Abeille noire, italienne, Buckfast… De nombreuses souches d’abeilles peuplent les ruches en France. Comment les reconnaître, et surtout, comment les choisir ? L’apiculteur est toujours à la recherche de l’abeille parfaite, parée de toutes les vertus, qui serait facile à élever, généreuse productrice de miel, économe en nourriture et résistante tant au froid qu’aux maladies…  Mais le choix n’est pas si facile !

Il existe aujourd’hui une multitude de races d’abeilles domestiques destinées à l’apiculture, certaines pures et d’autres issues de croisements. Elles se distinguent sur plusieurs critères comme la pilosité, le mode de nidification, les types de plantes butinées, la tendance à l’essaimage, la sobriété hivernale, etc. Autant de variétés qu’un apiculteur gagnerait à connaitre avant de choisir la colonie qui peuplera son rucher. Nous allons voir les forces et faiblesse des abeilles d’élevage les plus fréquentes en France.


Chapitres


Les abeilles d’élevage les plus fréquentes

L’abeille noire (Apis Mellifera Mellifera)

L’Apis Mellifera Mellifera est plus connue chez les apiculteurs sous le nom d’abeille noire, en référence à sa couleur. C’est une race très ancienne qui est présente sur toutes les régions de France et possède plusieurs écotypes locaux comme l’abeille noire bretonne, l’abeille noire corse, l’abeille noire provençale ou encore l’abeille noire cévenole (traditionnellement élevée dans des ruches tronc).

Elle est très appréciée des apiculteurs français car elle hiverne remarquablement bien, même lorsque l’hiver est froid. Elle résiste bien aux maladies, possède une bonne longévité et s’adapte bien à son biotope. On peut lui reprocher son comportement parfois agressif et son développement un peu lent en sortie d’hiver. Aussi, sa langue courte l’empêche de butiner dans des fleurs avec une corolle profonde.

C’est une abeille locale et polyvalente, particulièrement adaptée aux climats montagnards qui séduira les amateurs comme les professionnels.

Principales qualités :

  • Une butineuse remarquable : L’abeille noire récolte le pollen et le nectar sur une grande variété de fleurs. Elle se démarque des autres races, par ses performances en matière de pollinisation des plantes à fleurs et de productions variées : miel, gelée royale, cire, propolis et venin (à usage médical).
  • Une abeille douce : De pure race, l’abeille noire est assez douce, rarement agressive, surtout si elle est bien sélectionnée et travaillée.
  • Une bonne gestionnaire : L’abeille noire gère bien ses réserves en nourriture, ce qui en fait une abeille peu pillarde. Elle régularise même sa population en fonction de la quantité de nectar qu’elle a récoltée.
  • Une abeille qui s’adapte bien à son milieu : La grande diversité biologique de l’Apis Mellifera-Mellifera montre que cette race d’abeilles est celle qui s’est le mieux adaptée à son environnement et aux diverses conditions climatiques. Une aptitude marquée par sa capacité à bien voler même quand la température est basse. Au fil des années, cette caractéristique s’est désormais inscrite dans le patrimoine génétique de l’abeille noire.
  • Une abeille résistante : C’est une abeille rustique qui résiste bien à l’hiver et aux maladies. D’ailleurs, elle est conseillée en régions montagneuses et là où l’hiver est rigoureux et long. Enfin, l’abeille noire est l’abeille des miellées tardives effectuées en août et au-delà de ce mois. Autant de qualités qui font que l’abeille noire est très utilisée par les apiculteurs et qu’elle est souvent conseillée pour les débutants qui désirent démarrer dans des conditions favorables, non contraignantes.

Principaux défauts :

  • Très craintive, l’abeille noire reine n’est pas facile à trouver !

L’abeille italienne (Apis Mellifera Ligustica)

L’abeille italienne ou abeille jaune doit son nom à son pays d’origine et à sa couleur.

L’Api Mellifera Ligustica est communément appelée abeille italienne en référence à son origine. C’est l’abeille la plus répandue dans le monde (Europe, Amérique et Australie) en raison de ses nombreuses qualités.

C’est une espèce douce qui produit beaucoup de miel, propolise peu et se développe rapidement au printemps. Elle est très féconde et permet une production importante d’essaims. Par contre, elle est plutôt essaimeuse, gourmande durant l’hivernage, sensible au froid et, au-delà de la méditerranée, a du mal à passer l’hiver.

