Le jardinier le sait bien : les insectes pollinisateurs sont essentiels pour la reproduction des plantes. Sans eux, pas de pollinisation, pas de fruits, pas de graines… Mais qui sont les insectes pollinisateurs les plus efficaces ?

Des plantes dépendantes des insectes pour leur pollinisation

Les insectes pollinisateurs, ce sont ceux qui permettent aux plantes à fleurs de se reproduire. Si certaines plantes sont pollinisées par le vent (plantes anémogames), la plupart d’entre elles le sont, entièrement ou en partie, par les insectes (plantes entomogames) qui viennent butiner pour se nourrir, et transportent ainsi involontairement les grains de pollen d’une fleur à une autre. Ce sont donc grâce à eux que ces fleurs sont fécondées et que la production de fruits et de graines peut avoir lieu. En clair, sans insectes pollinisateurs, pas de pollinisation pour de nombreuses plantes : on estime que la survie de 70 à 80% des plantes à fleurs dans le monde dépend des insectes. D’où l’intérêt de mieux les connaître pour mieux les protéger…

Les insectes pollinisateurs appartiennent principalement à 4 grands ordres :

Les lépidoptères : ce sont les papillons. En France, on compte 5200 espèces de papillons, la plupart d’entre elles (1950) étant, contre toute attente, des espèces nocturnes. Les papillons de nuit et les papillons de jour se nourrissent généralement du nectar des fleurs.

Les hyménoptères : ce vaste ordre (8000 espèces en France) regroupe de nombreux pollinisateurs comme les abeilles (abeilles domestiques mais également abeilles sauvages : on les oublie souvent, mais ces dernières jouent un rôle essentiel dans la reproduction des plantes), les guêpes, les bourdons, ou encore, de manière plus inattendue, les fourmis.

Les diptères : les mouches, mais aussi les syrphes et les bombyles font partie de cet ordre qui compte 8000 espèces en France. Ces insectes se nourrissent de pollen et de nectar. Souvent de petite taille, ils pollinisent les petites fleurs, délaissées par les insectes de plus grande taille qui sont attirés par des fleurs plus imposantes.

Les coléoptères : ce sont tous les insectes “à carapace”, type scarabées, gendarmes ou coccinelles. Parmi les 10.000 espèces de cet ordre, certaines vivent sur les fleurs, qu’elles pollinisent éventuellement, mais avec relativement peu d’efficacité. Ces insectes gourmands consomment en effet les étamines et le pollen et ne rendent donc pas forcément beaucoup service à la plante. Parmi les coléoptères pollinisateurs, citons la cétoine dorée (dont la larve est très fréquente dans les bacs à compost), mais aussi la trichie commune ou encore l’oedemere noble, que l’on aperçoit très souvent sur les fleurs.

D’autres animaux pollinisateurs

Pour polliniser les fleurs, il faut généralement pouvoir voler de fleur en fleur. Outre les insectes, d’autres animaux ailés se nourrissent de nectar ou de pollen et contribuent à la pollinisation : certains petits oiseaux exotiques (colibri), ainsi que quelques espèces de chauve-souris.

Critères du casting pour être un bon pollinisateur

Du rendement : un maximum de fleurs butinées en une journée. D’abord, pour être un pollinisateur efficace, il faut visiter beaucoup de fleurs dans une même journée. Le nombre de fleurs butinées par un insecte en 24h est fonction de ses habitudes alimentaires : s’il se nourrit exclusivement de nectar, comme le font les papillons, son seul moyen de trouver sa nourriture sera de butiner sans relâche de nombreuses fleurs. Le “score” est encore meilleur si les larves sont également dépendantes des fleurs : ainsi, chez les abeilles, tous les individus, larves et adultes, ont un régime alimentaire entièrement inféodé aux fleurs (nectar, pollen, miel). Pour nourrir tout ce petit monde, il faut butiner, butiner… d’où le rôle majeur des abeilles dans la pollinisation.

Volage mais sélectif : une certaine fidélité aux fleurs d’une espèce

Idéalement, l’insecte pollinisateur idéal doit être sélectif, c’est-à-dire préférer les fleurs d’une espèce donnée. Un insecte qui butine une fleur de cerisier, puis une fleur de pissenlit, et enfin une fleur de pâquerette ne pollinisera rien du tout ! En revanche, s’il a l’habitude de butiner essentiellement les fleurs de cerisier, là, la pollinisation est efficace.

Un corps poilu

Plus l’insecte est poilu, mieux il accroche les grains de pollen en se frottant aux étamines, pour les transporter d’une fleur à l’autre. Abeilles, bourdons, bombyles, trichies, papillons, mouches : ces insectes ont un corps couvert de poils. On a tous l’image d’un bourdon “saupoudré” de pollen en s’envolant d’une fleur !


Autres animaux utiles au jardin…

De nombreux autres animaux ont une action bénéfique pour le jardin. En se nourrissant d’insectes ou de rongeurs, ils évitent ou limitent les ravages dans les cultures. Ces aides bénévoles sont appelés des auxiliaires. Ces auxiliaires régulent donc les populations d’indésirables en participant à l’accroissement de la production fruitière ou en stimulant la vigueur des plantes.

Quelques exemples

  • Outre, les insectes pollinisateurs, cités plus haut, telles que les abeilles, aident à la fécondation des fleurs en butinant.
  • Les vers de terre aèrent la terre. Ils absorbent également la matière organique (notamment les champignons microscopiques qui abondent dans les sols) et empêchent ainsi le développement de nombreuses affections racinaires.
  • Les coccinelles dévorent d’innombrables indésirables du jardin comme les pucerons (jusqu’à une soixantaine par jour), les cochenilles (petits insectes parasites, piqueurs et suceurs de sève) ou les acariens.
  • Les chouettes, rapaces nocturnes, consomment beaucoup de rongeurs.
  • Les grenouilles capturent au vol quantité d’insectes.
  • Le crapaud a une réputation de gros mangeur de limaces lors de ses sorties nocturnes.
  • Le hérisson est également un gros consommateur de limaces.
  • Le troglodyte mignon (petit oiseau insectivore) fait son nid dans les haies. Il nourrit ses petits avec une grande quantité de larves d’insectes.
  • Les syrphes, petites mouches de 8 à 10 mm de long, ressemblent à des guêpes au corps doré strié de noir. On les repère grâce à leur vol très rapide en zigzag. Les larves sont de petits asticots aplatis qui rampent sur les plantes à la recherche des colonies de pucerons. Très voraces, elles peuvent en dévorer de 400 à 700 au cours de leur existence d’environ dix jours.

Les Animaux Utiles au Jardin

Les animaux utiles au jardin Guide de lutte biologique.compressed
Les animaux utiles au jardin Guide de lutte biologique.compressed

Les Nids d’Abeilles

Les nids d’abeilles
Les nids d’abeilles

LeButineur

Butineur
Butineur

PDF



Source

  • https://jardinage.lemonde.fr/dossier-70-animaux-utiles-jardin.html

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.