Lexique d’Apiculture

Saint-Ambroise, patron des apiculteurs


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


A

Abdomen

Partie postérieure de l’abeille dans lequel se situent le jabot, l’estomac, l’intestin grêle chez l’ouvrière, les organes génitaux chez la reine et les mâles.

Le dard venimeux de l’abeille est situé à l’extrémité de son abdomen

Abeille (“avette” ou “mouche à miel”)

Apis mellifera ou aussi Apis mellifica

de la famille des hyménoptères, cet insecte est porteur d’ aiguillon et vit en colonie ou société très bien organisée comprenant une reine (ou mère), des ouvrières et durant une époque de l année un certain nombre de mâles.

Beaucoup d’espèces d’abeilles récoltent le nectar qu’elles convertissent en miel et stockent comme réserve alimentaire. Mais seules les abeilles qui vivent ensemble en grande colonie stockent des quantités de miel appréciables; parmi elles, il y a les abeilles des espèces Apis (abeilles domestiques), Trigona et Melipona (abeilles mélipones) qui sont considérées depuis toujours comme des fournisseuses de miel. Jusqu’au dix-septième siècle, le miel des abeilles était la seule substance édulcorante courante disponible.

Les abeilles domestiques les plus couramment utilisées sont les races d’origine européenne de Apis mellifera, une espèce d’abeille domestique également indigène d’Afrique et du Moyen Orient. Les abeilles domestiques ne sont pas indigènes des Amériques, d’Australie, de Nouvelle Zélande ou des îles du Pacifique, mais au cours des quatre siècles derniers, les races d’origine européenne y ont été introduites. Au cours des 30 dernières années, leur utilisation en Asie a augmenté. Le matériel et les technologies apicoles sont conçus pour être utilisés avec les races d’abeilles domestiques d’origine européenne. Et la majeure partie des études sur les abeilles leur sont essentiellement consacrées.

    • Insecte social vivant en colonie -constituant un super-organisme– et produisant le miel et la cire (fait partie de l’ordre des hyménoptères).
    • L’abeille européenneavette ou mouche à miel (Apis mellifera) est une abeille à miel originaire d’Europe. Elle est considérée comme semi-domestique. C’est une des abeilles élevées à grande échelle en apiculture pour produire du miel et pour la pollinisation.
    • Le nom de genre Apis est le terme latin signifiant « abeille », et l’épithète spécifique mellifera signifie « qui donne du miel », en référence à la tendance de l’espèce à produire une grande quantité de miel pour le stocker au printemps et en été avant consommation pendant l’hiver.
    • L’abeille européenne occupe désormais tous les continents sauf l’Antarctique. En raison de sa grande diffusion, cette espèce est le pollinisateur le plus important pour l’agriculture à l’échelle mondiale. Un certain nombre de ravageurs et de maladies menacent l’abeille, en particulier le syndrome d’effondrement des colonies. Les néonicotinoïdes, insecticides utilisés en agriculture conventionnelle, sont, de par leurs effets neurotoxiques, particulièrement préjudiciables aux colonies d’abeilles.

Abeille Buckfast (frère Adam)

L’abeille Buckfast est une sous-espèce d’Apis mellifera relativement récente. Elle a été façonnée par croisement entre différentes sous-espèces européennes, africaines et asiatiques à l’Abbaye de Buckfast au Royaume Uni, par le frère Adam, au milieu du 20e siècle.

Abeille carniolienne (Apis mellifera carnica)

  • Sous-espèce d’Apis mellifera originaire des Alpes slovènes.
  • Race d’ abeille de couleur grise et appréciée pour sa douceur et sa robustesse , choisie par la Commission d’ élevage SAR . En provenance d’ Autriche de Yougoslavie ou des pays balkaniques.

Abeille caucasienne (Apis mellifera caucasica)

  • race d’ abeilles en provenance de Russie , appréciée pour sa douceur et son rendement .
  • Sous-espèce d’Apis mellifera originaire du Caucase.

Abeille italienne (Apis mellifera ligustica)

Sous-espèce d’Apis mellifera originaire d’Italie, parfois appelée abeille jaune.

Abeille noire (Apis mellifera mellifera ou mellifica)

Sous-espèce (ou race géographique) d’Apis mellifera.

Apis mellifera mellifera, ou apis mellifera mellifica est l’abeille originelle du Nord de l’Espagne jusqu’à l’Europe de l’Est. C’est l’abeille européenne vernaculaire, celle qui a résisté à deux glaciations : c’est l’espèce indigène d’Europe de l’ouest présente du nord des Pyrénées jusqu’en Pologne. Cette espèce comprends plusieurs écotype (alpin, landais, breton, cévenole, belge etc.)

Plusieurs conservatoires d’abeilles noires ont été créés en France voir article

Abeillaud

Ce nom donné au mâle, autrefois, tend à disparaître, de nos jours remplacé par le terme de “faux-bourdon“.

Abreuvoir

si ce terme n’ est pas spécifique à l’apiculture, il n’ en est pas moins un élément indispensable. Un grand récipient rempli d’ eau sucrée sera placé dans chaque rucher dans le but d’ apporter l’ eau nécessaire aux abeilles.

Acare (masc.)

  • De la famille des acariens et de l’ordre des très petits arachnides (aranéide = araignée, arachnide).
  • Nom de certains parasites de l’ordre des acariens.

Acariose

  • maladie provoquée par un acarien microscopique de l’espèce Acaparis woodi.
  • Acaparis woodi attaque et parasite les bractées des abeilles.

Adultération du miel

l’adultération d’une substance est la modification volontaire de celui-ci soit par l’ajout d’une substance ou soit par le retrait. Il peut aussi s’agir du remplacement d’une substance par une autre. Dans le cas de miels frauduleux, du sirop de glucose est ajouté au miel soit directement dans la ruche soit encore après la récolte.

Pour éviter ces produits frelatés, privilégiez l’achat de miel directement en vente directe chez le producteur.

Aération

nécessaire aux abeilles en été par fortes chaleurs mais également en hiver. Aussi, ne calfeutrez pas vos ruches exagérément durant la période hivernale, mais prenez garde aux prédateurs (souris , mulot , etc)

Ailes

grâce à ses deux paires d’ailes fixées à son thorax, l’abeille peut voler.

Alvéole (masc.)

Cellule de cire de forme hexagonale confectionnés par les abeilles

  • Un compartiment de section hexagonale d’un rayon de ruche
  • Structure de cire en forme d’hexagone dans laquelle sont stockés du miel, du pollen ou le couvain des abeilles.

Amibiose

Maladie parasitaire des tubes de Malpighi, due à la présence d’amibes et caractérisée surtout par la dysenterie.

voir article

Amorce (sur barrette & cadre)

Bande de cire gaufrée (ou non) que l’on fixe, en l’introduisant dans la rainure de cadre à l’aide d’un filet de cire.

  • Afin que la colonie d’abeilles construise le rayon dans le bon sens, on prépare les barrettes ou les cadres en collant une languette de cire gaufrée sous la barrette ou sous le cadre du haut du cadre ou bien en laissant une traînée de cire et de propolis ou bien en laissant un reliquat du rayon avant sa récolte pour ce qui concerne les cadre ou barrette de hausse.
  • l’amorce se fait souvent avec un simple filet de cire fondu sous le cadre ou la barrette.
  • Seule la cire d’opercules doit être recyclée.

Ampoule rectale

  • Réservoir situé à l’extrémité de l’abdomen et qui termine le tube digestif de l’abeille. Ce réservoir est extensible et stocke les déchets de la digestion. Il se vide périodiquement au cours du vol de propreté.

Amusette

ébauche de cellule royale construite par les abeilles. Les amusettes sont souvent annonciatrices de la fièvre d’essaimage. Si la reine vient y pondre, la fièvre d’essaimage a commencé. Généralement les amusettes sont détruites par les apiculteurs professionnels lors des inspections.

AO (Acide oxalique)

(prophylaxie) Traitement d’hiver, lorsque la reine est en blocage de ponte, pour le traitement du varroa

Anaphylactique (choc)

L’anaphylaxie, ou choc anaphylactique, est une urgence médicale grave causée par une réaction allergique immédiate et généralisée : il y a risque de mort si on n’intervient pas rapidement. C’est une réaction rapide et violente (5 à 20 min).

Le choc anaphylactique est une réaction allergique exacerbée, entraînant dans la plupart des cas de graves conséquences et pouvant engager le pronostic vital.

Il s’agit d’une manifestation d’hypersensibilité immédiate due à la libération de médiateurs vasoactifs chez un sujet au préalable sensibilisé.

Voici le cadre plus fréquent : rapidement, dans les 5 à 20 minutes après l’ingestion d’un aliment ou une piqûre d’insecte, le malade présente un malaise général : c’est la multitude de symptômes et leur rapidité d’apparition qui marque la gravité de la réaction.

Les symptômes peuvent être :

    • cutanés : démangeaisons, urticaire géante, gonflement du visage (avec ou sans œdème du larynx)…
    • digestifs (nausées, vomissement, diarrhées, douleurs abdominales, etc.) ;
    • respiratoires (difficulté à respirer, asthme, écoulement du nez) ;
    • la voix peut devenir rauque ;
    • autres : le pouls peut s’accélérer (tachycardie), l’enfant somnole, a du mal à rester éveillé, à parler.

Dès qu’il y a plus de 2 symptômes en même temps = grand danger.
Il s’agit d’une réaction allergique généralisée.

A noter que dans la plupart des réactions allergiques alimentaires mortelles, l’asthme est impliqué dans 80 % des cas.

LE SEUL TRAITEMENT du choc anaphylactique EST L’ADRÉNALINE,  le plus souvent sous forme de stylo auto-injecteur (Anapen, Jext, Epipen). 

Il faut agir tout de suite !!!

(démonstration)

…puis appeler le SAMU (le 15)

Il est recommandé de disposer d’un minimum de deux stylos injecteurs dans sa trousse de secours.
En effet, dans certains cas, très sévères, une seule injection demeure insuffisante et en exige une seconde.

Angiosperme

  • Végétal dont les organes reproducteurs sont condensés en une fleur et dont les graines fécondées sont enfermées dans un fruit

Apiculture

Élevage des abeilles Apis mellifera.

Sa source se perd dans la nuit des temps et c’est  Aristée, d’après la légende, qui sut faire l’élevage ou la culture d’ abeilles. A notre époque c’est l’art d’élever des abeilles afin d’en récolter du miel et autre produits de la ruche.

Apiculteur

Personne qui élève des abeilles avec tous les soins nécessaire et technique connus de nos jours.

  • Celui qui s’occupe d’élever des abeilles domestiques .
  • Apiculture,  qui concerne l’élevage d’abeilles ,l’exploitation des produits de la ruche : miel, pollen, cire, gelée royale et propolis.Cette activité peut être familiale , professionnelle ou de loisir.

Apiculteur de loisir ou apiculteur amateur

  • L’apiculteur de loisir détient entre 1 et 50 ruches.
  • Entre 50 et 199 ruches, il est considéré comme apiculteur pluriactif.

Apiculteur professionnel

Un apiculteur professionnel est un apiculteur qui vit de son activité. Au sens de la Mutuelle Sociale Agricole (MSA), il détient un minimum de 200 colonies d’abeilles ou travaille au moins l’équivalent de 1200 heures par an.

Apidés

Famille d’insectes hyménoptères comprenant les abeilles domestiques et sauvages.

Apier

Nom ancien utilisé pour désigner un rucher.

Apis mellifera

Abeille à miel, parfois appelée abeille domestique, présente sur tous les continents (hormis l’Antarctique).

APIMONDIA

Fédération internationale des associations d’apiculture dont font partie une cinquantaine de pays .

Apithérapie

Pratiques médicales développées autour des produits de la ruche pour la santé humaine et animale.

Apivore

insecte qui se nourrit d’abeille.

Aromathéraphie

Les huiles essentielles sont des concentrés de principes actifs de plantes obtenues par distillation. Il s’agit de produits naturels mais pas nécessairement doux.

Arrhénotoque (reine)

  • La reine ne pond que des mâles lorsque la spermathèque est vide (pathologique ou épuisement des réserves de spermatozoïdes de la spermathèque), ou lorsqu’elle n’a pas été fécondée.

Ascosphérose (couvain plâtré)

Le couvain plâtré, encore appelé communément couvain calcifié, couvain dur ou mycose (et qui répond au doux nom scientifique d’ascophérose) est une maladie du couvain provoquée par un champignon, Ascosphera apis. Elle est exceptionnellement responsable de la perte de la colonie mais peut freiner son développement et la production de miel (ce qui plaît rarement à l’apiculteur). S’il n’est pas rare de rencontrer quelques larves atteintes évacuées devant la ruche, situation peu inquiétante, il faut la considérer, lors d’atteinte notable, comme un révélateur de mauvaises conditions de vie pour la ruche et en tirer des conséquences.

Atrophié

  • C’est la diminution de volume ou de taille, plus ou moins importante, d’un membre, d’un organe ou d’un tissu, le contraire de l’atrophie est l’hypertrophie.

Auvent

Avant-toit permettant une certaine quasi-imperméabilité de la planche de vol. Il peut être fixe ou amovible.

Avettes (mouches à miel)

Nom commun donné parfois à nos abeilles

Dans certaines régions de France, on a appelé les abeilles « mouches à miel » jusqu’au 15ème siècle

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


B

Barbe (Faire la)

Par temps très chaud, les abeilles se mettent en groupe, s’agglutinent à l’extérieur de la ruche et pendent devant la ruche en dessous de la planche d’envol. Cela forme comme une barbe.

  • Manifestation des abeilles quand il fait chaud (>30°). La température étant trop élevée à l’intérieur des ruches, les abeilles incommodées se répandent au-dehors, autour de l’entrée de la ruche.
  • Traduit un manque d’aération.

Barrette d’élevage

Latte en bois sur laquelle se fixent les supports des porte-cupules. Les lattes sont amovibles pour en faciliter la manipulation. Les barretes sont placées dans des cadres pour être introduites dans les starters.

Bâtisse

Voir “Cadre

Bâtisses chaudes et froides

  • Bâtisse chaude,
    • cadres ou barrettes disposés de façon parallèle au trou de vol et (qui) permettent d’économiser sur les provisions.
    • ruche à bâtisse chaude: ruche dont la disposition des cadres est parallèle à l’entrée de la ruche. Le premier cadre protège le reste de la ruche du froid venant de l’entrée. C’est un avantage pour le couvain qui n’est pas refroidi et pour la colonie qui dépense moins d’énergie pour maintenir la température de la ruche. Voir photo ci-contre. Par opposition à ruche à bâtisse froide..
  • Bâtisse froide
    • les cadres sont perpendiculaires au trou de vol ce qui favorise plus la ventilation.
    • ruche à bâtisse froide: ruche dont la disposition des cadres est perpendiculaire à l’entrée de la ruche. Il n’y a pas de cadre qui protège le reste de la ruche du froid venant de l’entrée. Par opposition à ruche à bâtisse chaude.

Toutes les ruches du commerce (en tout cas Dadant, Langstroth), sont en bâtisse froide. Pourquoi ?
Les ruches étaient en plancher fermé, ce qui défavorisait l’aération, donc la bâtisse froide était privilégiée :

Lorsqu’on a des corps carrés, comme la Warré ou la Dadant 12 cadres, on peut pivoter!

Bâtisse chaude : Quand ça pèle !
Bâtisse froide : Quand il fait chaud !

L’abbé Warré préconisait d’installer une hausse vide en dessous du corps de ruche afin d’atténuer le sentiment de confinement en été et les effets des vents froids d’hiver. 

Bee-Space

Le principe du bee-space étant :

  • moins de 6mm les abeilles bouchent avec de la propolis
  • plus de 10mm les abeilles bouchent avec de la cire
  • entre ces deux valeurs, les abeilles respectent l’espace: Avec une aire bien optimale, les abeilles circulent bien et elles n’ont plus à utiliser les produits pour le colmatage.

Ce qui en définitive n’est rien d’autre que l’espace nécessaire permettant la circulation des abeilles entre les cadres et les parois et qui doit être proche de 8 mm, c’est ce que les anglophones nous ont baptisés le “bee space”, et qui depuis des lustres n’est pas forcément rentré dans nos habitudes, en admettant que l’abeille à besoin d’un certain espace pour se déplacer et horreur d’un certain vide, vu qu’en dessus 10mm l’abeille colmate à la cire et en dessous 5/6mm à la propolis !

  • écartement optimal entre les cadres: 35 mm, (max 41mm)

Bigoudi

Accessoire qui s’adapte sur les cupules une fois acceptée par les abeilles et placée dans les finisseuses (ou finisseurs)… Cet accessoire sert à protéger les reines de la première née (chant de la reine).

BLATT

Apiculteur suisse, il a adapté la dimensions des cadres de la ruche Dadant, d’où le nom (Dadant-Blatt).

Blocage de ponte

Situation qui se produit dans la colonie quand la reine manque de place pour pondre par exemple suite à un engorgement de miel. L’apiculteur peut aussi provoquer volontairement cette situation en plaçant la reine en cagette pour lutter contre le varroa en supprimant ainsi le couvain non operculé. Pour plus de détails sur cette technique.

