La Dadant, la Langstroth, la Voirnot, et bien d’autres encore : quelle est la meilleure ruche ? Les vieux apiculteurs vous diront que le plus important n’est pas le contenant mais bien la qualité de la colonie qui la peuple à laquelle il faut attacher de l’importance. 

Avant de choisir sa ruche, il convient de se demander à quel type d’apiculture envisage-t-on de s’initier : professionnelle, de sauvegarde ou de loisir, c’est-à-dire pour simplement accueillir des abeilles dans son jardin et accessoirement récolter un peu de miel ; ou en tant qu’activité rémunératrice, dans ce dernier cas, il faut s’interroger quel est le volume de production visé et quel modèle de ruche utilisent majoritairement les apiculteurs locaux pour en partager leur expérience, le matériel, les moyens d’extraction, etc.

Choix d’une ruche ?

schéma, en vue éclatée, d'une ruche à rayons mobiles

schéma, en vue coupe, d’une ruche à rayons mobiles

Pour se lancer en apiculture, il faut entre autres connaitre les types de ruches pour choisir celle qui hébergera vos abeilles. Celles-ci varient selon les techniques d’apiculture préconisées par les apiculteurs et les régions où elles seront placées. De la ruche traditionnelle à la ruche moderne, de l’horizontale à la verticale, les unes avec cadres, les autres sans cadres. Voici une présentation de quelques ruches les plus connues.

Les ruches traditionnelles

  • Ruche en paille : C’est le modèle de ruches le plus ancien. D’un confort similaire à celui d’un habitat naturel, elle a la forme d’une voûte, sans socle ni rayons, avec un trou par lequel les abeilles entrent et sortent de la ruche. Elle est d’un usage temporaire (capture en urgence des essaims).
  • Ruche kényane (KTBH) : modèle de forme trapézoïdale, inspiré de la ruche traditionnelle grecque économique et facile à construire.
  • Ruche tronc : une ruche qui offre l’avantage de durer longtemps.
  • Ruche alsacienne (ruche Bastian) : un modèle qui est à la fois léger et facile à déplacer.

Les ruches horizontales

C’est le type de ruche qui offre aux abeilles un habitat qui ne nécessite ni cire, ni cadres préfabriqués. Ces ruches utilisent des Barrettes (amorcées avec de la cire).

Les ruches verticales

  • Ruche Dadant : ruche à 10 / 12 cadres. C’est le modèle standard chez les apiculteurs et le plus utilisé en Europe. Son volume offre plus de de réserves pour les périodes d’hivernage. .
  • Ruche Langstroth (standard) : un autre modèle standard, très prisé par les apiculteurs. Sa conception tient compte du confort des abeilles et l’emplacement des cadres est idéal.
    Sa manipulation est facilitée par la taille de ses hausses (17 cm de hauteur). Autre avantage : un seul type de cadre. Néanmoins, son volume est réduit par rapport à celui de la Dadant (près de 10 litres en moins).
  • Ruche Voirnot : c’est une ruche cubique qui a été créée par l’abbé Voirnot. Elle est très fréquemment utilisée dans les régions montagneuses et froides. Sa taille se situe entre la Dadant et la Langstroth (36 x 36 x 36). Divisée en deux, elle offre un bon modèle de nucléi de fécondation.
  • Ruche Warré (ruche populaire) : des ruches à barrettes, sans cadres, de forme carrée (30 x 30). Elles ont l’avantage d’offrir aux abeilles de meilleures conditions de vie, et de faciliter le travail de l’apiculteur.
    Pour extraire le miel, il n’est pas possible d’utiliser un extracteur. Il faudra presser les rayons et les égoutter par un filtre.

Autres types de ruches

  • Ruche Layens : délaissée en France, mais encore présente en Espagne. C’est une ruche avec des hausses uniquement sur la longueur. Elle a été créée au 19e siècle par un apiculteur de l’Est de la France, M. de Layens. Néanmoins, depuis les traitements de la varroase, le miel récolté a perdu de sa qualité.
  • Ruche WBC (William Braughton Carr) : modèle à 10 cadres, en forme de pagode, assez cher et difficile à manipuler.

Ruche de production : modèle des plus productifs (de 23 à 27 kg de miel). Les abeilles y circulent en dessous et au-dessus des cadres.


Sommaire

Ruche DadantRuche LangstrothRuche VoirnotRuche WarréRuche LayensRuche Kenyane (KTBH)


Quel type de ruche “de production” choisir ?