Principales qualités :

  • Une abeille douce : L’abeille jaune n’est pas agressive, sauf en cas de danger, ou quand elle est coupée avec des mâles noirs. Cette douceur de caractère fait qu’elle est facile à travailler. Certains apiculteurs n’hésitent pas à la travailler sans protection.
  • Une abeille productive et populeuse : L’abeille jaune est élevée essentiellement pour sa production de miel. Prolifique, elle pond ses œufs plus rapidement et emmagasine beaucoup de miel. Rien ne l’arrête dans sa production du couvain, pas même le souci d’équilibre en matière de réserves de provisions. Ce qui en fait l’abeille idéale pour la fabrication des paquets d’abeilles et de gelée royale. Dotée d’un odorat assez développé et d’une langue de 6.50 mm, sa production de propolis est très élevée.
  • Une abeille qui s’adapte bien : D’origine italienne, l’abeille jaune n’a pas de problème à s’installer sous d’autres contrées, comme la France, l’Amérique, le Chili, la Nouvelle Zélande, …
  • Une abeille qui résiste au varroa : Contrairement à l’abeille noire, l’italienne résiste mieux au varroa, cet acarien parasite qui nuit à la qualité de la gelée royale et par conséquent au couvain.

Principaux défauts :

  • Trop essaimeuse : A la fin de la grande miellée, l’italienne devient trop populeuse. Elle peut produire plus de couvain que ne peuvent supporter ses réserves. Face à cet élevage excessif, la colonie risque de mourir de faim.
  • Plus fragile : Peu robuste, l’abeille jaune a du mal à passer l’hiver, notamment dans les régions où il fait très froid. Une fragilité qui la pousse à la dérive, et qui expose la colonie à la dépopulation. L’abeille italienne préfère un climat doux.
  • Plus gourmande : Elle se nourrit copieusement pour mieux passer le cap de l’hiver. D’où la nécessité de lui procurer plus de nourriture, sinon elle est capable de manger rapidement le miel qu’elle a produit.
  • Une abeille pillarde : Tous les défauts cités ci-dessus font que l’abeille italienne n’hésite pas à piller ses voisins, pour répondre à ses besoins nutritionnels, notamment en hiver.

L’abeille caucasienne (Apis mellifera caucasica)

Originaire des montagnes du Caucase, l’Apis mellifera caucasica ou abeille caucasienne est présente dans la plupart des pays producteurs de miel. Elle est très populaire aujourd’hui grâce à sa forte capacité à produire de la propolis, un produit aux propriétés reconnus pour la santé. Elle est souvent croisée avec l’abeille italienne.

Il s’agit d’une abeille grise et très poilue qui est réputée pour sa douceur. Elle est travailleuse, résiste bien à l’hiver et produit du bon miel grâce à sa très longue langue qui lui permet de butiner les fleurs profondes (acacia, luzerne). Néanmoins, elle propolise beaucoup et se développe lentement au printemps.

Originaire des montagnes caucasiennes, cette abeille à la pilosité abondante et réputée pour sa douceur, prend également le nom d'”abeille grise”.

Principales qualités :

  • Durée de vie : supérieure à celle des autres abeilles.
  • Bonne productrice : L’abeille géorgienne produit beaucoup de cire et de miel. La longueur de sa trompe lui permet de produire du bon miel en butinant des fleurs profondes comme l’acacia et la luzerne.
  • Fertile : La reine de l’abeille grise est très fertile
  • Résistante : Une abeille qui résiste bien au froid et qui est capable de travailler même en période de pluie et de brouillard. Contrairement à d’autres abeilles, elle affiche une immunité contre les maladies infectieuses
  • Économe : En hiver, elle consomme tellement peu qu’elle ne risque pas d’épuiser ses réserves.
  • Peu essaimeuse : L’abeille grise forme peu d’essaim. Par souci d’économie et pour préserver le peu de nourriture qui leur reste, la reine en arrive même à réduire ses pontes. Par conséquent, avec l’abeille grise, la récolte du miel et du nectar est toujours importante, même quand elle manque de nourriture.
  • Prend soin de sa ruche : En plus du fait qu’elle défend bien sa ruche, elle la tient bien propre, grâce à ses importantes récoltes en propolis. En effet, la ruche de l’abeille géorgienne est remarquable par sa propreté. Ce qui facilite la tâche de l’apiculteur en matière d’entretien.
  • Peu pilleuse : Ne pille pas, même quand ses réserves sont insuffisantes.