Bloc de ponte

Boitier équipé de plots sur lesquels la reine vient pondre et qui permettent le déplacement, le transfert des larves sans toucher les jeunes larves tout en conservant l’intégralité de la gelée royale dans laquelle les jeunes larves baignent… Contrairement à l’usage du picking.

Bourdonneuse (reine, ruche) 

  • Reine âgée dont les œufs non fécondés ne donnent naissance qu’à des mâles.
  • Etat d’une ruche dans laquelle seules des mâles sont pondus. Généralement il s’agit d’une ruche orpheline (depuis plusieurs semaines) dont les abeilles privées de reine se mettent à pondre. Toutefois, n’étant pas fécondes, ces abeilles ne pondent que des œufs de mâles non viables (parthénogenèse).
  • Les ruches bourdonneuses sont perdues. On secoue les cadres à l’entrée du rucher.
  • le couvain de mâles est caractéristiques avec ses opercules en forme d’ampoules et sa largeur plus importante que pour le couvain d’ouvrières.

Bournas

  • Nom autrefois donné aux ruches qui étaient soit en paille, soit en terre et même dans les troncs d’ arbres.
  • Cette dénomination varie selon les régions (bourgne, bornais…)

Bractée

En botanique, une bractée est une pièce florale en forme de feuille faisant partie de l’inflorescence. Un ensemble de bractées compactes, adjacentes, forme un involucre.

Intermédiaire entre la feuille et la fleur, la bractée est souvent similaire à une feuille (on parle alors de « bractée foliacée »), mais elle peut aussi ressembler à une fleur ou à un pétale de fleur, notamment par ses coloris. Beaucoup de bractées, dites membraneuses, ont une consistance particulière, translucide et coriace, et une couleur cuivrée, argentée ou dorée.

Il s’agit visiblement d’un signal destiné aux abeilles et les invitant à venir polliniser la fleur.

Brèche 

Rayon de cire que l’on trouve dans la ruche ou bien fixé sur un tronc d’arbre par un essaim sauvage.

  • Gâteau de  cire et de miel dans les cires en paille.
  • Tout débris de rayon de cire retiré de la ruche.
  • Les brèches qui traînent au rucher favorisent l’essaimage.

Brosse

  • La brosse à abeilles, est nécessaire à l’ apiculteur lors de la récolte afin de débarrasser les cadres d’abeilles restantes.
  • Elle doit être ni trop dure ni trop souple pour être efficace.

Brosse à Pollen

  • Propre à l’abeille ouvrière, cet organe permet de recueillir le pollen grâce aux poils situés sur les pattes de l’abeille.
  • La reine et le faux-bourdon sont dépourvus de brosse à pollen.

Butiner

voir Proboscis

  • se dit des abeilles qui visitent les fleurs pour y chercher la nourriture de la ruche.
  • Le butinage est fonction de la longueur de la langue de l’abeille
  • pour exemple, l’abeille noire ayant un langue courte ne peut butiner le trèfle blanc

Butineuse

L’abeille vit plusieurs stades au cours de sa vie (déroulement de carrière) et parmi ces stades -le dernier dévolu aux plus vielles abeilles- qui consiste vers le 21e jour, de vie d’abeille, à aller collecter le nectar, d’où son nom.

  • Une (abeille) butineuse va de fleur en fleur en amassant du pollen ou du nectar.

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


C

Cadre (bâtisse)

Cadre, généralement en bois, au milieu duquel la colonie construit un rayon de cire qui sera rempli par du couvain, du miel, ou du pollen.

  • assemblage de lattes de différentes grosseurs selon le modèle de la ruche utilisé, et armées d’ un fil de fer étamé sur lequel on fixe de la cire gaufrée que l’ on place dans le corps de la ruche.
  • Quatre lattes de bois réunies pour former un rectangle destiné à recevoir un rayon de miel. Deux cadres sont séparés l’un de l’autre du passage d’abeille dans la position verticale.
  • Les cadres sont séparés l’un de l’autre en respectant l’espace d’abeille

Cadre à jambage

Le cadre à jambage a été développé par Bernard Nicollet (testé depuis 2005). Cette méthode permet aux abeilles de dresser et construire de manière rapide des cadres neufs.

A la différence d’un cadre standard, il ne contient qu’une petite bande d’amorce de cire gaufrée sous la barrette horizontale principale. La structure de la cire est très fragile sur un cadre entier, c’est pourquoi une baguette de renfort est dressée en diagonale. Par conséquent, le gaufrage des abeilles et très bien réparti sur deux zones au lieu d’une seule zone.

Par conséquent, nul besoin de filage, c’est uniquement la baguette en bois qui va renforcer la structure entière.

Le cadre à Jambage offre l’opportunité aux abeilles de construire les cellules de mâles là où elles éprouvent le besoin de les élever, contrairement à la cire gaufrée qui n’offre que des cellules de femelles et laisse les cellules de mâles sur les extrémités.

  • Le cadre à jambage permet ainsi de réduire l’essaimage.

Cadre d’élevage

Latte en bois sur laquelle se fixent les support des porte-cupules. Les lattes sont amovibles pour en faciliter la manipulation. Les barrettes sont placées dans des cadres pour être introduites dans les starters.

Cadre équipé de cales supportant des barrettes. En cadre de hausse, on peut mettre 2 rangées de barrettes ; en cadres de corps Dadant, 4 rangées de barrettes.

il s’agit d’un accessoire pour l’élevage de reines, en batterie.

Cadre Libre

Cadre sans cire gaufrée, juste amorcé.

Cadre à mâles

La pose dans le corps de ruche d’un cadre avec une demi cire ou d’un cadre de hausse Dadant dans le corps va provoquer la construction par les abeilles de cellules de mâles.

  • La durée d’operculation plus longue de celles-ci attire le varroa (de l’ordre de deux à trois fois plus attirant pour le varroa)
  • L’élimination du cadre à mâles avant la naissance des faux-bourdons permet ainsi de réduire en mai juin le nombre de varroas dans la ruche.
  • Voir aussi Lutte contre le varroa durant la saison.

Cadre-témoin

Le cadre témoin est placé dans une découpe de la ruche et est protégé par une plaque de verre ou plus souvent de plexiglas. Il permet d’observer l’intérieur de la ruche sans l’ouvrir et constitue un excellent moyen de détection d’un futur essaimage.

Cadre vide bâti

cadre déjà bâti (rayon d’alvéoles), mais alvéoles vides, que l’on peut utiliser dans une ruche stater ou un nucléi pour le remplir d’eau, de miel ou de sirop.

Cagette

Dispositif utilisé pour enfermer la reine.  La cagette d’introduction est utilisée pour habituer les abeilles aux phéromones de la reine. La reine est libérée après que les abeilles ont consommé le candi qui sert de fermeture. Il existe aussi la cagette Scalvini pour bloquer la ponte de la reine et permettre de ne plus avoir de couvain operculė.  On a recours à cette technique juste après la récolte du miel pour permettre un traitement à l’acide malique contre le varroa.

Cage à reine

Boîte grillagée permettant de transporter les reines sans risque. Sert aussi pour l’introduction des reines.

  • Une fois la reine introduite dans la cage, la cage est fermée avec du Candi. Les abeilles rongeront le sucre pour libérer leur reine.
  • Cette technique permet d’augmenter le taux d’acceptation d’une reine par des abeilles d’une autre colonie.

Calcifié

Se dit d’un couvain malade dont les larves ou nymphes momifiées, de couleur blanchâtre puis verdâtre, ne se rencontre que dans le couvain operculé.

Calendrier Apicole

Le calendrier apicole guide le travail de l’apiculteur et l’aide à harmoniser ses activités avec la floraison et le cycle de développement naturel des abeilles.

Le calendrier apicole aide l’apiculteur dans l’élevage d’abeilles en lui donnant des repères dans le temps.

Voir article

Candi (pain de)

  • Sucre, purifié et cristallisé utilisé pour nourrir les colonies; le sucre de betterave sert à sa fabrication.
  • Mélange de miel et de sucre glace servant à nourrir les abeilles à certaines époques.
  • Le candi représente une nourriture de qualité qui ne déclenche jamais le pillage (contrairement au miel) et qui évite aux abeilles un gros travail d’évaporation, comme c’est le cas avec une nourriture liquide, du nectar, du miellat ou du sirop, par exemple.
  • De plus il sert à garnir les cages à reines de nourriture et à régler la libération des reines selon le désir de l’apiculteur.

Préparation solide à base de sucre et de miel : Stimulant, au printemps pour les abeilles mais aussi en automne pour compléter les provisions hivernales.
Jusqu’à la constitution d’une pâte très homogène. Différentes proportions sont proposées:

    • 10 kg de sucre glace
    • 2 kg de sucre
    • 1 à 2 kg de miel
    • 1 litre d’eau chaude

Caste

  • Différence sociale entre les individus d’une même colonie (chez les abeilles, les fourmis…)
  • Dans la ruche, il s’agit, des ouvrières, des faux-bourdons, et de la reine… chacune ayant un rôle spécifique à jouer dans le bon fonctionnement de la colonie.

Cellule

également appelés alvéole. Sur un rayon on trouve celles déstinées aux ouvrières et celles destinées aux mâle.Ces dernières ont des dimensions supérieures et en certaines périodes (essaimage), nous rencontrons une ou plusieurs cellules royales en forme de gland.

Cellule Royale (CR)

Cellule destinée à l’élevage de la reine. Positionnées verticalement, contrairement aux cellules d’ouvrières et de mâles qui sont hexagonales, les cellules royales ressemblent à des morilles avec le chapeau en bas.

Cellule de 9mm de diamètre où est élevée une reine. Ces cellules pendent à la verticale en excroissance des cellules de couvain d’ouvrières.

  • Cellule où est élevée la reine.
  • De la forme d’une cacahuète
  • il existe des CR de sauveté, de remérage ou d’essaimage, ainsi que des amusettes*…

Cellule royale: au départ d’un œuf fécondé, les ouvrières en donnant de la gelée royale en grande quantité vont procéder à l’élevage d’une nouvelle reine. La cellule qui l’enveloppe est plus longue. Une reine après le vol nuptial vivra jusqu’à quatre ans et pourra pondre des oeufs (jusqu’à 2500 à la belle saison) qui donneront naissance aux abeilles et aux faux-bourdons.

  • Les cellules royales ont globalement une longueur de 18 mm et un diamètre intérieur de 8 mm.

Cellule Royale d’essaimage

Au printemps, les abeilles édifient des amorces de cellule royale (amusettes) tout autour du cadre (rarement au milieu du cadre). Si la reine n’a plus de place pour pondre, alors elle pond ces amusettes. L’essaimage a lieu le plus souvent lorsque la ruche est pleine de couvain et de miel.

S’il n’y a pas de cellules fermées, nous détruisons toutes les cellules royales. En effet, la reine n’a pas encore attaquée son “régime”, condition obligatoire pour pouvoir voler loin (fièvre d’essaimage). La tache est fastidieuse car on secoue tous les cadres pour n’en oublier aucune. Ensuite nous désorganisons le nid à couvain en alternant dans le corps cadres de couvain et cadre vide. Nous insérons un voir deux cires gaufrées dans le nid à couvain car il y a beaucoup de cirières prêtes à partir avec la reine. Nous posons ensuite la hausse avec les cadres de couvain du corps. Si nous sommes en période d’élevage, nous ne détruisons pas les cellules des cadres montés en hausse et nous faisons un essaim artificiel.

Si les cellules royales sont fermées, généralement il est trop tard pour conserver sa belle colonie. nous faisons alors plusieurs essaims. S’il n’y a pas de cellules royales ouvertes et d’oeuf, c’est que la reine est déjà parti. Nous secouons alors beaucoup d’abeille dans les essaims car les butineuses vont retourner à la ruche mère et nous laissons sur le rucher les essaims car les cellules fermées sont fragiles.

Mais l’essaimage arrive aussi lorsque une colonie très populeuse est vide (instinct de survie), c’est pourquoi nous pesons régulièrement les ruches pour en estimer les réserves de nourriture… (#) un corps de Dadant ne doit pas faire moins de 35 kg sinon nourriture d’autant pour atteindre ce poids au mois de décembre (#)

Enfin, certaines souches ont un caractère génétique très essaimeur. L’essaimage commencera alors que les ruches ne sont ni vides ni pleines. Généralement l’essaimage se fera à des périodes propices comme des printemps ou la nature apportera beaucoup et il se produira le plus souvent sur une belle colonie relativement garnies mais pas forcement pleine à  craquer. On peut alors faire des essaims mais le caractère essaimeur sera multiplié au sein du cheptel. L’idéal est alors de changer la reine

Cerificateur Solaire

Boîte munie d’ une vitre permettant de fondre lentement la cire, grâce à l’action du soleil.

Chant de la Reine

Le “chant” de la reine est un son vibratoire produit par les reines vierges et caractéristique de la période d’essaimage. (une reine en ponte et même des ouvrières peuvent chanter mais ce n’est pas le sujet de cet article).

Le chant est le plus souvent émis par la première reine vierge éclose pour annoncer sa présence à la colonie. S’il y a d’autres cellules royales prêtes à éclore dans la ruche, les autres reines vierges – souvent empêchées d’éclore par les ouvrières – peuvent y répondre de l’intérieur de leur cellule. Si ces réponses sont nombreuses et que la colonie est assez forte, la première reine vierge formera souvent un essaim secondaire qui quittera rapidement la ruche. Si les réponses sont peu nombreuses ou la population trop faible, la reine essaiera de tuer ses concurrentes dans leur cellule ou les combattra si elles sont déjà écloses.

Le chant est un « tuut-tuut-tuut » interrompu de silences. Il est particulièrement audible en soirée, quand le rucher est calme et que les butineuses sont rentrées dans leur colonie.

Chasse-Abeilles

Appareil placé entre la hausse et le corps de la ruche servant a laisser sortir les abeilles et leur interdisant l’accès à la hausse, ce dispositif sert à faciliter le travail de la récolte de l’ apiculteur et à supprimer le stress des abeilles.

Ce dispositif en forme de labyrinthe permet donc de récupérer des hausses avec très peu d’abeilles. L’utilisation du chasse-abeilles est extrêmement simple et facilite énormément les opérations de retrait des hausses au moment de la récolte (à placer 12 heures avant la récolte des hausses, ni plus ni moins, au dela les abeilles commencent à revenir dans la hausse)

Chitine

Substance organique azotée qui n’ est rien d’ autre que la peau de l’abeille (exo-squelette) et consiste plutôt en une cuirasse rigide.

Cire

  • Substance grasse sécrétée par l’abeille ouvrière âgée d’environ 18 jours.
  • Matière molle, jaunâtre et fusible sert à construire les cellules nourricières des larves et de la reine.

L’ abeille se sert de ses pattes postérieures pour recueillir les petites écailles qui se forment sous son abdomen et qu’ elle mastique avant d’édifier les cellules, en compagnie de ses “collègues”.

  • La cire est une sécrétion du corps des abeilles, produite surtout en temps de récolte et par température élevée. Elle apparaît sur la partie inférieur de leur abdomen en lamelles ou écailles qu’elles détachent et mâchent pour les employer et confectionner les rayons.
  • On fait la distinction entre cire de rayon et cire d’opercule. La cire d’opercule étant de meilleure qualité et plus chère à la revente car elle ne contient aucune pollution de produits chimiques ou pharmaceutiques.

“Cirer des cadres”

Expression qui désigne l’action de poser des cires gaufrées sur des cadres

Cire “gaufrée”

  • Réalisée à partir de la récupération de vieux cadres ou de cire d’opercule
  • Fines feuilles de cires embouties ou imprimées de la marque du fond de cellules d’ouvrières rarement de mâles sur lesquelles les abeilles vont construire leurs cellules (appelées rayon étiré).

Cire d’opercules

Bouchons de Cire des alvéoles de couvain et de miel

  • Il existe de la cire d’opercule de miel (récupérable) de teinte claire et imperméable (le mmiel hydrophile, ne doit pas absorber d’humidité).
  • cire d’opercule de couvain de teinte foncée perméable (afin que le couvain puisse respirer

Seule la cire d’opercules doit être recyclée… à l’instar des cires laissées à construire par les abeilles sur cadres libres

Cirière

Après avoir été nourrices (jeunes abeilles), les abeilles âgées de 14 jours deviennent cirières (bâtisseuses).

Colonie

Population d’abeilles se composant d’ouvrières, de mâles et d’une reine, 30 à 50 mille ouvrières et 1 à 2 mille mâles (ou faux-bourdons)

  • Une communauté d’abeilles possédant une reine et quelques milliers d’abeilles, et pendant une partie de l’année, une certaine quantité de mâles ou faux bourdons; les abeilles vivant ensemble sous forme d’unité sociale.

Compagnonnage

Apiculteur chevronné qui apprend l’apiculture à un ou plusieurs apiculteurs débutants. Les leçons se font au rucher et sont essentiellement pratiques. Idéalement, le compagnonnage doit être complété par une formation théorique.