Il existe plusieurs modèles de ruche de production apicole. Chaque modèle porte le nom de son concepteur. En voici les modèles les plus couramment utilisés :

Préférez le modèle le plus utilisé dans votre région. Vous profitez ainsi du recul de vos collègues qui ont pu observer le comportement de leurs abeilles au cours des différentes saisons. De plus, si vous souhaitez échanger du matériel ou des essaims avec vos amis, vous avez plus de chance d’avoir des cadres standards !

La Ruche Dadant

Deux type de ruches Dadant, la ruche dadant 12 cadres ou la ruche Dadant 10 cadres, cette dernière étant plus populaire et plus facile à manipuler.

La ruche Dadant, c’est le modèle le plus couramment utilisé en France. Compte 10 cadres voire 12, elle offre un volume de 54 litres (offre plus de réserves pour l’hivernage) ;

La ruche dadant 12 cadres étant de forme carrée, ce qui permet de jouer sur la position des cadres (la ruche dadant 12 cadres, peut alterner en batisses chaudes ou en batisses froide).

La ruche de type Dadant 10 cadres est certainement la plus utilisée en Europe.

Dès le printemps, on place sur le corps de ruche une ou plusieurs hausses d’une hauteur de 17 cm, afin que les abeilles puissent emmagasiner leur récolte.

D’un volume légèrement plus grand que la Langstroth (44 litres), la Dadant (54 litres) offre plus de sécurité de réserves.

Parfois elle comporte 12 cadres, offrant ainsi encore plus de réserves pour les hivernages, en zone de montagne par exemple.

  • Dadant, 12 cadres, bonne ruche de montagnes, et pour les hivers longs et rigoureux… Sur rucher Fixe !   Pour transhumer, la Dadant 12C, c’est un peu galère à moins d’être à deux.
    A 1000m sur rucher fixe, c’est une bonne chose.

Si on transhume plus haut, à 1450m, la Dadant 10c est plus facile à déplacer, ça facilite des abeilles à gérer les problèmes climatiques. Hiverner ensuite tout cela à 500 ou 600m.  Après la floraison des pissenlits, monter les rucher en alpages : les ruches sont fortes et prêtes à démarrer au quart de tour… Car avec de la 12C au moindre coup de froid, les abeilles mettent le miel dans le corps, puis blocage de ponte puis essaimage.

L’hiver en montagne, laisser le fond grillagé ouvert et protégé des courants d’air. Le haut de la ruche bien isolé. Et surtout, retirer les planches de vol pour que la neige n’obstrue pas les entrées. Poser une ardoise inclinée devant le trou de vol afin d’éviter que les abeilles sortent attirées par le soleil qui se reflète sur la neige.

Astuce : envelopper ses ruches avec une coque en styrodur qui ne plaque pas la ruche (il faut de l’air).

Transhumer en montagne (1000-1200m) vers le 15 juin. Monte même en haute-montagne à 1800m vers le 10 juillet. Après, ça reste des miellées risquées surtout si la météo décide de nous gratifier de 10cm de neige au 15 août…

Par contre, ce qui pourrait être intéressant, c’est d’hiverner à 1000m pour être sûr d’avoir une belle rupture de ponte en décembre et traiter contre le varroa à l’AO. Puis redescendre les ruches plus bas début mars ou même fin février si les températures le permettent.

En altitude, il me semble que pour que ça fonctionne, il faille un rucher bien au sec et bien ensoleillé, et si possible avec des abeilles noires. Il me semble que ce qui est très important en altitude c’est d’avoir un rucher en plein soleil.
Le petit rucher en plaine plus difficile à gérer car l’été c’est la famine : En altitude, il y a toujours quelques choses à butiner.

La Ruche Langstroth

La Langstroth ou « standard » c’est le deuxième modèle le plus utilisé dans le monde. Souvent les hausses et le corps de ruche ont les mêmes dimensions (ruche divisible)  ;

Souvent conduite en ruche divisible, c’est-à-dire que le corps de ruche et les hausses sont de même dimension, elle offre l’avantage de n’avoir qu’un type de cadre.

Sous nos latitudes où nous pratiquons une apiculture moins mécanisée que dans les pays du Nouveau Monde, nous l’utilisons plutôt avec des hausses d’une hauteur de 17 cm, ce qui rend les manipulations beaucoup plus aisées.

