumes & Onguents

Baumes-Onguents
Baumes-Onguents

Idées d’onguent

    • Souci (Calendula officinalis) – érythèmes, brûlures, coups de soleil, éraflures, griffures ;
    • Consoude (Symphytum officinale) – coupures en surface qui se referment mal, dommages infligés aux os et au cartilage ;
    • Millepertuis (Hypericum perforatum) – brûlures et coups de soleil ;
    • Piment (Capsicum spp) – articulations arthritiques ;
    • Gingembre (Zingiber officinale) – muscles douloureux, spasmes musculaires ;
    • Plantain (Plantago spp) – piqûres d’insectes ;
    • Fragon, Marron d’inde, Hamalélis – problèmes de retour veineux ;
    • L’onguent ou “baume” à la propolis est destiné pour la peau, en cas d’affections cutanées.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.