Condensations 

  • Humidité de l’air qui se transforme en goutte d’eau dû à la différence de température entre 2 endroits ( chaud et froid)

Congrégation (de mâles)

  • Endroit précis où les reines vierges et les faux-bourdons se donnent rendez-vous pour s’accoupler.

Couteau à Désorperculer

Couteau servant à couper la cire d’opercules qui ferme les alvéoles de miel, dans la miellerie.

Couvain

ensemble des œufs et des larves que l’ on trouve dans les cellules et qui ont été pondus par la reine.

  • La nursery de la ruche
  • Ensemble constitué par les œufs, les pupes, les larves et les nymphes des abeilles généralement rassemblé en sphère au centre de la ruche, dans une chaleur et une humidité constantes.
  • Le couvain est “ouvert” si œufs et larves ne sont pas encore operculés et “fermé” dans le cas contraire.
  • Le couvain “de tout âges” contient des couvains ouvert et fermé.
  • Amas d’œufs d’abeilles des toutes les castes (ouvrières, mâles, reines)
  • Le couvain est l’amas d’œufs d’abeilles. Dans une ruche, ce sont les rayons qui contiennent les œufs et les larves.

Couvain: partie des cadres de la ruche qui est destinée à la reproduction. Le couvain est situé au centre de la ruche et a une forme de ballon de rugby. Dans les alvéoles, on retrouve des œufs, des larves et les nymphes. On parle aussi de couvain ouvert, ou naissant ou non operculé : il est constitué des oeufs et des larves. Par opposition au couvain fermé par une opercule de cire: ce couvain se trouve à la fin du stade larvaire et de la nymphose. A l’entour du couvain, on retrouve les alvéoles avec le pollen et ensuite les réserves de miel.

Couvain naissant

  • Jeunes abeilles en train de se frayer le passage hors de leur cellule, au bout de 21 jours pour les ouvrières et 24 jours pour les mâles (16 jours pour les CR).

Couvain operculé

Couvain qui ne peut plus être récupéré pour l’élevage de reine et qui est prêt à émerger,c’est le stade avant celui du couvain naissant…

  • Rayon de couvain operculé en quasi totalité.

COUVRE-CADRES

  • C’ est le plafond de la ruche il peut être en bois, plastique ou en toile (de jute).
  • Il protège les cadres.
  • Il garantie un espace de passage pour les abeilles par dessus les cadres (très important durant l’hiver).
  • Ca peut être un nourrisseur inversé.

Clippage

Action de couper une ou les deux ailes de la reines pour éviter que l’essaim ne s’ envole de la ruche à sa suite.

Cocon

Enveloppes dans lesquelles les larves s’enferment à l’intérieur des cellules durant leur transformation

Cupule

  • alvéole artificielle en plastique ou en cire.
  • amorce de cellule royale artificielle, en plastique, de 9mm de diamètre. Elle sera achevée en cire par les abeilles. Les cupules sont positionnées à la verticale sur les barrettes d’élevage. Fragiles, elles sont fixées sur un portes-cupules qui en facilite les manipulations.

Cuticule

ce qui compose l’exo-squelette de l’abeille

La cuticule (du latin cuticula « petite peau ») est la couche externe qui recouvre et protège les organes aériens des végétaux, des champignons et les organes de certains animaux.

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


D

DADANT Charles

Né en 1817, mort en 1902.

Débutant très tôt dans l’apiculture, il apporte des modifications à certaines ruches qui donnent un résultat très satisfaisant. Ses ouvrages sont d’une grande qualité et d’une grande utilité.

Dadant Charles naquit à Vaux-sous-Aubigny et mourut à Hamilton, Illinois, où il émigra en 1863. Dadant est considéré comme l’un des fondateurs de l’apiculture moderne. Il inventa la ruche à cadre Dadant (42 × 26,6 cm) et fonda à Hamilton l’une des premières fabriques de matériel apicole. L’usine reste la propriété de la famille Dadant.

Sa rencontre en 1849 avec l’inventeur Paix de Beauvoys (identifié comme l’auteur de la première ruche à cadres) et la lecture de son ouvrage, furent un moment marquant de sa vie.
Sa rencontre avec l’apiculteur Moses Quinby l’enthousiasma et l’incita à poursuivre en apiculture. À la fin de la guerre civile, Dadant débute avec 9 colonies et parcourt le Mississippi, avec son fils, où il vend du miel et de la cire (dont il confectionne des bougies).
Dadant adopta le système des ruches à cadres mobiles (l’apiculture dite « mobiliste » est relative aux cadres amovibles, qui s’oppose à l’apiculture « fixiste » où les bâtisses de cire sont figées, comme les abeilles construisent dans la nature). Il adapta ses ruches à des dimensions précises. Ce choix de ruches a fait perdurer son image dans le temps, par les modèles de ruches qui portent encore aujourd’hui son nom.

Danse des abeilles

C’est à l’éthologue autrichien Karl von Frisch (1886-1982), dans son ouvrage Vie et mœurs des abeilles, que l’on doit la description de ce qu’il nomme « langage des abeilles » et la compréhension des « danses » des abeilles. Sa théorie, soutenue par les travaux de son élève Martin Lindauer, a été confirmée en 1986 à l’aide d’un robot miniature capable d’exécuter cette danse des abeilles.

Mouvements en forme de “8” qu’effectuent les abeilles pour s’indiquer une direction à suivre pour trouver un refuge ou une source d’alimentation.

c’ est une sorte de langage animal : cette danse d’une butineuse expérimenté permet de communiquer aux autres abeilles la direction d’ une source de nectar. Cette danse tient compte de la position du soleil.

Dard

C’ est le moyen de défense de l’abeille. En effet, pour se débarrasser d’un adversaire , l’abeille lui inocule à l’ aide de son dard ou aiguillon son venin.

Les mâles sont dépourvus de dard

Déclaration du nombre ruches et ruchers (N.API)

  • Cette formalité est à faire dés la première ruche (obtention d’un numéro NAPI
  • puis annuellement cette formalité doit être renouvelée par tous les propriétaires de ruches avant le 31 décembre de l’ année en cours, auprès des services vétérinaires du département (la formalité se fait en ligne à partir du mois de septembre).

Désoperculer

action de l’ apiculteur d’ enlever la fine pellicule de cire. Déposée par les abeilles sur les alvéoles de miel , afin de recueillir ce dernier.

  • Enlever le couvercle (l’opercule) des rayons.
  • Les ouvrières pratiquent l’operculation en recouvrant l’alvéole contenant une petite larve d’un bouchon poreux partiellement isolant.
  • C’est alors que la larve file son cocon et devient nymphe. Une fois ouvrière, elle se débarrasse du bouchon et gagne la surface du rayon.
  • Le miel aussi est operculé lorsque le nectar passe en dessous de 20% à 18% d’humidité.
  • Lors de la récolte des hausses de miel, l’apiculteur doit aussi désoperculer

Dérive

même avec une bonne orientation les abeilles revenant de butinage, au rucher, peuvent entrer dans d’autres ruches, surtout lorsque celles-ci sont mal placées.

phénomène constaté dans les ruchers où les ruches sont alignées. Les butineuses au retour sont parfois fatiguées et ont tendance à atterrir sur les planches d’envol des ruches positionnées aux extrémités. Ces ruches se renforcent au détriment des colonies placées au centre. Cela s’appelle la dérive. Ce phénomène est accentué par le vent qui rend le retour à la ruche plus difficile. pour éviter la dérive, évitez l’alignement de vos colonies.

Diastase 

  • Enzyme provoquant l’hydrolise

Dioïque 

se dit d’une arbre qui porte les fleurs mâles et femelles.

Division 

  • Action qui consiste à diviser une colonie en deux ou en trois pour en faire de nouvelles colonies.

Divisible 

Voir, Ruche Divisible

  • Type de ruche composé d’éléments de mêmes dimensions (Hausses et corps de ruche), tel que la ruche Warré ou la ruche Dadant 12C

Dysentrie

maladie ordinaire qui peut devenir infectieuse si elle est accompagnée d’ autres affections (kystes d’ amibes , noséma). Se déclare en général au printemps et peut être provoquée par une trop longue réclusion hivernale ou par la consommation de mauvaise nourriture (miellat de forêt par exemple). Cette forte diarrhée découverte est en général accompagnée d’ odeur nauséabondes de cadavres et nécessite l ‘ intervention immédiate de l’ apiculteur , mesure d’ hygiène , avec traitement éventuel.

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


E

Ecotypes

  • Un écotype est une population d’une espèce donnée qui a du développer des aptitudes nouvelles pour s’adapter à un type de situation nouvelle pour l’espèce.
  • L’abeille noire, espèce vernaculaire d’Europe, compte plusieurs écotypes (alpin, breton, auvergnat, landais, etc.)

Écumer

Débarrasser de l’écume et des impuretés (particules de cire et pollen) le  miel qui , fraîchement extrait , laisse apparaître une couche d’ écume au-dessus des bidons ou du maturateur .

Elevage

  • L’élevage des mères (reines) permet à l’apiculteur de faire une bonne sélection, de remplacer des mères âgées ou de remembrer une colonie orpheline.
  • C’ est une opération qui demande une connaissance des abeilles.

Éleveuse

colonie organisée pour pouvoir poursuivre l’élevage d’une ou plusieurs cellules royales amorcées dans un stater.

Emballement des reines

Se dit lorsque la mère est entourée d’ abeilles folles qui cherchent à la tuer (par étouffement), surtout après l’introduction d’une nouvelle reine.

Enfumoir

Il pourrait être “l’indispensable“, car utilisé à bon escient, c’ est un accessoire essentiel à l’apiculteur. La fumée dégagée par l’enfumoir doit être blanche et froide. Inventé par Quimby.

attention, donc, au combustible utilisé.

  • Outil de l’apiculteur qui produit de la fumée dans le but de prévenir les piqûres d’abeilles.
  • La fumée froide calme les abeilles.
  • Avant toute visite l’apiculteur doit prévenir de son intervention en envoyant un signal de fumée sur l’entrée de la ruche, quelques instants avant son intervention.
  • La fumée froide n’agresse pas l’abeille et provoque chez elle un réflexe d’amassage de nectar qui la calme, une fois le nectar dans son jabot.

Emplacement (du rucher)

Le terrain le plus favorable est celui qui n’est pas humide, protégé des grands vents par des haies et bénéficiant du soleil levant, sans oublier le point d’ eau naturel ou artificiel (abreuvoir d’eau de pluie) nécessaire aux abeilles.

Enzyme 

  • Une enzyme est une protéine fabriquée par l’organisme qui permet l’activation ou l’accélération de réactions chimiques. Elles jouent un rôle dans toutes les fonctions, comme la digestion avec des enzymes intervenant dès le stade buccal avec les amylases contenues dans le suc sécrété par les glandes salivaires puis les différentes enzymes digestives qui décomposent les grosses molécules en substrats plus petits qui pourront être incorporés par l’organisme.

Ensemencement du miel

action de mélanger un miel qui a les qualités d’onctuosité désirées au miel récolté pour favoriser la cristallisation. Voir aussi la mise en pot du miel.

Essaim

Groupe d’ abeilles composé de 40 à 60 mille ouvrières, de 1 à 2 mille mâles (faux bourdons) et d’ une reine. Lors d’ une promenade en forêt, il n’ est pas exceptionnel de se trouver en présence d’ un essaim ayant élu domicile dans un tronc d’ arbre.

Groupe d’abeilles qui cohabite ensemble, (super-organisme contenant 3 castes : ouvrières, mâles et reine).

  • Ensemble d’abeilles, formé lors par la division naturelle d’une colonie. Celles-ci se séparent en deux, l’ancienne reine partant lors de l’essaimage, avec la moitié des abeilles qui se sont gorgées d’une réserve de miel.

Essaimage

Besoin inné chez l’abeille répondant à un mode naturel de multiplication de l’espèce et des colonies.

Phénomène naturel qui permet à une colonie d’abeilles de se multiplier. A la belle saison, la moitié des abeilles d’une colonie quitte celle-ci avec la reine et va chercher un nouvel endroit pour s’installer. Dans la ruche qui a donné naissance à l’essaim, les abeilles vont construire plusieurs cellules royales pour élever une nouvelle reine qui après fécondation va continuer le développement de la colonie.

Essaimeuse (ruche, abeilles)

Faculté de la colonie à essaimer. Il s’agit d’un défaut qui écarte la colonie qui en est affectée des critères d’élevage.

Certaines souche d’abeilles sont essaimeuses. La Carnica est bien plus essaimeuse que la Noire ou l’Italienne,

Entonnoir à essaims

Genre d’ustensile métallique rectangulaire qui, comme son nom l’indique, facilite l ‘introduction d’essaim dans les ruches. Il permet de même d’y brosser les abeilles des rayons sortis lors de l’extraction de miel. Existe en exécution de forme arrondie pour ramassage d’essaim et autre travaux tels que filtrage en vue de peupler les ruchettes de fécondation ou formation d’essaims artificiels.

Entrée de vol (ou trou de vol)

L’observation attentive d’ une entrée de vol permet à l’apiculteur de savoir ce qui se passe à l’intérieur de la ruche et s’il faut ou non ouvrir la ruche afin d’examiner plus en détail les cadres.

Éperon

Outil avec un manche et une molette utilisé pour la fixation des feuilles gaufrée sur les fils de zinc. Remplacé de plus en plus par un appareil électrique (transformateur de courant).

Épicéa 

Arbre résineux (famille des conifères) voisin du sapin et producteur de miellat.

Épizootie (fém.)

Épidémie qui frappe les animaux : Loque européenne, loque américaine, dont la déclaration auprès des services sanitaires est obligatoire.

Eusocial

L’eusocialité est un mode d’organisation sociale chez certains animaux suivant lequel un même groupe d’individus vivant ensemble est divisé en castes d’individus fertiles et non fertiles.

Extracteur

  • Une machine pour l’enlèvement du miel des cellules des rayons et qui utilise la force centrifuge.

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


F

Fausse-teigne 

C‘ est un lépidoptère. Ce petit papillon, lorsqu’il pénètre dans la ruche provoque des dégâts considérables. Les hausses entreposées par l’apiculteur ne sont pas à l’abri de cet ennemi si toutes les précautions nécessaires n’ont pas été prises

Mite qui pond des œufs à l’intérieur de la ruche qui donnent naissance à des larves qui détruisent les cires. Les larves en se propageant tissent une toile très caractéristique sur les cires. Une ruche en bonne santé parvient à se débarrasser sans difficulté de la fausse-teigne. Les dégâts causés par cette mite peuvent aussi être très importants dans les hausses pendant l’hivernage. Les moyens de s’en protéger sont expliqués dans l’entreposage des hausses. Il existe deux sortes de fausse-teigne: la petite et la grande.

Faux-bourdon

mâles, nettement plus gros que l’ ouvrière, leur rôle essentiel consiste à féconder la reine. A la fin de l’ été,  ils sont expulsés de la ruche par les ouvrières.

Autrefois appelé “abeillaud” on lui a donné le nom de faux-bourdon du fait de sa ressemblance avec le bourdon.

il s’agit du mâle de l’abeille. Plus gros qu’une ouvrière, le faux-bourdon ne pique pas. Son rôle unique est la reproduction. Il joue un rôle essentiel durant le vol nuptial au cours duquel la reine est fécondée. Il n’y a des faux bourdons que d’avril à septembre.

Fermeture (porte de ruche)

La porte de ruche offre plusieurs position : fermé aéré, réduction ou retrait de porte.

Mettre les portes pour réduire les entrées est aussi indispensable et ce dès la dernière récolte de miel effectuée.

En les plaçant :

  • vous réduisez le pillage en cas de famine après récolte
  • vous empêchez l’entrée des rongeurs qui pourront trouver le gite et le couvert…
  • générez la prédation et l’entrée des frelons asiatiques, dont la pression se fera croissante en automne
  • Fermer la ruche pour la transporter.

Folle bâtisse

construction anarchique qui ne respecte pas les cadres proposés .  Dès qu’un espace de plus de 7 mm est laissé entre deux elements (cadres, toit, parois …) les abeilles vont construire ou obstruer.

Fièvre d’Essaimage

L’essaimage est un phénomène observé dans les ruches d’abeilles, quand la reine et une partie des abeilles (l’essaim) quittent la ruche pour former une nouvelle colonie. L’essaim forme alors un nuage d’abeilles qui peut atteindre une vingtaine de mètres de long et qui parcourt son territoire à la recherche d’un endroit propice pour s’établir et reformer une colonie.

L’essaimage se produit généralement au milieu du printemps ou au début de l’été quand le climat est favorable et les ressources sont disponibles. Souvent avant les miellées, ce qui permet à la colonie-mère prise de « la fièvre d’essaimage » et à la partie restée dans la ruche de se développer, de construire sa nouvelle ruche et de constituer des provisions.