La ruche Voirnot

La ruche Voirnot, souvent utilisée dans les régions froides et en montagne. Ruche cubique de 36 cm de côté. Très bon modèle de nucléi de fécondation si la hausse est divisée en 2 compartiments ;

L’abbé Voirnot (1844-1900) a mis au point une ruche cubique.D’une dimension intérieure de 36 x 36 x 36 cm, elle respecte bien la forme de la grappe d’abeilles.

Elle reste utilisée dans les régions aux hivers longs et rigoureux comme l’Est et le Centre de la France.

Si vous divisez en 2 compartiments sa hausse qui correspond à la moitié de la hauteur du corps, vous obtenez un excellent modèle de nucléi de fécondation.

  • Bonne ruche de montagnes, et des hivers longs et rigoureux

La Voirnot, est bien l’hiver mais sur rucher couvert uniquement car pas très stable en cas de forte chute de neige… et pour l’espace provisions c’est limite aussi…

La ruche Warré

La ruche Warré, rencontre un certain succès actuellement, de 30 cm de côté. Ruche utilisée en divisible (mêmes dimensions des hausses et du corps), se conduit souvent sans cadre (avec des barrettes) et sans cire gaufrée.

La ruche de l’abbé Emile Warré (1867-1951) est le modèle de ruche qui retrouve un certain succès actuellement.

Légèrement plus petite que la Voirnot 30 x 30 cm mais également carrée, elle respecte bien la forme de la grappe d’abeilles.

On l’utilise en divisible, donc mêmes dimensions pour le corps que les hausses.

Elle se conduit souvent sans cadres, juste des barrettes de dessus sur lesquelles les abeilles construiront leurs rayons ; on retrouve le même principe que pour la ruche kényane.

Si vous choisissez de la conduire avec des cadres, elle offre également l’avantage d’en avoir qu’un modèle tant pour la hausse que pour le corps, puisqu’il s’agit d’une ruche divisible.

Avantages

La warré est caractérisée par un élément plus petit que les autres type de ruche. Cette caractéristique permet de produire des miels monofloraux plus facilement, tout particulièrement les mauvaises années. En effet, en cas de petite miellée, nous avons un élément plein et operculé en warré alors qu’en dadant la hausse ne sera pas entièrement pleine et souvent pas encore operculée. Il faudra attendre et donc risquer le mélange avec d’autres miel.

Les cadres warré sont adaptés au extracteurs du commerce. Nous pouvons les extraire de manière tangentielle dans tous les extracteurs et de manière radiale à partir des extracteurs 20 cadres. Par ailleurs, avec l’utilisation de barettes, de demi-cadres ou de cadres sans fils, le miel peut être extrait par broyage sans extracteur. La taille réduite des cadres permet leur manipulation sans fils ce qui est plus compliqué avec de grands cadres comme avec les autres ruches. Il s’agit d’un avantage certain pour les petits apiculteurs dont l’amortissement et le stockage d’un extracteur ne sont pas simples.

  • Le poids réduit de la Warré permet des récoltes moins physiques.
  • La transhumance de ruches sur 2 corps est possible.
  • L’utilisation de barrettes réduit considérablement le coût de fonctionnement d’une ruche.

Désavantages

La petite taille des éléments est plus problématique en cas de forte miellée. En effet, les corps sont rapidement pleins. Il faut donc mettre des nouveaux éléments plus souvent. Mettre un corps dessus et dessous en cas de forte miellée peut vous éviter un blocage de ponte. Il est aussi intéressant de récolter au fur et à mesure que les éléments sont operculés pour limiter l’élévation en hauteur des ruches. Avec de bonnes abeilles et une forte miellée, il n’est pas rare d’avoir une ruche Warré avec 7 éléments.

Observations :

  • La ruche warré est la ruche dont le corps a le plus petit volume.
  • La Warré ne nécessitent pas l’utilisation de hausses de dimensions différentes, contrairement à la Dadant et la Voirnot.
  • La warré est adaptée aux petites miellées mais reste moins intéressante pour les grosses productions.

Conclusion

La ruche Warré a été conçue pour diminuer les coûts et le travail sur une exploitation (un type de cadres, utilisation de barrettes, poids moindre des éléments, etc.). Cette ruche est idéale pour les particuliers ne souhaitant pas multiplier le matériel et pour les exploitations dont l’élevage est le centre de l’activité ou pour les apiculteurs utilisant de l‘abeille noire (apis mellifera mellifica) espèce d’abeilles rustique, parfaitement adaptée à cette ruche.