En temps normal, les phéromones émises en permanence par la reine empêchent les ouvrières d’élever une autre reine. Si la reine se met à diffuser moins de phéromones, quelle qu’en soit la raison, la colonie est prise de la « fièvre d’essaimage ». Cette fièvre est détectable grâce à des signes précurseurs :

  • Les ouvrières bâtissent des cellules royales qui sont plus grosses que les autres et qui ont la particularité d’être construites verticalement, contrairement aux cellules horizontales de mâles, d’ouvrières ou de stockage de pollen ou de miel.
  • Les ouvrières donnent des petits coups de tête à la reine et cessent de la nourrir. La reine pond donc de moins en moins. En temps normal, le couvain ouvert occupe plus de place que le couvain operculé. Quelques jours avant l’essaimage, à cause du manque de place pour pondre mais surtout à cause du ralentissement de la ponte, le couvain operculé occupe plus de place que le couvain ouvert. C’est au moment où ce rapport s’inverse que l’essaim part.
  • Les ouvrières semblent désœuvrées sur la planche de vol. Leurs glandes à cire se développent et 6 petites plaques de cire apparaissent sur leur abdomen (on peut les voir en retournant l’abeille) pour être prêtes à construire de nouveaux rayons de cire alvéolaires dans la future ruche.

Quand la reine consent à déposer des œufs dans une dizaine de cellules royales ou que les ouvrières y ont transporté des œufs et qu’elles sont operculées, le processus est enclenché. Quelques jours plus tard, de jeunes reines vont naître. Amaigrie par l’arrêt de la ponte, l’ancienne reine peut désormais voler et accompagne l’essaim juste avant la naissance de celles qui la remplaceront. Ces princesses vont combattre à mort pour devenir la nouvelle reine-mère qui hérite de la ruche.

Avant de partir, chaque abeille se gave de miel afin de disposer d’assez d’énergie pour assurer la migration qui peut durer 3 jours. Le départ de l’essaim se fait à l’occasion d’un début d’après-midi ensoleillée, avec la moitié de l’effectif de la colonie (s’il s’agit d’un essaimage primaire). Après un essaimage primaire (de la vieille reine), un essaimage secondaire (avec une reine vierge) se forme souvent environ 8 jours après et parfois un tertiaire 3 à 4 jours plus tard.

Lorsqu’un essaim d’abeilles émerge d’une ruche, il ne s’envole pas directement vers son nouveau site. Il se pose généralement dans un arbre ou sur une branche à quelques mètres de la ruche d’origine (ce qui permet parfois à l’apiculteur de le récupérer s’il le voit à temps). A cet emplacement, l’essaim se regroupe autour de la reine et envoie entre 20 et 50 abeilles éclaireuses à la recherche de nouveaux sites convenables. Cet arrêt intermédiaire ne dure que de un à trois jours. C’est à partir de cet emplacement temporaire que la grappe déterminera le bon site de nidification en fonction du niveau d’excitation des danses des abeilles éclaireuses.

Si la ruche est forte (trop forte ?) sur 8 ou 9 cadres de couvains, on pourra facilement créer 3 essaims. A ce rythme, le nombre de colonies au rucher peux vite exploser.

Fil à cadre

Vendu en bobine de 250g ou 500g soit galvanisé, soit étamé, Il est fixé dans les cadre afin de maintenir la cire gaufrée. Le fil est  placé de différentes façons dans le sens vertical , horizontal ou autre…

Finisseuse (ou finisseur)

On appelle finisseur une ruche spécialement organisée, fortement peuplée, capable de produire beaucoup de nourrices pour développer les cellules royales jusqu’à l’operculation.

La colonie finisseuse est celle qui recevra les cellules royales amorcées par la colonie éleveuse afin de pouvoir présenter à celle-ci une nouvelle série d’amorces.

Cette méthode “starter – finisseur” est intéressante lorsqu’il s’agit d’élever un nombre important de reines, mais est inutile pour une petite quantité. Dans ce cas la colonie éleveuse suffit et les cellules royales peuvent rester dans celle-ci jusqu’au retrait qui a lieu le 9 ème jour après l’amorçage, dans ce cas, les cellules seront, dès l’operculation, protégées à l’aide de cages types “bigoudi” car la première reine naissante détruirait toutes les autres cellules.

Conditions

La colonie finisseuse doit être dans les mêmes conditions que la colonie éleveuse c a d : posséder la fièvre d’essaimage ou être proche de celle-ci.

Préparation du finisseur

La reine reste dans la colonie et est chassée dans le corps du bas. Les éventuelles cellules royales d’essaimages sont détruites. 1 cadre comportant une vingtaine de cellules royales amorcées de 24h00 par la colonie éleveuse est placé dans la hausse, au centre et entre deux cadres de couvain ouvert.

La grille à reine est placée entre les deux corps en veillant à ce que la reine reste dans le corps du bas. Dès l’operculation des cellules, celles-ci sont placées en couveuse ou protégées par des bigoudis. En principe, la colonie choisie comme finisseuse peut être utilisée telle, pendant toute la durée des élevages. elle peut donc recevoir plusieurs séries de cellules royales.

1 – Introduction :

Il existe de nombreuses méthodes permettant de préparer une colonie à l’élevage royal. Cela va, du simple petit essaim en ruchette jusqu’au starter permettant de produire une grande quantité de reines à la fois.

En partant du principe énoncé ci-dessus, nous allons ici, nous intéresser essentiellement au starter permettant de produire un nombre assez important de cellules royales.

2 – Quel type de ruche utiliser pour l’élevage ?

Tous les modèles de ruches conviennent mais il s’avère que la ruche divisible est la plus fréquemment utilisée car les corps et hausses sont identiques et permettent de constituer un starter des plus efficace avec rapidité et simplicité.

PRELEVEMENTS DES LARVES PAR “PICKING”:

Lors du prélèvement des larves, le cadre est posé sur un support à 30° environ, l’avant bras bien calé sur le bord de la table et le poignet sur le bord du cadre, le geste des doigts sur le pinceau devient rapidement précis et sûr. Il faut aller vite pour éviter que les larves ne se dessèchent, d’où la goutte d’eau dans la cupule, remplacée par une dilution de gelée royale par les professionnels.

Ne pas lécher le pinceau, mais le rincer à l’alcool non modifié à 70° (le plus désinfectant). En cas de réutilisation des cupules les laver avec un pinceau à l’alcool après les avoir grattées des restes de gelée royale et de cocon.

NUCLEUS DE DEMARRAGE :

On réalise de petits paquets d’abeilles. Il suffit de prendre dans une ruche sur deux cadres de couvain les abeilles qui s’y trouvent. On les pulvérise d’eau et on secoue le cadre sur un toit. Ces abeilles sont versées dans les nuclei. Mis dans un autre rucher ces petites populations s’installent sur les trois cadres bâtis qu’on leur a mis, deux cellules de reines prêtes à éclore sont installées entre deux cadres, de la nourriture et le nucleus fonctionne.

MANIPULATION DES REINES :

Les reines nées. Lorsqu’elles sont en ponte, on les marque. Les prendre par les ailes, puis entre le pouce et l’index l’attraper par le thorax, jamais par l’abdomen sous peine d’abîmer ses ovaires. On la marque d’une goutte de peinture à l’acétone déposée entre les deux ailes par un stylet du genre bois d’allumette.

L’élevage c’est compliqué à expliquer, c’est simple à faire. C’est l’apiculture adaptée aux contraintes actuelles. L’élevage se fait à plusieurs, c’est plus facile de se partager les tâches à l’un les nuclei, à l’autre l’éleveuse, au troisième la sélection. A tous le picking !

Frelon asiatique

Le Vespa velutina est un insecte prédateur de l’abeille et d’autres insectes, arrivé en provenance du continent asiatique en 2004.

Fumée (de l’enfumoir)

Avant d’ouvrir une ruche, on projette à l intérieur un peu de fumée afin de calmer les abeilles. Le combustible employé peux être de la toile de jute, des copeaux de bois, des feuilles mortes sèches. L’ important est que la fumée soit froide, c’est-à-dire blanche.

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


G

Gardienne

après avoir été cirière, l’abeille âgée de 16 à 20 jours, surveille et garde l’entrée de la ruche.

Gaufrier

Appareil en métal permettant de fabriquer de la cire gaufrée, à partir de cire récupérée dans les rayons de la ruche. Compte tenu qu’on se doit de changer 20% des rayons de chaque ruche, chaque année.

Gelée royale

gelée produite par les glandes hypo-pharyngiennes et mandibulaires des très jeunes abeilles durant leurs premiers jours d’existence.

  • Sécrétion du système glandulaire des abeilles nourricières
  • La gelée royale est une substance blanchâtre aux reflets nacrés. Elle a une consistance gélatineuse. C’est le produit de sécrétion du système glandulaire des abeilles nourricières. La gelée royale sert à nourrir les larves durant les trois premiers jours de leur vie, les larves destinées à devenir reines jusqu’au 6ème jour de leur vie et enfin la reine, qui se nourrit de gelée royale durant toute son existence.
  • La gelée royale est le produit de sécrétion du système glandulaire céphalique (glandes hypopharyngiennes et glandes mandibulaires) des abeilles ouvrières, entre le cinquième et le quatorzième jour de leur existence (ouvrières qui portent alors le nom de nourrices). C’est une substance blanchâtre aux reflets nacrés, à consistance gélatineuse, de saveur chaude, acide et légèrement sucrée, qui constitue la nourriture exclusive :
    • De toutes les larves de la colonie, sans exception, de leur éclosion jusqu’au troisième jour de leur existence.
    • Des larves choisies pour devenir reines jusqu’au cinquième jour de leur existence.
    • De la reine de la colonie pendant toute la durée de son existence à partir du jour où elle quitte la cellule royale.
      • La gelée royale contient en moyenne :
        • Lipides : 4,5 %
        • Glucides : 14,5 %, du glucose et du fructose pour la plus grande partie, et en proportions nettement moindres du saccharose, du maltose, de l’erlose, du tréhalose et du mélibiose.
        • Protides : 13 % (acides aminés à l’état libre ou combiné)
        • Eau : environ 66 %.
      • On y trouve également des vitamines (la gelée royale est le produit naturel connu le plus riche qui soit en vitamine B5), des oligo-éléments, de l’acétylcholine (jusqu’à 1 mg/g), des facteurs antibiotiques particulièrement actifs sur les proteus et escherichia coli B (plus connu sous le nom de colibacille).

Glande de l’Abeille

Les quatre principales sont les glandes salivaires, les glandes cirières, la glande de Nasanoff et les glande a venin. Chacun d’entre elles a une fonction bien déterminée comme leur précise leur nom.

Glossomètre

Cet appareil, rarement évoqué, sert à mesurer la longueur de la langue des abeilles; certaines fleurs possédant des nectaires trop profonde ne sont pas visitées par les abeilles, la longueur de la langue ne le leur permettant pas.

Glucose

Sorte de sucre se trouvant dans le miel, spécialement en plus ou moins grande quantité dans le miel de colza.

  • Glucide à 6 atomes, sucre  qu’on trouve dans le miel, dans l’amidon ou dans le raisin

Granulation

Le terme s’ applique à la consistance solide que prend le miel après son extraction. Tous les miels ne granule pas, tel le miel butiné sur les fleurs du tilleul ou de l’acacia.

Grappe d’hivernage 

Forme que représente un essaim suspendu .

  • Formation serrée en forme de boule qu’adoptent les abeilles dans la ruche pendant les périodes froides de l’année.

Greffage

Se dit d’une opération qui consiste à prélever une cellule royale d’un cadre d’une ruche pour la fixer ensuite à un cadre d’une autre ruche déficiente dont on désire changer la reine.

Grille à reine

La conception de cette grille est telle qu’elle permet le passage des ouvrières et non de la reine. Si l’ on prend la précaution de placer une grille à reine entre le corps de ruche et la hausse, il est impossible que la reine aille pondre dans la hausse.

Grille en métal ou en plastique qui laisse passer les abeilles et les reines vierges mais pas les reines fécondées en ponte ni les faux-bourdons.

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


H

Hausse

Elle a les mêmes dimensions que le corps de la ruche en ce qui concerne la longueur et la largeur. La hauteur est en principe réduite de moitié (sur les Dadant). La pose de la hausse se justifie lorsqu’une miellée est imminente, que la population est forte et occupe la quasi-totalité du corps.

Sorte d’étage de la ruche permettant à la colonie de se développer et d’y stocker du miel. Les hausses, sorte de grenier de la ruche, sont placées avant les miellées.

Structure de quatre planches (parfois aussi en plastique) que l’on pose sur le corps de ruche pour récupérer du miel. La hausse est munie de cadres. En Dadant, deux hausses égalent un corps. En ruches divisibles,les corps et les hausses ont la même taille et sont interchangeables.

Hémolymphe

liquide assurant chez les abeilles et les insectes d’une manière générale une fonction analogue à celle du sang chez les animaux.

Hétérosis (ou vigueur hybride)

En biologie de l’évolution, l’hétérosis désigne l’augmentation des capacités et ou de la vigueur d’un hybride par rapport aux parents, qu’il s’agisse d’espèces différentes, de populations, ou de lignées pures. La qualité de l’hybride obtenu dépend des qualités hétérotiques conjointes des parents sélectionnés.

Hivernage

  • Un mauvais hivernage serait catastrophique ; pour que l’hiver ne soit pas néfaste à une ruche, il faut s’ assurer que les provisions soient suffisantes. La qualité du bois utilisé pour la fabrication de la ruche joue un rôle important pour un bon ou un mauvais hivernage.

Hiverner des colonies avec assez d’abeilles et de place pour les réserves ;
Rassembler les colonies faibles pour en constituer une forte ;

  • pour les ruchettes : 4 cadres c’est très juste, 5-6 la zone de “confort”, sachant que le 6ème cadre pourra être utile pour renforcer une autre ruchette
  • pour les ruches : resserrer les colonies sur 7-8 cadres diminuera les efforts des abeilles pour nettoyer, augmentera le confinement et limitera les déperditions de chaleur. Utiliser des partitions isolantes sera encore mieux qu’une partition toute simple.

L’hivernage se fait après les miellées, en fin de saison, on prépare les ruches à passer l’hiver avec de bonnes réserves de nourriture… On contrôle le poids de leur corps (ruche sans hausse). Si la colonie est trop petite il faut la déplacer dans une ruchette.

Soupesez (avec un peson) l’arrière de la ruche et multipliez par 2. Cela ne donne pas le poids exact mais vous donne une bonne indication de sa masse. Par exemple, une pesée de 16 Kg x 2 = 32 Kg.
Vous devez alors, pour arriver à 35 Kg, donner 3-4 Kg de sirop ou de candi, selon la situation.
Préférer le candi qui est la seule nourriture possible en hiver, directement assimilable.

  • Pour une ruchette D6, l’objectif est d’arriver aux alentours de 18-20 Kg.
  • L’objectif est de faire arriver une ruche Dadant 10 cadres (D10), que la colonie occupe totalement aux alentours de 35-36 Kg (sans le toit).
    • Enlevez 4 Kg par cadre manquant.

en hivernage avec des ruches pesant fin aout 34kg soit grosso modo 20kg une ruche vide + 2kg d’abeille = 12kg de provision. Les ruches perdent ensuite 1kg par mois de moyenne. Cette perte de poids hivernale n’est bien sur pas linéaire et on peut avoir des variations d’un mois sur l’autre (sept/octo ;  fév/mars) en fonction des éventuelles rentrées de nectar et coup de froid

C’est pourquoi, durant l’hivernage, nous pesons tous les mois voire tous les 15j en mars/avril.

Pas d’affolement si une ruche consomme 2kg/mois de provision.
Par contre à partir de 3 ou 4kg / mois, compléter avec un nourrissement pour revenir sur un poids normal (autour de 35kg pour une Dadant 10c.
Au delà de 4kg, mieux vaut ouvrir la ruche et vérifier s’il n’y a pas de problème.

Un traitement (anti-varroa) suffisamment tôt + un nourrissement en quantité et assez tôt + une jeune reine = un bon hivernage.

Il est évident que ne pas mettre une colonie qui n’est pas assez forte en fin d’été est pratiquement vouée à disparaître. Alors pas de quartier et il faut sélectionner les plus belles.

Il ne faut pas oublier que le premier jour de l’année apicole,
c’est le premier jour de l’hivernage.

HMF

L’hydroxyméthylfurfural est une substance naturelle dont la présence toujours plus importante montre le degré de dégradation progressive d’un miel. Le taux de HMF augmente d’autant plus que le miel est chauffé.

holométabole

Les insectes holométaboles ont un cycle de vie complexe, ils passent de l’état de larve à celui de nymphe, puis d’adulte. La morphologie, la physiologie et le mode de vie des larves diffèrent fortement de ceux des adultes.

Les larves sont aptérygotes (sans ailes). Elles ne font que grandir sans changer de forme jusqu’au stade préimaginal. Elles vont alors s’isoler au sein d’une chrysalide afin d’y effectuer leur métamorphose vers l’état adulte ou imago.

Humidité du miel

La concentration des abeilles à l’ intérieur de la ruche entraîne obligatoirement une humidité abondante; l’apiculteur essaiera d’ y remédier en posant sur les cadres une couverture (toile de jute) absorbant l’excédent de vapeur d’ eau ; une trop grande humidité engendrerait des préjudices considérables pour les abeilles.

Le taux d’humidité du miel oscille entre 15 et 20%. Au-delà de 18%, le miel risque de fermenter surtout s’il n’est pas conserver au frais. Pour connaitre le taux d’humidité du miel, l’usage du réfractomètre est fortement recommandé.

Hybridation

Résultat d’un croisement entre 2 sous-espèces ou lignées d’abeilles.

Hydromel (Chouchen)

Cette boisson à base de miel est délicieuse et sa publicité n’est plus a faire,même si elle était mieux connue il y a nombre d’année. Son goût est différent selon qu’elle est fabriquée dans un but commercial (ferment : levure artificielle), dans un but familial (ferment: moût de raisin, de pommes etc…)

Hyménoptère

Les hyménoptères sont un ordre d’insectes, de la sous-classe des ptérygotes, de la section des néoptères et du super-ordre des endoptérygotes. Des représentants communs de cet ordre sont les abeilles, les guêpes, les fourmis et les frelons, présents sur tous les continents sauf l’Antarctique.

  • c’est une famille d’insectes possédant deux paires d’ailes
  • Hyménoptères sont des insectes holométaboles* d’une taille comprise entre 0,1 mm et 10 cm, pourvus de 4 ailes membraneuses couplées en vol et de pièces buccales du type broyeur-lécheur.
    La tête est séparée du thorax par un cou très mince et très mobile. Leur métathorax est très court, soudé au premier segment abdominal pour former le segment médiaire.

*Les holométaboles sont un type d’insectes qui se caractérise par leur métabolisme. Dans ce cas la larve diffère radicalement de l’adulte (chenille/papillon, asticot/mouche…). Elle est dépourvue d’ailes et ne fait que grandir sans changement de forme. Au dernier stade larvaire, elle s’immobilise et se protège en général (chrysalide) ; c’est le stade nymphal préparatoire de la métamorphose en adulte.

Hydrolyse

  • (défaire l’eau)
  • L’hydrolyse d’une substance est sa décomposition par l’eau grâce aux ions H3O+ et HO- provenant de la dissociation de l’eau.
  • Par exemple, l’hydrolyse du saccharose donne du glucose  et du fructose (sucre inverti)

Hygroscopique

Se dit parfois du miel lorsqu’on fait état de sa faculté d’absorber l’ humidité de l’air qui l’entoure.

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


I

Identification (du rucher)

Un numéro vous est attribué lors de votre déclaration de ruchers au service vétérinaire de votre département, afin de faciliter les recherches d’un agent sanitaire lors d’une épidémie.

Imago (Emergence de l’)

Moment ou l’insecte parfait ayant achevé sa métamorphose sort de sa cellule nymphale en grignotant l’opercule.

L’imago est Insecte adulte, arrivé à son complet développement et apte à se reproduire, dit parfait; dans le cas de l’abeille de nombreux organes, (glandes cirières, glandes à gelée royale hypopharingienne,…) se développent après la naissance de l’abeille selon un ordre chronologique établi : nettoyage de la ruche, nourrissage et construction du couvain, gardienne et butineuse.

En biologie, le terme d’imago (au masculin) ou de stade imaginal désigne le stade final d’un individu dont le développement se déroule en plusieurs phases (en général œuflarve, imago)

La mue qui aboutit à l’imago est appelée « mue imaginale ».

Immunisé

Etat de celui qui ne réagit plus aux piqûres d’ abeilles (par exemple) . Être soustrait à l’influence nocive de son venin.

Indice cubital

En apiculture, l’indice cubital est un indice morphologique permettant de déterminer la variété d’abeilles en fonction de la dimension de certaines nervures de ses ailes. En effet, le motif des veines des ailes antérieures est spécifique à chaque race d’abeilles.

Cet indice est souvent utilisé par les conservatoires d’abeilles noires pour en déterminer l’écotype.

Insecte

Sorte d’ animal invertébré faisant partie de l’ embranchement des articulés , dont le corps est entouré de chitine et formé de trois parties qui sont : la tête le thorax et l’ abdomen . La classe des insectes comporte plus d’ un million d’ espèces dont font partie les abeilles (hyménoptères).

Introduction d’une Mère (reine)

Une reine trop vieille, une colonie orpheline, nécessite pour vous d’ introduire une reine. Plusieurs méthodes sont possibles la plus employée étant peut-être celle qui consiste à se servir de la cage à reine mais l’ expérience vous laissera seul juge de la méthode la plus efficace pour vous.

Invertase

Transformation du saccharose en glucose et lévulose (fructose) (sécrétée par les glandes nourricières et autres ferments hydrolysants).

  • C’est une enzyme qui permet la transformation du saccharose en glucose et en fructose.

Italienne (ou abeille jaune)

Race d’abeilles avec laquelle il est très agréable de travailler.

haut de page

J

Jabot

Organe de nutrition et de transformation, également appelé (estomac à miel). la fonction du jabot est remarquable : l’abeille ayant recueilli le nectar, celui-ci est emmagasiné dans le jabot, puis, par un système de va-et-vient (pharynx-jabot), mélangé à la diastase, transformé en miel, puis dégorgé dans les cellules. Mais il peut être assimilé par l’abeille afin de subvenir à ses propres besoins.

  • Le jabot est une poche constituée par un renflement de l’œsophage, qui est utilisé par  les abeilles ouvrières butineuse comme réservoir à nectar

Jute (toile de)

Textile grossier qui sert tout d’ abord à confectionner des sacs, mais là n’ est pas sa seule utilité: les apiculteurs font de la toile de jute un excellent couvre-cadres et un combustible par la suite.

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


K

Kystes d’amibes

Sorte de maladie conjuguée très souvent avec le noséma sous forme d’infection mixte. Leur présence se situe dans les tubes de Malpighi et n’est rien d’autre qu’une maladie des reins des abeilles dont peuvent être atteint aussi bien les mâles que les reines.

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


L

Labiées

Ces plantes, dont la famille en compte un grand nombre (lavande, romarin, hysope, sauge, thym etc..) permettent aux abeilles de récolter un nectar qui fournit un miel d’une excellente qualité.

Lange (masc.)

Sorte de tiroir-plateau, escamotable, situé au dessous de la ruche qui sert, comme un volet à obturer les fonds de planchers aérés durant l’hiver et lorsqu’il est graissé (graisse à traire, savon noir), ce lange sert à compter le varroa phorétique (plus de dix varroas / jour : traiter de façon urgente) voir ici

Langue (de l’abeille)

Voir Proboscis ou Rostre

Sans cet organe, comment feraient les abeilles pour récolter le nectar ? La longueur de leur langue leur permet de butiner un plus ou moins grands nombres de fleurs. Chaque écotype d’abeille a une langue adaptée à son biotope.

(Lorenzo) LANGSTROTH

Né en 1810, mort en 1895, il fut enseignant, puis pasteur. Sa passion pour l’apiculture apparaît dès qu’il est à la retraite (pour cause de santé). Les éléments nouveaux qu’il apporte révolutionnent l’apiculture: qui à l’heure actuelle ne connaît pas la célèbre ruche Langstroth ?

Le révérend Langstroth se base sur les découvertes de Jan Dzierzon en 1838 pour mettre au point sa technique. La méthode de Dzierzon était axée sur les cadres amovibles à extraction horizontale. Pour Langstroth, il opte pour l’extraction verticale dont il en déposera les brevets en 1852 et l’année suivante,  il publiera son livre « The Hive and the Honey Bee » dans lequel il parle de sa méthode et de Dzierzon. Cet ouvrage fut traduit en français et en plusieurs autres langues quelques années plus tard par son ami Dadant à qui on doit aussi une ruche. L’histoire de l’apiculture surtout américaine reconnait à Langstroth d’être le premier inventeur de la ruche à cadres mobiles et du principe du «bee space». On le surnomme d’ailleurs le père de l’apiculture américaine moderne. Mais en Europe, la ruche langstroth n’est pas considérée comme la première à cadres mais les apiculteurs européens reconnaissent ce mérite à Dzierzon.

Larvae (Bacillus)

Germe de la loque américaine . La bacille , en forme de petit bâtonnet , ne dépasse pas la grandeur de cinq microns et sa propagation est très rapide

Larve

nom donné à l’ œuf qui est pondu depuis 4 jours. Les larves sont nourries les 3 premiers jours avec de la gelée royale, ensuite essentiellement avec une nourriture comprenant nectar et pollen.

Stade de l’abeille intermédiaire entre l’œuf et la nymphe (imago)

Larve étalon

imaginé par jacques kemp, cette petite boite contient deux larves en plastique de la taille des plus petites et des plus grandes larves qui peuvent être élevées en reine.

Lève-Cadre

Outil indispensable à un apiculteur, il en existe différents modèles, à griffes et à ressorts, mais un ciseau à bois fait aussi très bien l’affaire. Il permet de décoller la hausse et également un cadre lors d’une visite.

Lévulose

Sucre de fruit (variété de glucose)

Loque

Maladie contagieuse provoquée par un microbe qui décompose le couvain. Il y en existe deux sortes : la loque européenne et la loque américaine (déclarations obligatoires auprès des services vétérinaires et auprès de la préfecture).

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


M

Mal de Mai (maladie noire)

Malheureusement, comme sont nom l’ indique, c’est une maladie. Cette dernière atteint les abeilles adultes, l’ identification de la maladie n’ étant pas évidente , le mieux a faire, quand on doute de la bonne santé de ses abeilles, est de prévenir l’ agent sanitaire.

La maladie noire ou paralysie chronique des abeilles, encore appelée « mal de mai » ou « mal des forêts » par les apiculteurs, est une maladie virale des abeilles (mais qui peut toucher d’autres insectes, dont les fourmis) décrite dans de nombreux pays, et induite par un virus qui infecte notamment les cellules du ventricule et du système nerveux de l’abeille.

Mâle, faux-bourdon, abeillaud (caste)

  • Il s’agit du mâle des abeilles.
  • Sa durée de vie est d’environ 2 mois. Sa fonction se limite à la reproduction.

Maltose

  • Aussi appelé sucre de malt, c’est un sucre obtenu par hydrolyse (décomposition par l’eau) de l’amidon présent dans les céréales comme l’orge ou le maïs

Mandibules

  • Ce sont les pinces de l’abeille. Dès sa naissance, ses mandibules déchiquettent l’opercule de l’alvéole.
  • Chacune des deux parties du bec des oiseaux, des pièces buccales de certains arthropodes (insectes, crustacés…).
  • Chez l’Homme c’est la machoire inférieure.

Manipulation des abeilles

Lors de la visite d’ une ou plusieurs ruches, il faut d’ abord être calme, avoir un enfumoir pourvu de combustible, un lève-cadre, une protection (voile) et surtout faire preuve de douceur. La moindre trace de nervosité de votre part déclencherait la fureur des abeilles.

Marquage des mères (reines)

Vous seul déciderez du marquage ou non de vos mères (certains éprouvent une réticence à marquer les reines), soit à l’aide d’un point de peinture , soit avec une pastille collée, selon un code de couleur international :

    • Bleu (années de terminant par 0 & 5
    • Blanc (années de terminant par 1 & 6
    • Jaune (années de terminant par 2 & 7
    • Rouge (années de terminant par 3 & 8
    • Vert (années de terminant par 4 & 9

Maturateur

Appareil dont le nom porte à confusion : hors de la ruche, le miel ne mûrit plus, aussi devrions-nous  plutôt parler de purificateur voire de décanteur. Il s’agit d’un simple réservoir pourvu d’un robinet situé en partie basse (comme un tonneau). Le miel après l’extraction ou le pressage à froid est placé dans le maturateur situé dans un pièce à 20°c, pendant une semaine. Ceci permet aux impureté de remonter à la surface. Une semaine plus tard, on peut ouvrir le robinet pour mettre le miel en pot. Le résidu est donné à lécher aux abeilles.

Mellifère

Mellifère est un adjectif qui signifie “qui produit du miel”. On dit des abeilles qu’elles sont mellifères. Une plante mellifère est une plant dont le nectar est utilisé par les abeilles pour élaborer le miel.

La valeur apicole d’une plante décrit sa capacité à fournir des matières premières à la ruche pour son exploitation par l’apiculture, ces matières étant :

        • le nectar, principal composant du miel ;
        • le pollen, ingrédient de la gelée royale, présent par traces dans le miel ;
        • la propolis, utilisée comme mortier et anti-infectieux ;
        • le miellat, utilisé en complément du nectar.

Le nectar fournit essentiellement des hydrates de carbone. De compositions très diverses selon les espèces de plantes pollinifères, le pollen est particulièrement précieux pour la ruche, car il est son unique source de protéines, de lipides, d’acides aminés, d’antioxydants, d’oligoéléments et autres vitamines (B, C, E et H). Le pollen contient également de l’azote, des stérols, des acides organiques, des acides nucléiques, des enzymes et des pigments en concentration variable. Le métabolisme stérolique des abeilles est probablement un aspect clef de leur physiologie.

Mélézitose

  • La mélézitose est une trisaccharide provenant de différent puceron. Les différents pucerons sont:
    • Le puceron noir de l’épicéa et le puceron farineux de l’épicéa.
    • La lachnide du sapin blanc
    • Le puceron verruqueux du mélèze et le puceron gris-brun du mélèze.
  • Ces pucerons sucent la sève des sapins en changent la composition chimique. Et la rejette sous forme de miellat.
    C’est ce miellat que les abeilles transforme en miel de forêt.
    Le problème de cette récolte est qu’elle est très difficile à extraire voir impossible.
    De plus si le corps de ruche contient beaucoup de ce miel les abeilles qui vont le consommer pendant l’hiver seront atteintes de diarrhée et les pertes dans la colonie risque d’être très forte.

Metcalfa

La cicadelle blanche (Metcalfa pruinosa) est un insecte qui produit un miellat récolté par les abeilles. On parle de miel de metcalfa.

Métamorphoses (de l’abeille)

La mue qui aboutit à l’imago est appelée « mue imaginale ».

Les abeilles passent par trois étapes dans leurs métamorphoses, c’est ce que l’on appelle des métamorphoses complètes, avant de devenir un insecte parfait (imago).

Les étapes sont les suivantes : d’abord l’œuf, puis la larve et enfin la pupe dont sortira l’imago (ou image de l’insecte). Il faudra quand même attendre quelques heures, ou quelques jours, pour que l’insecte soit en ordre de marche.

Reine Ouvrière Male
Incubation de l’œuf 3 jours 3 jours 3 jours
Temps de nourrissement de la larve 5 jours 5 jours 6 jours
Tissage du coco 1 jours 2 jours 3 jours
Période de repos 2 jours 3 jours 4 jours
Passage de larve à pupe 1 jours 1 jours 1 jours
Temps de pupaison 3 jours 7 jours 7 jours
Période total de croissance et quitte sa cellule 16 jours 21 jours 24 jours

(Nbre de jours approximatifs, des différences peuvent être trouvées dans les sous-familles ou colonies sauvages)

La métamorphose est une période de la vie d’un animal qui correspond au passage d’une forme larvaire à une forme juvénile ou adulte. Elle se manifeste le plus souvent par d’importants changements (histologiquesphysiologiquescomportementaux, etc.), c’est un des stades critiques pour beaucoup d’espèces, qui peut être affecté par certains polluants (perturbateurs endocriniens notamment).

  • Une métamorphose complète passe par divers états :
    • œuf (état immobile),
    • larve (état actif), qui diffèrent beaucoup des adultes,
    • pupe, stade pré-imaginal (état immobile),
    • imago (état actif).

Métathorax (n.m.)

Partie du thorax qui porte la troisième paire de pattes et la deuxième paire d’ailes chez l’abeille.

Miel

  • Substance sucrée élaborée par les abeilles
  • Le miel est une substance sirupeuse et sucrée, de couleur ambrée, que les abeilles élaborent avec le nectar des fleurs ou le miellat. C’est dans leur jabot que les abeilles commencent à fabriquer le miel, durant le vol qui les ramène à la ruche. L’invertase, une enzyme, se mélange dans leur jabot au nectar, produisant une réaction chimique qui donne du glucose et du fructose. Le miel sert de réserve de nourriture aux abeilles.
  • Le miel est la substance sucrée produite produite par les abeilles mellifiques, à partir du nectar de fleurs ou de sécrétions provenant des parties vivantes des plantes où se trouvant sur elles, qu’elles butinent, transforment et combinent avec des matières spécifiques provenant de leur propre corps et emmagasinent dans les rayons de la ruche

Le miel est essentiellement composé de sucres (78 % à 80 %) qui se répartit grossièrement en fructose (ou lévulose) pour 38 %, glucose (ou dextrose) pour 31 % et pour 31 % restant nous trouverons du maltose, du saccharose et une grande variété de polysaccharides. Le miel contient également environ 17 % d’eau.