Les abeilles dans une Warré sont bien moins stressées. La Warré est une excellente ruche pour qui prime le confort de l’abeille. L’abeille noire est parfaitement adaptée aux caractéristiques de cette ruche.

La Ruche Layens

La ruche Layens, assez peu utilisée en France, elle est très utilisée dans d’autres pays et notamment l’Espagne. Se travaille sans hausse, sur la longueur (altère la qualité du miel depuis les traitements de la varroase) ;

Le modèle de ruche Layens a un parcours étonnant. Créée en 1865 par M. de Layens, apiculteur dans l’Est de la France, elle est aujourd’hui délaissée en France alors qu’en Espagne elle représente dans certaines régions plus de 70 % des ruches.

C’est une ruche qui se travaille sans hausse, uniquement sur la longueur, ce qui n’est pas sans poser des problèmes de qualité de miel récolté depuis les traitements de la varroase.

La Ruche Kenyane (KTBH)

la ruche kenyane ou KTBH gagne en popularité. En forme de trapèze sans dimensions précises, la ruche KTBH ne nécessite ni cadre à fil ni cire gaufrée.

La ruche kényane (dite KTBH) demande à être plus connue même sous nos contrées. Directement inspiré des ruches traditionnelles grecques, ce modèle est réalisable sans outillage ni fournitures particulières.

De forme trapézoïdale, elle n’a pas de dimensions précises, sauf pour les barrettes de dessus qui correspondent à l’écartement naturel des rayons.

Pour en savoir plus
Le traité Rustica de l’apiculture, 2002, pages 237-241. Fert G., 2009, « La ruche kényane », Abeille et Fleurs n° 711 Warré E, 1948, L’apiculture pour tous.


Observations :

Les abeilles possèdent une grande capacité d’adaptation, de ce point de vue, tous les modèles de ruche conviennent à la production apicole. Pour mettre en place une production, même modeste, il faut tenir compte d’autres facteurs pour faire son choix.

A commencer par la condition physique de l’apiculteur, plus précisément son dos ! En effet, plus les dimensions et la capacité de la ruche sont importantes, plus celle-ci est lourde et pénible à manipuler. Dans ce sens, on trouve dans chaque modèle de ruches des sous-modèles au nombre de cadres réduits. Viennent ensuite le climat, le lieu et le milieu apicole, car l’entraide existe et c’est plus simple de se faire aider lorsque l’on dispose du même matériel que la plupart des apiculteurs locaux.

Précautions

En règle générale, si vous êtes installé dans une région aux hivers rigoureux, utilisez un modèle de ruche plus volumineux que si vous êtes dans une région clémente.

Attention

Malgré cet habitat imposé par l’homme, l’abeille dite domestique reste un insecte sauvage. Elle peut très bien vivre sans l’homme et, chaque année, l’essaimage est là pour nous le rappeler.

Conseil

Les abeilles ont une capacité d’adaptation telle que le type de ruche leur importe assez peu, mais une standardisation du matériel dans le rucher vous facilitera le travail.


Comparatifs : corps et des cadres

Modèles Nombre de cadres Longueur X largeur X hauteur (intérieur) du corps Longueur X hauteur des cadres Surface d’une face de cadres (dm²) Poids de miel par cadre Poids en miel dans un corps Type de ruche
Warré 8 300 x 300 x 210 285 x 200 5 1.7 13.6 Divisible
Dadant Blatt (10) 10 450 x 380 x 310 420 x 270 11.2 3.8 38 Verticale à hausse
Hausse Dadant 10 9 450 x 380 x 170 420 x 135 5.7 1.9 17.1
Voirnot 10 380 x 360 x 370 330 x 330 10.9 3.5 35 Verticale à hausse
Hausse Voirnot 9 380 x 360 x 200 330 x 165 5.45 1.8 16.2
Layens 20 ? x 345 x 405 310 x 370 11.5 3.7 variable Horizontale
WBC 10 238 x 375 x 375  343 x 203 6.9 2.3 23 Divisible
Langstroth 10 450 x 380 x 200 430 x 203 8.7 2.9 29 Divisible

Le tableau suivant présente les dimensions des différentes ruches.


PDF


Liens :

  • https://www.apiservices.biz/fr/articles/classes-par-popularite/49-le-pas-a-pas-quel-type-de-ruche-choisir
  • https://www.apiculture.net/blog/point-ruche-dadant-n14
  • https://www.apiculture.net/blog/comment-fabriquer-ruche-n51

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.