  • On retrouvera dans le miel une concentration exceptionnelle d’acides aminés : aspartique, glutamique, alanine, arginine, asparagine, cystine, glycine, histidin, isoleucine, leucine, lysine, phénylalanine, proline, sérine, tryptophane, tyrosine, valine
  • Des minéraux jusqu’à 1 % : argent, baryum, béryllium, brome, calcium, chrome, cobalt, cuivre, fer, lithium, magnésium, maganèse, molybdène, or, palladium, phosphore, potassium, rubidium, scandium, silicium, sodium, soufre, strontium, titane, vanadium, zinc, zirconium.
    Si tous ces éléments ne sont pas présents ensemble dans tous les miels certains comme le potassium, le magnésium et le zinc sont systématiquement là.
  • Des vitamines en quantité qui sans couvrir nos besoins journaliers présentent l’avantage d’être hautement assimilables : Vitamine A, Vitamine B1, Vitamine B2, Vitamine B3, Vitamine B5, Vitamine B6, Vitamine B8, Vitamine B9, Vitamine C, Vitamine D, Vitamine K.
  • Des acides gras en faibles quantités : palmique, oléique et linoléique
  • Des enzymes dont amylases a et amylases b, gluco-invertase et gluco-oxydase
  • Et de nombreuses autres substances biologiques et aromatiques dont des flavonoïdes, des alcools, des esters, des pigments et des grains de Pollens.

Miel AOP/AOC

L’Appellation d’Origine Protégée, désormais remplacée par Appellation d’Origine Contrôlée, certifie l’origine de production et d’extraction ainsi que les propriétés particulières d’un miel selon un cahier des charges définit.

Miel biologique ou bio

Miel correspondant au cahier des charges de l’apiculture biologique

Miel IGP

L’Indication Géographique Protégée est un signe garantissant l’origine de récolte particulière et les propriétés d’un miel selon un cahier des charges définit.

“Miel toutes fleurs” (appellation)

Se dit d’un miel récolté sur de nombreuses variétés de fleurs. Par opposition à un miel spécifique qui n’est récolté que sur une seule variété: les miels spécifiques les plus connus sont le miel d’acacia, de tilleul, de fruitiers, de lavande…

Miellat

  • Les abeilles peuvent aussi récolter du miellat , une sorte de substance sucrée, excrétion produite par des insectes suceurs comme le puceron, la cochenille ou le metcalfa à partir de la sève des arbres. ce miellat sera utilisé de la même façon que le nectar de fleur (c’est ce produit de base qui est notamment utilisé pour élaborer le miel de sapin).
  • Liquide sucré expulsé par les pucerons ou exsudé par certaines plantes qui est recueilli par les abeilles .
  • Les miellats sont des exsudations sucrées produites sur les végétaux par un insecte, généralement un puceron, un psylle ou une cochenille. L’animal est un parasite, il pique les parties tendres d’une plante, il se nourrit de la sève qu’il métabolise, puis il rejette la matière sucrée que l’abeille va butiner pour élaborer un “miel miellat”.
  • Substance sucrée récoltée par les abeilles à partir d’exsudat de pucerons présents sur certains végétaux (sapins, chênes…).
  • Le miellat est un liquide épais et visqueux. C’est l’excrétion sucrée d’insectes parasites comme les pucerons ou les cochenilles que les abeilles recueillent en complément ou en remplacement du nectar pour produire un miel qui sera plutôt sombre. Ce miel est aussi appelé miellat.

Miellée

Période pendant laquelle les butineuses récoltent le nectar ou le miellat.

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


N

Nasanoff (glande de)

Découvert en 1883 par un chercheur du nom de Nasanoff. La glande de Nasanoff est située sur la face dorsale abdominale des abeilles, elle produit une phéromone aux fonctions multiples.
Elle sert à signaler l’entrée de la ruche, un lieu intéressant comme une source de nectar, une source d’eau ou le chemin à suivre lors de l’essaimage.
Pour diffuser la phéromone, les abeilles exposent leur abdomen et ventilent en battant des ailes. L’odeur de la phéromone guide les autres ouvrières.

Nectar

Le nectar est une sécrétion riche en glucide sécrétée par organes glandulaires des végétaux que l’on appelle “les nectaires”, qui attirent les insectes pollinisateurs. Le nectaire est un tissu qui produit le nectar et forme ordinairement une saillie sur les feuilles ou les fleurs.

Ces nectaires sont très souvent situés dans les fleurs. L’abeille butineuse pénètre par la corolle et va puiser le nectar au fond de celle-ci, généralement vers la base des pétales, des étamines ou du pistil. Mais il existe aussi des nectaires “extra-floraux” situés en dehors des zones florales, à l’aisselle des feuilles, sur le pétiole, sur les sépales… Ces émissions sucrées sont quelque-fois confondues avec les miellats

Nectaire (masc.)

Glande située sur certaines plantes qui secrète un liquide sucré que les abeilles apprécie (le nectar).

Nosémose

Maladie qui affecte l’ estomac des abeilles adultes et qui est due à un parasite . Le diagnostic es difficile à établir , car les symptôme extérieurs sont semblables à ceux du mal de mai.

  • La nosémose est une maladie des abeilles adultes leur provocant des diarrhées.
  • Ce parasite va littéralement détruire les cellules du tube digestif.
  • Cette maladie est provoquée par un protozoaire nommé Nosema apis. Il existe aussi Nosema ceranae, mais ici il s’agit de Nosema apis.
  • Il faut comprendre que ces organismes sont partout. Il se développe alors un équilibre. Les abeilles résistent jusqu’au moment où cet équilibre est rompu pour tout un cas de raisons.

Comment l’éviter

    • repérer et éliminer les souches non résistantes
    • si vous avez comme ici des ruchettes issues de division et/ou des reines, remontez la lignée pour surveiller les colonies parentes
    • désinfecter vos outils entre les ruchers, voire entre les ruches
    • vérifier les provisions en pollen

Causes favorisantes

    • les hivers longs et humides empêchant les vols de propreté réguliers
    • un hivernage sur du miellat, si vous êtes dans une région à miellat. Cette nourriture est bien moins digeste que le miel
    • une carence en pollen
    • les pratiques apicoles (hygiène)

Nourrice

Abeille âgée de 5 à 6 jours. Son travail consiste à nourrir les larves.

Nourrissement

Il en existe deux sortes : celui pratiqué afin de compléter des provisions insuffisantes pour un bon hivernage et celui qui consiste à stimuler la ponte de la reine au début du printemps.

Deux sorte de sirop : 50/50 ; 70/30 et pâte de Candi. Le candi sert à nourrir la colonie l’hiver lorsqu’elle est en grappe, te sirop est plutôt utilisé le reste de l’année soit pour stimuler soit pour nourrir.

Nourrisseur

Élément de la ruche, sa fonction est évidemment de permettre de donner de la nourriture aux abeilles. Il existe de nombreux modèles dans le commerce et les solutions de création pour les bricoleurs sont multiple.

Nucléi (essaim artificiel)

Petite colonie destinée à l élevage des mères, et au remplissage des ruches.

  • (Pluriel Nucléis) Une petite colonie d’abeilles, ayant généralement de deux à cinq cadres de couvain. Chez nous ces nucleis sont appelés ruchettes et servent pour l’élevage ou le stockage des reines ou pour démarrer une nouvelle colonie.
  • On parle de nucléi, ou nucléus, c’est un essaim artificiel. Le nucléi est une petite famille, composée d’une reine et d’une petite quantité d’abeilles.
    Cette mini colonie est placée dans une ruche puis grandi. Si tout ce passe bien le nombre d’ouvrière peut atteindre 60 000 abeilles.

Groupe d’abeilles disposant de nourrices en quantité, capables d’élever une reine. Par extension, le mot désigne les matériels spécifiques pour réaliser de très petites colonies.

NB :  l’élevage des reines se fait également sur des cadres de corps classiques.

Nucléus

Voir Nuclei*

Nymphe (ou pupe)

En biologie, la nymphe représente le stade du développement intermédiaire entre la larve et l’imago lors des mues de métamorphose des insectes holométaboles. Le stade nymphal commence donc par la mue d’une larve en nymphe (mue nymphale ou nymphose) et se termine par la mue de la nymphe en imago (mue imaginale ou mue adulte). Une des caractéristiques de la nymphe est qu’elle ne se nourrit pas (ses pièces buccales et son tube digestif subissent aussi une métamorphose importante) et qu’elle vit sur ses réserves.

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


O

Odorat

Probablement le plus développé des sens que possède l’abeille. on peut s’en rendre compte lors d’une visite, une odeur désagréable due à un excès de transpiration ou bien une odeur de parfum les irrite et les rend agressives. Mettez une cuillère de miel dehors et comptez combien de temps la première abeilles arrive.

Œuf

il est petit (longueur 1,5 mm, 1/3 de millimètre), une sorte de poil blanc, vertical au centre du fond de l’alvéole, l’œuf vit 3 jours puis devient larve, se courbe et se recroqueville.

  • Lors de la ponte, l’œuf est fixé perpendiculairement au fond de l’alvéole et jour après jour sa position se transforme. Le quatrième jour, on l’appelle larve.

Ommatidies

  • Synonyme “œil à facette”
  • Ensemble de récepteurs sensibles à la lumière qui composent un œil composé.
  • Chacune des unités optiques élémentaires formant l’œil composé des arthropodes.
  • Les yeux composés des arthropodes sont composés de structures unitaires dites ommatidies, ommatidia
  • Les ommatidies sont des récepteurs sensibles à la lumière. Ils composent les yeux à facettes des arthropodes dont font partie les insectes et les crustacés.

Operculation, opercule

Pellicule de cire qui recouvre les cellules de miel mûr (18% d’eau) ou les cellules de couvain arrivées au stade de nymphe. (selon la caste: au 9ème jour pour la reine et l’ouvrière et au 14ème jour pour l’abeillaud)

  • Cet opercule est imperméable et de couleur blanche, sur les cellules de miel.
  • L’ opercule recouvrant le couvain est perméable et de couleur brune,

cette différence, de perméabilité, s’ explique par le fait que le miel doit être fermé hermétiquement alors que le couvain doit respirer.

Orpheline 

  • Se dit d’une ruche qui a été orphelinée.
  • Se dit d’une ruche qui est sans reine.

Orpheline, ruche orpheline: colonie sans reine.

Orpheliner

Le fait pour une ruche d’ avoir perdu la mère. L’ apiculteur le constate dès les premières visite de printemps. les causes sont diverse. Elle a pu être écrasée lors d’ une visite, elle a pu mourir au cours de l’ hiver, vieillesse, …

  • Retirer la reine d’une colonie.
  • Plusieurs raisons peuvent amener l’apiculteur à orpheliner une colonie.
    • Reine agressive ou pour faire une réunion en choisissant la reine ou pour faire de l’élevage de cellules royales…

Outillage

Indispensable à l’apiculteur qui opère

au rucher :

  • enfumoir, combustible,
  • lève-cadre
  • et d’un voile.

en miellerie :

  • extracteur ou presse (à fruits)
  • bac maturateur (avec robinet en bas)

Ouvrière (caste)

Dans une colonie , elle forment la majorité de la population. En période d’activité intense, leurs durée de vie est environ de 5 à 6 semaines en été et de 4 à 6 mois en hiver.

Abeille femelle dont le système reproducteur est inhibé par les phéromones de la mère. Les ouvrières, qui composent la quasi-totalité des abeilles d’une colonie, occupent des fonctions productives non liée à la reproduction. Sa durée de vie est d’environ 5 semaines, hormis pendant la période hivernale, où elle peut vivre tout l’hiver (3-5 mois).

  • Une des femelles non reproductrices dans une colonie d’insectes sociaux.
  • Les abeilles ouvrières ont un ovipositeur modifié, un dard avec lequel elles défendent la ruche. À la différence des abeilles de tout autre genre et des reines de leur espèce, cet aiguillon ressemble à un harpon. Contrairement à la croyance populaire, une abeille ne meurt pas toujours après avoir piqué; Cette idée fausse est basée sur le fait qu’une abeille mourra habituellement après avoir piqué un humain ou un autre mammifère à peau épaisse car son dard et son sac de venin sont arrachés quand elles les piquent. Mais pour d’autres cibles plus petites et à la peau plus souple (par exemple lors de combats entre abeilles), le dard se désharponne, de sorte que l’abeille peut alors piquer puis repartir indemne (ou piquer à nouveau).

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


P

Pain d’abeille

on nomme “pain d’abeilles” le pollen rangé dans les alvéoles des rayons de la ruche et passé d’abeille en abeille additionné de leur “salive”. Ce pollen est lacto-fermenté, contrairement au pollen qui rest récolté à l’entrée de la ruche par les apiculteurs, c’est pourquoi on le nomme”pain d’abeille”.

Partition 

Cloison mobile de la dimension des cadres, faites à l’ aide d’ une planchette de bois et servant à isoler une partie de la ruche notamment pour adapter l’espace de la ruche à la taille de la colonie qui varie selon les saisons

  • Élément de séparation (panneau, cadre fermé) destiné à diminuer le volume de la ruche et l’adapter à la taille de la colonie.

Partition réfléchissante (PIHP)

Partition isolante haute performance imaginée par Marc Guillemain. Cadre contenant du polystyrène extrudé et recouvert d’un isolant réfléchissant qui renvoie le rayonnement de la chaleur du couvain et des abeilles. On y gagne en économie de nourriture pour chauffer le couvain et entretenir les reines.

Passoire

Une passoire à miel (tamis rond et métallique) est indispensable au moment où vous extrayez votre miel, car elle débarrasse le miel de toutes les impuretés, tels les débris de cire, d’ opercules, etc..

Cette opération n’exonère pas de devoir maturer le miel (via décanteur) pour achever cette épuration.

Pastorale

Relatif à la transhumance

Se dit de l’apiculteur et de la ruche. Dans le premier cas, cela signifie que la floraison ne s’effectue pas à la même date d’une région à une autre et donc oblige à transporter les ruches et le second cas, que les ruches sont adaptées pour le transport d’une région à une autre.

Phéromone

Substances volatiles permettant la communication entre les insectes, et chez les abeilles émises par la glande de Nasanoff.

  • C’est la carte d’identité des abeilles.
  • Les phéromones (substances impliquées dans la communication chimique) sont essentielles à la survie des abeilles mellifères. Les abeilles s’appuient sur les phéromones pour pratiquement tous les comportements, y compris l’accouplement, l’alarme, la défense, l’orientation, la reconnaissance des familles et des colonies, la production alimentaire et l’intégration des activités des colonies.

Les phéromones sont des substances sécrétées par des individus afin de provoquer une réaction spécifique, un comportement ou une modification biologique chez les autres individus de la même espèce.

Une phéromone (ou phérormone ou encore phérohormone) est une substance chimique comparable aux hormones, émise par la plupart des animaux et certains végétaux, et qui agit comme un message entre les individus d’une même espèce (communication intraspécifique, à l’opposé des ectomones impliquées dans la communication interspécifique (en)). Ce composé sémiochimique transmet aux autres organismes des informations qui influencent la physiologie et les comportements (sexuel, maternel, agression, agrégation, pistage…).

Très actives, certaines phéromones agissent même en faible quantité, et elles peuvent être transportées et être détectées à plusieurs kilomètres. Chez les mammifères et les reptiles, les phéromones sont principalement détectées par l’organe voméro-nasal, tandis que les insectes utilisent généralement leurs antennes.

  • http://www.zabeille.org/?page=communication
  • https://www.2imanagement.ch/fr/divers/liens/wwwapisavoirch/les-pheromones-

Phorésie (phorétique)

Phorétique. Adjectif singulier invariant en genre. en zoologie, relatif à la phorésie, comportement de certains animaux se faisant transporter par d’autres

La phorésie est un type d’interaction entre deux organismes où un individu est transporté par un autre. Il s’agit d’une association libre et non destructrice. L’espèce transportée est dite « phorétique » tel que le varroa phorétique.

Picking

Action de transférer une larve de la cellule o elle est née vers une cellule artificielle au diamètre d’une cellule royale.

Par extension, c’est le nom de l’outil du transfert :

  • L’ une de ses extrémités, en forme de cuillère, sert à prélever la gelé royale et l’ autre en forme de crochet permet de recueillir et de déposer délicatement la larve dans le fond de la cupule.
  • Le picking chinois plus simple d’utilisation tend à se répandre, son embout est en silicone et ressemble à un stylo bic à poussoir. Son usage est plus aisée.

Le picking est un action qui demande dextérité, une bonne vue et une expérience certaine. Le tout étant de choisir un œuf de trois ou quatre jour caractéristique par sa position au fond de la cellule et qui commence à se courber en forme de U… juste une inflexion! Il est important de ramasser le plus de gelée royale possible avec la jeune larve et de nettoyer son picking (outil) entre chaque picking (action).

Lors du prélèvement des larves le cadre est posé sur un support à 30° environ, l’avant bras bien calé sur le bord de la table et le poignet sur le bord du cadre, le geste des doigts sur le pinceau devient rapidement précis et sûr. Il faut aller vite pour éviter que les larves ne se dessèchent, d’où la goutte d’eau dans la cupule, remplacée par une dilution de gelée royale par les professionnels.

Ne pas lécher le pinceau, mais le rincer à l’alcool non modifié à 70° (le plus désinfectant). En cas de réutilisation des cupules les laver avec un pinceau à l’alcool après les avoir grattées des restes de gelée royale et de cocon.

Pour un élevage en grand nombre ( > 25 ), les éleveurs utilisent des colonies spécialement aménagées pour amorcer l’élevage des larves mises à leur disposition, ces colonies sont dénommées STARTER (départ).
Les larves acceptées (présence d’une fine collerette de cire) sont alors confiées à des colonies qui terminent le travail (FINISSEUSES).

Pillage

Attaque d’ une colonie faible par des abeilles venues en force s’emparer la  nourriture d’une ruche… cette attaque est souvent provoquée par la présence de miel et à certaine heures de la journée ou pendant certaines situations météorologiques. Pour éviter le pillage on nourrit avec des intrants au miel qu’à la fin de la journée, en début de soirée. On ne laisse pas à lécher des ustencils disposées trop proche d’un rucher, ce qui pourrait déclencher la fièvre de pillage dont les ruches à colonies faibles pourraient faire les frais.

  • tentative d’intrusion d’une colonie dans une autre ruche pour s’emparer du miel. La colonie assaillante peut être du même rucher ou d’un rucher voisin.
  • Pour en savoir plus sur les causes et solutions, consultez l’article sur le pillage au rucher.

Piqûre

Moyen de défense de l’abeille, qui laisse généralement son dard planté dans la peau de son assaillant.

Pollen

Substance comparable à des grains de poussière, qui est l’élément mâle d’une fleur et qui est récolté par l’abeille qui la transporte par paquets sur ses pattes arrières. Le pollen est essentiel (protéines) pour les ouvrières et nécessaire à la nourriture des larves. Les insectes et surtout les abeilles permettent la pollinisation par le transport de pollen sur les organes femelles de la même fleur ou d’ une autre.

Le pollen est le vecteur des gamètes des plantes dans le cadre de leur reproduction. Il est aussi une source de protéines et de vitamines pour de nombreux insectes, dont les abeilles.

    • Ce sont de minuscules grains de forme plus ou moins ovoïde de quelques dizaines de micromètres de diamètre, initialement contenus dans l’anthère à l’extrémité des étamines des fleurs .C’est l’élément mâle de la plante, en quelque sorte le spermatozoïde végétal qui féconde les parties femelles des plantes.
    • Poussière protéinée libérée par les anthères des plantes
    • Le pollen est une poussière très fine protéinée constituée de grains microscopiques produits et libérés par les anthères des plantes. Lorsque les abeilles butinent, leur corps s’en recouvre et c’est ainsi qu’elles contribuent à la pollinisation des fleurs. Elles en rapportent aussi jusqu’à la ruche, la mélangeant avec le nectar qu’elles récoltent.

Chez les végétaux supérieurs, le grain de pollen constitue l’élément fécondant mâle de la fleur. Le pollen produit se trouve sur les anthères des étamines. Sa forme, sa couleur, ses dimensions varient considérablement d’une plante à l’autre. Pour être fécondée, une fleur doit recevoir du pollen sur son pistil (organe femelle des plantes à fleurs).

La récolte du pollen par l’abeille est possible grâce à l’adaptation spécifique des pattes postérieures des ouvrières. Elle utilise la brosse à pollen située sur la face interne du métatarse pour récupérer le pollen dispersé sur son corps, puis le pousse et le tasse dans la corbeille à pollen située sur la face externe du tibia de la patte opposée. Un poil unique dans la corbeille sert de mât qui maintient la pelote de pollen. Une pelote pèse environ 6 milligrammes, l’abeille en transporte deux. Dans la ruche, le pollen est tassé, avec la tête, par d’autres ouvrières, dans des alvéoles.
Composition du pollen.

  • Le pollen est d’abord une source de protides pour les abeilles, il entre dans la composition de la bouillie distribuée au couvain.
  • Le pollen est également riche en d’autres substances, sa composition moyenne est de :
    • Protides : 20 % (acides aminés libres et protéines)
    • Glucides : 35 % (provenant du miel)
    • Lipides : 5 %
    • Eau : 10 à 12 %

D’autres composants sont présents comme des vitamines B1, B2, B3 ou vitamine PP, B5, B6, B7, B8 ou vitamine H, B9, B12, C, D, E, et provitamine A, des oligo-éléments, des enzymes (amylase, invertase, certaines phosphatases), des substances antibiotiques actives sur toutes les souches de colibacilles et certaines de proteus et salmonelles. On y trouve aussi la rutine, une substance accélératrice de la croissance, des substances oestrogéniques, et de nombreux pigments qui donnent la couleur d’un pollen déterminé.

Pollen: apport protéinique pour les abeilles. Il est récolté dans les fleurs et stockés dans la ruche dans des alvéoles en bordure du couvain. Pour en savoir plus sur le sujet, lisez le pollen, vertus et récolte.

Pollinisation

Transport du pollen de l’ androcée sur le gynécée.La pollinisation est directe lorsqu’elle se produit sur une même fleur et indirecte lorsqu’ elle se produit d’ une fleur sur une autre fleur.

Pollinifère

Se dit d’une plante produisant du pollen que les butineuses peuvent récolter.

Porte-Cupules

Support où s’enfiche une cupule qui permet de manipuler les cupules coiffées de la très fragile cellule royale en cire. Le porte-cupules sera enfiché sur un des supports montés sur la barrette.

Pou des abeilles

Petit diptère qui parasite l’abeille en se cramponnant sur elle.

proboscis (masc.)

Langue de l’abeille, ou suçoir

un proboscis (ou langue) constitué de la maxille et du labium. Le proboscis étendu mesure entre 5,3 et 7,2 mm selon la race, ce qui détermine les fleurs que les abeilles peuvent butiner.

Propolis

Sorte de résine recueillie par les abeilles sur les bourgeons de certains arbres. Les abeilles se servent de la propolis pour colmater fissures et trous de la ruche. Les propriétés thérapeutiques de cette ” résine” sont très intéressantes, notamment la propolis de peupliers très prisée par la pharmacologie.

Résine d’origine végétale utilisée par les abeilles pour colmater l’intérieur de la ruche. Elle est ensuite récoltée par les apiculteurs pour ses propriétés anti-infectieuses.

  • Gomme de bourgeons de marronniers et de saules
  • La propolis est une gomme rougeâtre que les abeilles recueillent sur les écailles des bourgeons des marronniers ou des saules. Elle leur sert à obturer les fentes des ruches et à fixer les gâteaux de cire.
  • La propolis est une résine que les abeilles récoltent principalement sur les bourgeons des arbres et dont elles se servent pour boucher, mastiquer les fentes et petites cavités de leur habitation, consolider les rayons, recouvrir les cadavres des animaux qui s’introduisent chez elles, etc.
    Mélangée à la cire, elles leur sert à construire à l’entrée de la ruche des travaux défensifs contre leurs ennemis du dehors.
    Elles transportent cette résine, comme le pollen, sur leurs pattes postérieures.

Propolis: Substance à base de résines naturelles ramenée par les abeilles dans la ruche. Elles l’utilisent comme mastic pour colmater la ruche. La propolis a des vertus antiseptiques, désinfectantes et cicatrisantes. Apprenez-en plus dans les bienfaits de la propolis.

Prophylaxie (fém.)

  • Ensemble des mesures à prendre pour prévenir les maladies.
  • La prophylaxie est  une priorité  dans la bonne conduite du rucher, elle consiste à mettre en place une série d’actions qui permettront de prévenir le risque sanitaire.

Pupe (ou nymphe)

La pupe (du latin pupa, poupée), chez les insectes diptères, est le stade intermédiaire entre l’état de larve (appelée asticot) et celui d’imago, au cours de la métamorphose1. Elle est donc un cas particulier de nymphe, au même titre que la chrysalide des lépidoptères.

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


Q

QUIMBY

Apiculteur américain né en 1810 et mort en 1875, il fut l’inventeur de la ruche qui porte son nom, d’ un modèle semblable à la Langstroth et dont les dimensions des cadres sont de 46*27 cm. L’ idée de la partition dans la ruche est également de lui. Mais n’ oublions pas l’enfumoir, car s’est M Quimby qui, quelque temps avant sa mort, l’inventa

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


R

Raceuse 

Reine sélectionnée pour la production de futures reines

Rayon

  • Comprend l’ensemble des alvéoles
  • Construction naturelle ou guidée par l’homme à base de cire, et que les abeilles utilisent pour stocker leur couvain, miel ou pollen.

Réducteur d’Entrée (de la ruche)

  • Il est en bois, en plastique ou en zinc.
  • Sa conception est simple.

Comme son nom l’indique, il réduit l’entrée de la ruche et on la place à l’automne afin d’ éviter l’intrusion de plusieurs prédateurs durant l’hiver, notamment lorsque la colonie est vulnérable.

Réfractomètre

appareil qui permet de mesurer le taux d’humidité du miel avant de le récolter.  Son usage simple est très pratique pour éviter de récolter du miel trop humide. Vu le prix modique tout apiculteur devrait en posséder un.

Remérage

Introduction d’ une nouvelle reine.

  • Nom masculin singulier
  • en apiculture, changement de reine dans une ruche.

Reine ou mère (caste)

  • La reine est en fait la mère de la colonie. Elle constitue l’une des trois castes de la colonie (ouvrière, reine, faux-bourdon).
  • Elle a un rôle essentiel, celui de pondre. La force d’une colonie dépend de la vitalité de sa reine (ou mère).
  • Quand elle n’ est plus capable d’ assumer cette fonction, elle est remplacée naturellement ou artificiellement.
  • Seule abeille femelle fécondée de la ruche disposant d’un système reproducteur entièrement fonctionnel. Sa durée de vie est en principe de 5 ans. Certaines auraient vécu 10 ans.

Réunion (de colonies)

Cette opération consiste à réunir deux colonies faibles ou bien une colonie orpheline avec une colonie peu populeuse.

Rive ou cadre de rive

se dit d’un cadre extérieur, contre le bord de la ruche.

Rostre (Masc.)

Synonymes : rostellum, trompe.

Le rostre est souvent prolongé en bec ou suçoir. Chez les Hétéroptères (punaises), les Homoptères (cigales, cicadelles) et le Diptères (moustiques), il s’agit des pièces buccales modifiées en stylets.

Ruche

Habitation d’ un essaim d’ abeilles. On distingue deux sortes de ruches : les fixes (tronc d’ arbre) et celles à cadres mobiles (Dadant, Voirnot etc..), les ruches avec cadres ou avec barrettes, les ruches horizontales ou les ruches verticales… le choix d’une ruche dépend de la situation géographique du rucher, du type d’abeilles et du choix de l’apiculteur.

  • Abri des essaims, composé généralement d’un corps qui contient le couvain et des réserves de nourritures, miel, pain d’abeille… et de hausses qui se posent au dessus du corps de ruche… seules les hausses sont récoltées pour la miellée.
  • La ruche est l’abri qui sert à recevoir un essaim d’abeilles. C’est aussi le nom de la colonie d’abeilles qui y habite. Le rucher, c’est le lieu où sont disposées les ruches.
  • C’est la maison des abeilles ,elle peut être construite par l’homme , en bois principalement , mais aussi en terre cuite , dans un morceau de tronc , en paille , en plastique , en carton ou en polystyrène  . Elle abrite une colonie d’abeilles butineuses qui vit en communauté et gérée par une seule reine.Chaque ruche abrite qu’une seule colonie (une seule famille , une seule reine )La ruche “moderne” est constituée de plusieurs éléments .Il existe plusieurs types de ruches avec des dimensions différentes et des modes d’exploitation qui peuvent différés:  Ruche Dadant (la plus utilisée en Europe) , ruche Langstroth, ruche Voirnot, ruche Warré, ruche Layens, ruche kényane…
  • La ruche Claerr a été créée, comme son nom l’indique, par Gérard Claerr, apiculteur alsacien et lauréat de la fondation de la vocation. La ruche est une ruche divisible composée de corps et hausses identiques relativement légers (“ruche de dames”).Les corps (et hausses) sont de dimensions suivantes: hauteur 250 mm largeur = longueur (carré) de 384 mm.

Ruche Divisible

“Divisible” ça veux dire que le corps et les hausses sont de même hauteur. Langstroth et Warré sont des divisibles, l’avantage c’est la standardisation du matériel par contre il peut y avoir des inconvénients comme par exemple pour la langstroth le poids des hausses lors des récoltes

  • Divisible = tous les cadres sont de même dimension.
  • La langstroth est une divisible, la warrée aussi .
  • La dadant peut se conduire en divisible en n’utilisant que les hausses (passées de 9c en 10c) .

Cette divisibilité, permet de constituer des starters et des nucléus avec facilités et sans autre matériels supplémentaire, lors de l’élevage de reines.

Rucher

  • Ensemble de ruches ; l’emplacement du rucher est primordial pour le bon fonctionnement des colonies :
  • Ensemble de plusieurs ruches sur un même emplacement.

Ruchette

C’est une mini-ruche, contenant 5 ou 6 cadres et qui sert provisoirement à loger un essaim. On trouve également la ruchette d’élevage et la ruchette de fécondation.

Ruelle

La “ruelle” est à la ruche ce que la rue est à la cité.

  • espace entre les rayons d’une ruche
  • espace qui permet aux abeilles de se mouvoir dans la ruche

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


S

Sacciforme (couvain)

Le couvain sacciforme a rarement un impact important sur la santé de la ruche, mais il contribue, avec les autres agresseurs de l’abeille, à affaiblir la colonie. Comme il s’agit d’une maladie du couvain operculé, il sera particulièrement important de le différencier de la Loque américaine, maladie beaucoup plus grave.

Sauveté (Cellule royale de…)

Ressemble à une cellule royale mais plus petite. Cette cellule est construite lorsque la ruche a décidé de changer sa reine durant le phénomène qui s’appelle supercédure. Ces cellules sont au centre du couvain et non en périphérie des cadres.

D’autres événements que l’essaimage peuvent concourir au changement de reine, on les désigne par le terme de supercédure (ou supersédure : du latin super, sur, et sedere, s’asseoir, par extension : avoir le pouvoir, régner). Quand une reine vieillit et ne possède presque plus de réserve de sperme dans sa spermathèque, elle pond des œufs non fécondés, donc des faux-bourdons : la reine est alors qualifiée de bourdonneuse. Cette situation qui met en péril la colonie, alors privée de femelles ouvrières, est prise en mains par les ouvrières, justement, qui entourent la reine jusqu’à l’étouffement : on dit que la reine est ” emballée “. Que sa mort survienne de manière criminelle ou naturelle, de jeunes reines sont alors élevées, dont une seule survit en tuant à chaque fois les autres prétendantes au trône, réduisant à néant les autres cellules royales.

Secouer (cadre)

Action de faire tomber les jeunes abeilles d’un cadre de couvain (cette action de réalise en tapant de façon sèche et vigoureuse sur les bord d’un cadre pour en décoller les abeilles)

Sélection

Celle-ci permet à l’ apiculteur de reproduire des colonies presque “parfaite”, c’ est-à-dire des ruches possédant des reines fécondes avec des abeilles douces et travailleuses, qui n’essaiment pas ou peu et qui “tiennent le cadre”.

Sens

L’abeille en possède plusieurs, orientation, odorat, toucher, vue et ouïe. On ajoutera que l’ abeille a une excellente mémoire, le sens de l’ orientation et une très bonne notion du temps .

Septembre

Ce mois, selon les régions, sera consacré à la récolte ou à la préparation d’un bon hivernage des colonies.

Souche 

Colonie qui élève la “raceuse” dont les larves créeront les futures reines. Cette colonie n’est pas destinée à produire du miel.

Spermathèque

Organe sphérique de la reine où sont stockés les spermatozoïdes des mâles rencontrés lors des vols de fécondation.

SPHINX ATROPOS (sphinx tête-de-mort)

Gros papillon nocturne qui pénètre dans les ruches pour se nourrir de miel.

Starter

Colonie sans reine, riche en nourrices et en butineuses, possédant le moins de couvain possible, voire aucun selon les méthodes employées. Ainsi constituée, cette population est apte à démarrer un très grand nombre de cellules royales. c’est une colonie réalisée pour l’occasion.

Stress (des abeilles)

Le centre de recherche apicole suisse (Agroscope de Berne-Liebefeld) a montré qu’un emplacement optimal est plus important pour le développement des colonies que le facteur génétique ou les mesures d’élevage.

Les 2 principaux agents de stress sont le froid et la faim mais il y en a d’autres (une branche qui casse, une intrusion dans la ruche…). Les abeilles réagissent à la menace en émettant un signal, une phéromone de défense particulière, à un degré proportionnel à l’intensité du stress. Ce signal chimique, encore mal connu par la recherche, peut entraver le développement de la ruche, voire la mettre à l’arrêt (stopper la ponte de la reine par exemple). Si le stress s’accumule, cela peut provoquer un affaiblissement général de la colonie pouvant être fatal.

Suc digestif 

  • Chez les animaux, le suc peut être un liquide sécrété par un organe de l’appareil digestif, comme le suc pancréatique, le suc gastrique ou le suc digestif.

Sucre 

S’ il est préférable de consommer du miel plutôt que du sucre, ne dénigrons pas ce dernier car il est nécessaire pour la fabrication du sirop et du candi.

Supercédure (ou supersédure)

D’autres évènements que l’essaimage peuvent concourir au changement de reine, on les désigne par le terme de supercédure (ou supersédure : du latin super, sur, et sedere, s’asseoir, par extension : avoir le pouvoir, régner). Quand une reine vieillit et ne possède presque plus de réserve de sperme dans sa spermathèque, elle pond des œufs non fécondés, donc des faux-bourdons : la reine est alors qualifiée de bourdonneuse. Cette situation qui met en péril la colonie, alors privée de femelles ouvrières, est prise en mains par les ouvrières, justement, qui entourent la reine jusqu’à l’étouffement : on dit que la reine est ” emballée “. Que sa mort survienne de manière criminelle ou naturelle, de jeunes reines sont alors élevées, dont une seule survit en tuant à chaque fois les autres prétendantes au trône, réduisant à néant les autres cellules royales.

  • à la visite de printemps et d’automne nous trouvons fréquemment des colonies qui remèrent.
  • Les signes sont qu’il y a peu de cellules royales. Généralement une seule au milieu d’un cadre de couvain. On peut en trouver 4 ou 5 mais guère plus. L’aspect est différent car elles ont été édifiées par les abeilles et ensuite pondue par la reine au contraire des cellules de sauveté qui est une transformation d’une cellule d’ouvrière. Elles semblent donc plus longues et on a l’impression qu’on pourrait la décrocher avec les doigts sans l’abîmer. Généralement il y a la présence d’œuf dans la ruche mais pas toujours.
  • Dans ce cas de figure nous marquons la ruche d’une pierre avec la date sur le toit et ne ré-ouvrirons la ruche que 4 à 6 semaines plus tard. On essaye d’anticiper en laissant de la place à la colonie pour éviter d’avoir à l’ouvrir pour poser la hausse par exemple.

Super-organisme

Une ruche peu contenir jusqu’à 80 mille individus l’été qui vivent jusqu’à plusieurs mois pour une abeille, plusieurs semaines pour un bourdon et plusieurs années pour une reine… cependant, aucun des individus de cette colonie ne peut vivre plus de cinq jours or de l’environnement de sa colonie, qui représente un super-organisme.

Un super-organisme est un organisme composé de nombreux individus. C’est en général une unité d’animaux eusociaux, où la division du travail est hautement spécialisée et où les individus isolés ne sont pas aptes à vivre par eux-mêmes sur de longues périodes.

Les insectes sociaux comme les fourmis ou les abeilles sont l’exemple le plus connu de super-organisme, mais on peut appliquer ce concept à d’autres communautés d’individus ou d’espèces.

Dans le cadre de l’étude des insectes sociaux, le terme superorganisme fut forgé en 1928 par l’entomologiste William Morton Wheeler1.

Un super-organisme est une colonie d’individus travaillant de concert pour produire un phénomène gouverné par la collectivité, le phénomène incluant toute activité « voulue par la colonie » comme collecter de la nourriture ou choisir un nouveau site de nidification2. C’est un concept sociobiologique selon lequel une organisation sociale, comme une communauté, transcende les organismes biologiques qui la composent.

Tous les insectes “sociaux” (fourmisabeillestermites…) ont les caractéristiques suivantes :

  • L’existence d’un lieu de vie commun (le “nid”), permettant entre autres la gestion d’un stock de nourriture et la protection des larves ;
  • La longévité du ou des individus reproducteurs (la “reine”) ;
  • La répartition des tâches dans la colonie, avec spécialisation des individus (“castes”) ;
  • La communication entre tous les constituants du groupe social (phéromones, vibrations…).

Une abeille est un individu, mais la “division du travail” est si importante qu’elle est avant tout « ouvrière » ou « reine ».

Seule, l’abeille ne peut survivre,
elle n’est guère plus qu’une pièce dans le puzzle social.

Support (de porte-cupules)

élément fixe du système Nicot. Pièce plastique qui se fixe sur une barrette d’élevage pour y enficher les porte-cupules la tête en bas. sur un cadre Dadant, on fixe 12 ou 13 supports par barrette. Nous utilisons ce matériel fort bien conçu que nous adaptons aux cupules du système Jenter particulièrement efficace.

Support (de ruche)

Cet élément est d’une grande importance, car il permet d’isoler la ruche du sol (humidité prédateur…).

  • Divers supports existent : les socles en bois ou en béton , les supports en acier etc…

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


T

Tamis

Nommé également passoire à miel. il sert à filtrer le miel au sortir de l’extracteur.

Tapotement 

Action de taper sur les parois de la ruche (tout en enfumant abondamment) ou pour vider les abeilles du cadre, soit dans une caisse, soit dans une ruche afin de récolter un essaim.

Température

Les variations de la température jouent un grand rôle dans les activités et les travaux des abeilles. On peut considérer que la température favorable au bon fonctionnement d’ une ruche se situe environ à 25°C à l’ extérieur et 36°C à l’ intérieur de la ruche (en présence de couvain).

La température a également une influence sur la ponte de la mère et l’éclosion du couvain.

“Tenue sur le cadre”

Expression pour désigner la faculté des jeunes abeilles à rester coller sur le cadre lors de sa sortie de la ruche pour inspection, sans s’envoler.

Thermomètre

Si vous faites du candi, il est nécessaire que vous possédiez un thermomètre de confiseur dont les graduations dont de -10 à 120°C.

Toit (élément de la ruche)

Selon le mode d’apiculture choisi, il s’agira d’un toit de chalet ou d’un toit plat, plusieurs matériaux peuvent être employés pour leur fabrication (bois ou paille, bois recouvert d’aluminium, plastique, zinc etc..).

Il est primordial d’isoler le toit, soit par une mousse isolante ou un isolant mince. Le froid en hiver comme le chaud en été auront moins d’impact sur la colonie.

Traitement

Avant tout traitement, n’hésitez pas à demander la venue d’un agent sanitaire, il saura vous conseiller.

Transhumance

Opération qui consiste à transporter les ruches dans une région où la floraison mellifère est abondante. Ce système permet à l’ apiculteur d’ effectuer plusieurs récoltes au cours d’ une même année.

Transvasement

Procédé utilisé par l’ apiculteur lorsqu’ il désir que ses abeilles aient une habitation confortable. Le contenu total , cadres de miel , de couvains et d’ abeilles de leur ruche à une ruche propre brulée et nettoyée. Il existe diverses méthodes de transvasement.

Trophallaxie

Échange de nourriture effectué par toutes les castes de la ruche.

  • Mode de transfert de nourriture
  • Les abeilles possèdent deux estomacs; le premier est destiné à la digestion de l’insecte lui-même. Lorsque l’un d’eux ingurgite de la nourriture, la majeure partie de celle-ci est stockée dans le second estomac, le jabot social, appelé également estomac social.
  • La trophallaxie est un mode de transfert de nourriture utilisé par les abeilles, entre autres insectes hyménoptères. Les abeilles régurgitent de la nourriture pré-digérée contenue dans leur jabot social pour nourrir les autres abeilles de la colonie. Ce transfert ne concerne pas exclusivement les aliments mais permet également de communiquer des informations sur la source de nourriture partagée.

Trou de vol (planche de vol)

voir entrée de vol

Appelé également “entrée de vol”. Il se situe en bas de la ruche. Il permet l’ entrée et la sortie des abeilles. Une bonne observation du trou de vol permet de savoir si la colonie est en bonne santé.

Tubes de Malpighi

Environ une centaine, répartis dans l’abdomen, ils servent à purifier le sang (hémolymphe).

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


U

Ultrasons

émis par le battement des ailes des abeilles, ils font partie des moyens de communication entre elles.

Ultraviolet

couleur complémentaire du bleu-vert que perçoit l’ abeille.

Ustensiles

Parmi les indispensables sont l’enfumoir, le lève-cadre ou le ciseau à bois.

Utilité

pour tous, les abeilles sont utiles. L’ agriculteur qui possède un champ de sainfoin, de tournesol, luzerne, colza… verra son rendement considérablement amélioré. L’ apiculteur se satisfera d’ une bonne récolte de miel et le consommateur se régalera d’ une bonne cuillerée de miel.

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


V

Vareuse

Vêtement de l’apiculteur qui couvre la moitié haute du corps de l’apiculteur.

Varroa destructor (Varroa jacobsoni)

Acarien de l’abeille arrivé en Europe au début des années 1980.

Acarien qui vit dans la ruche et qu’il est impossible actuellement d’éradiquer. Le varroa se reproduit dans le couvain et il inflige à la nymphe des blessures qui sont des portes d’entrée pour les virus. Sans traitement, le varroa se développe et affaiblit la colonie qui finit par mourir. Il existe des traitements chimiques à réaliser en dehors de la miellée et des traitements bio-dynamiques à effectuer durant la miellée.

Le cycle de vie de Varroa est très lié au cycle de l’abeille. En effet Varroa est un parasite obligatoire de l’abeille, il ne peut rester que quelques jours sans se nourrir d’hémolymphe, qui est sa seule source de nourriture. De plus la reproduction de Varroa est étroitement synchronisée sur le cycle de l’abeille.

On distingue 2 phases dans le cycle biologique de varroa : une phase phorétique, en dehors du couvain, pendant laquelle Varroa destructor vit sur des abeilles adultes et une phase de reproduction qui se passe dans le couvain operculé des ouvrières et des faux-bourdons. Une femelle peut faire plusieurs cycles dans sa vie, mais n’est fécondée qu’une seule fois. (Wendling, 2014)

Le varroa est la première cause de mortalité des abeilles

Varroase

maladie parasitaire due à l’acarien Varroa jacobsoni qui atteint les abeilles a tous les stades de leur développement . Ce parasite est un vrai fléau pour l’apiculteur.

Traiter le Varroa prévient la Varroase.

Traitement avant le 15 Août: vous mettez toutes les chances de votre côté pour avoir des abeilles d’hiver en bonne forme pour faire un bon hivernage.

Venin (de l’ abeille)

substance toxique sécrétée par deux glandes et injectée par l’ intermédiaire du dard, ou aiguillon.

  • substance secrétée par l’abeille à travers le dard en piquant l’homme ou un animal .Le venin d’abeille contient une vingtaine de composants chimiques.La quantité de venin injecté par une abeille est de l’ordre de 50 à 100 microgrammes.
  • Le venin d’abeille peut provoque un grave choc anaphylactique

Ventileuse (l’abeille)

abeille ouvrière agitant ses ailes à l’ entrée et à l’ intérieur de la ruche, provoquant ainsi un léger courant d’ air qui favorise le refroidissement de la température, diminue le degré d’ humidité et permet une bonne aération.

VSH (Varroa Sensitive Hygiene)

L’hygiène sensible à Varroa est une caractéristique comportementale des abeilles mellifères dans laquelle les abeilles détectent et éliminent les nymphes d’abeilles infestées par l’acarien parasite Varroa destructor.

voir article

Vierge 

  • Se dit d’une reine non fécondée.

Viscosité

Caractérise la plus ou moins grande fluidité d’un miel.

Voile

accessoire très utile à l’ apiculteur dont il protège le visage contre les piqûres d’ abeille.

Maille ou filet qui protège la tête de l’apiculteur.

VOIRNOT

Né en 1844 et décédé en 1900, l’abbé VOIRNOT est connu pour ses livres apicole et sa fameuse ruche cubique

Vol nuptial (Vol de fécondation)

Vol de fécondation, Vol au cours duquel la reine rencontre de 15 à 20 mâles en moyenne.

Vol durant lequel la reine est fécondée
Nuit de noces – Lune de miel. Se produit par beau temps: au moins 18°. La reine peut être fécondée dès le troisième jour après sa naissance. Si elle tarde de plus de trois semaines, les chances de bonne fécondation disparaissent

Vol de propreté

Première sortie de la colonie dés les premiers jours de beaux temps, après l’hiver. les abeilles vident leurs sacs. A ne pas confondre avec la nosémose*.

  • Les abeilles ne font pas leur besoins dans la ruche.

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


X

Xylocope

Hyménoptère de la famille des apidés, appelé également abeille charpentière, car il fait son nid dans le bois.

haut de page


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVXYZ


Y

Yeux

ceux de l’ abeille sont composés de 3 yeux simples appelés ocelles et de 2 yeux composés à facettes.

Z

Zinc

métal servant à fabriquer des accessoires apicole (grille à reine, grille d’ entrée…), mais qui a tendance à être remplacé par d’ autres matériaux tels que le plastique

haut de page



Acronymes

ADA

ADAGE

 Association de Développement Apicole

Association de Développement Apicole du Grand Est

ADAPI
Association pour le Développement de l’Apiculture Provençale
AMM
Autorisation de Mise sur le Marché
ANERCEA
Association Nationale des Eleveurs de Reines et des Centres d’Elevages Apicoles
ANSES
Agence Nationale de Sécurité sanitaire
ASA Agent Sanitaire Apicole
ASAD

ATEXA

Association Sanitaire Apicole Départementale

Assurance contre les accidents du travail et les maladies professionnelle des non salariés agricoles

CARI Centre Apicole de Recherche et d’Information
CCD Colony Collapse Disorder ( phénomène de disparition des abeilles )
CL Concentration Létale
CNDA Centre National de Développement Apicole
CNRS Centre National de Recherche Scientifique
CNTESA Commission Nationale Technique, Economique et Scientifique Apicole
COLOSS

CSG/CRDS

Prévention Of Colony LOSSes (réseau européen de prévention des pertes de colonies

Contribution sociale généralisée / contribution au remboursement de la dette sociale

DDPP Direction Départementale de la Protection des Populations
DDT DichloroDiphénylTrichloroéthane ( insecticide après guerre )
DGAL Direction Générale de l’Alimentation
DGCCRF Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes
DPEI Direction des Politiques Economiques et Internationales 
DREAM Durabilité de la Ressource en Eau Associée  Aux Milieu
FEEDM Fédération Européenne des Emballeurs et Distributeurs de Miel
FNCA Fédération Nationale des Coopératives Apicoles
FNOSAD Fédération Nationale des Organisations Sanitaires Apicoles Départementales
GDS67 Groupement de Défense Sanitaire
GDSA Groupement de Défense Sanitaire Apicole
GPGR Groupement des Producteurs de Gelée Royale
ICBB Commission international pour la botanique des abeilles
ICPBR

IGP

Commission international pour pour la relation entre les plantes et les abeilles

Indication Géographique Protégée

INRA Institut National de Recherche Agronomique
ITSAP Institut Technique et Scientifique de l’Apiculture et de la Pollinisation
LMGE Laboratoire Microorganismes: Génome et Environnement
LSA La Santé de l’Abeille
MC Mortalité Corrigée
MDO Maladies à Déclarations Obligatoires 
MRC

MSA

Maladies Réputées Contagieuses

Mutualité Sociale agricole

N API N° apiculteur
OMMA

OPIDA

Observatoire des Mortalités et des Alertes chez l’Abeille 

Office pour l’Information et la Documentation en Apiculture

OSAD Organisation Sanitaire Apicole Départementale
PDCB ParaDiChloroBenzène
PGM

PrADE

Plantes génétiquement modifiées

Protection des Abeilles Dans l’Environnement

PSA

PSE

RBA

Plan Sanitaire élevage

Plan de Surveillance élevage

Réseau Biodiversité pour les Abeilles

SCA

SMI

Société Centrale d’Apiculture

Surface Minimale d’Installation

SNA Syndicat National d’Apiculture
SPMF Syndicat des Producteurs de Miel de France
UMR Unité Mixte de Recherche
UNAF Union Nationale de l’Apiculture Française
VINIFLOR Office National Interprofessionnel des Fruits, des Légumes, des Vins et de l’Horticulture
GRDS cheptel Groupement régional Défense Sanitaire du cheptel

 


PDF


Liens :

    • https://www.aux-delices-du-miel.fr/glossaire_et_abreviations_apicole.T.htm
    • https://fr.wikipedia.org/wiki/Apis_mellifera
    • https://www.lapikulteur.com/post/2017/12/06/le-miellat
    • https://fr.wikipedia.org/wiki/Miel_de_sapin_des_Vosges
    • https://unrucheraujardin.blogspot.com/2016/09/vocabulaire-apicole.html
    • http://www.encyclopedie-universelle.net/abeille1/abeille-apidae-apini-apis-mellifera2.html
    • http://abeilleduforez.tetraconcept.com/dossiers-techniques/pratique-apicole/fievre-dessaimage/
    • https://www.bleu-blanc-ruche.fr/9-lexique
    • http://www.fao.org/3/y5110f/y5110f04.htm
    • https://fr.wikipedia.org/wiki/Abeille
    • http://www.janinetissot.fdaf.org/jt_dadant.htm
    • https://www.lesruchersdalexandre.fr/dossier-debuter-en-apiculture/debuter-aspects-techniques/preparer-ruches-a-lhivernage/
    • http://www.apiculteur.ch/
    • http://apisite.online.fr/dico1.htm
    • https://api-mecaspa.pagesperso-orange.fr/apiculture/elevage%20de%20reines/ELEVAGE%20DE%20REINES.htm

6 responses to “Glossaire Apicole”

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.