Principaux défauts :

  • Championne dans la récolte de la propolis, le plus souvent, elle “propolise” tout l’espace disponible dans la ruche. Un défaut qui gêne l’apiculteur dans ses visites ou pour la récolte.
  • Par contre, et parce qu’elle est fragile face aux courants d’air, d’autres fois et surtout en période hivernale, elle n’hésite pas à utiliser la propolis, parfois de façon excessive, pour boucher les ouvertures de la ruche. D’où la nécessité pour l’apiculteur de visiter régulièrement la ruche.
  • Rustique et résistante, l’abeille grise reste sensible à une maladie contagieuse qui s’attaque à l’appareil digestif, connue sous le nom de nosémose.

L’abeille carnolienne (Apis mellifera carnica)

Originaire du sud de l’Autriche, l’abeille Carniolienne est également appelée carniole. Très fréquente du côté des Alpes et de la Mer noire et plus particulièrement dans les zones urbaines.

La Carnolienne est une grande abeille grise qui est très présente en ville grâce car elle pique rarement. C’est l’une des races d’abeilles qui hiverne le mieux. On dit que c’est une abeille des miellées de printemps car elle se développe rapidement en sortie d’hiver. En outre, elle propolise et consomme peu. On note tout de même qu’elle est essaimeuse et mauvaise bâtisseuse.

Originaire de Slovénie, la carniolienne est une abeille très présente en Europe (classée deuxième à l’échelle mondiale), parfois appelée “l’italienne grise”, de par sa grande ressemblance avec l’abeille italienne.

Principales qualités :

  • Production du miel : la carnica produit beaucoup de miel.
  • Caractère : une abeille douce qui pique rarement, ce qui facilite son élevage même dans les zones urbaines.
  • Sens de l’orientation : l’abeille grise n’a aucun mal à s’orienter et à retrouver son chemin.
  • Durée de vie : la butineuse grise vit entre 4 et 9 jours de plus que les abeilles des autres races
  • Operculation des alvéoles : elle excelle dans cette tâche, surtout en hiver.
  • Entretien de la ruche : le nid de l’abeille grise est souvent bien propre.
  • Résistance : la carniolienne résiste bien à certaines maladies du couvain, telles que la loque européenne.
  • Capacité à s’adapter à différents climats et reliefs : Elle peut être élevée aussi bien en régions montagneuses qu’en zones urbaines. Elle supporte bien les très basses températures, et peut rester jusqu’à 150 jours dans sa ruche, sans sortir.
  • Gestion de l’essaim : l’abeille grise se montre très prévoyante. En cas de sécheresse prolongée (en été) ou face à un hiver rude, lareine en arrive même à interrompre sa ponte. Mais ensuite, sa population se développe et atteint rapidement celles des autres races.
  • Consommation : en limitant sa population, la carnica consomme peu de nourriture. Elle peut même se contenter de la moitié de ses réserves.
  • Précocité : l’abeille grise est connue pour être très précoce, ce qui lui a valu l’appellation d’abeille des miellées de printemps. Ses colonies se développent de manière intensive surtout au printemps.
  • Prolificité : la reine grise est une abeille très prolifique.
  • Butinage : avec longue langue, et sa capacité à s’adapter à différents climats et reliefs, l’abeille grise récolte beaucoup de nectar et de pollen.

Principaux défauts :

  • Elle bâtit mal ra ruche, ce qui peut nuire à la qualité de la colonie.
  • Elle est très essaimeuse.
  • Elle résiste mal à la nosémose et à l’acariose.
  • Elle pille beaucoup, surtout en périodes de famine.

L’abeille Buckfast

L’abeille Buckfast est abeille hybride, créée en Angleterre à partir de croisements de plusieurs races, pour remédier à la détérioration du cheptel de l’abbaye de Buckfast, suite à une épidémie d’acariose.

Il s’agit d’une abeille très douce, peu essaimeuse et travailleuse. Elle hiverne plutôt bien et résiste à certaines malades. Par contre, elle a tendance à consommer beaucoup de nourriture durant l’hiver et propolise beaucoup l’intérieur de la ruche.

Parce que chaque souche possède ses qualités et défauts, Frère Adam, de l’abbaye de Buckfast, a travaillé au siècle dernier sur le croisement de 2 souches : les abeilles italiennes et les abeilles noires. Les hybrides nées de cette union ont pris le nom de “Buckfast”, ou “Frère Adam”. Cette abeille répond à de nombreux critères apicoles et peuple de plus en plus de ruchers.

Principales qualités :

  • Prolificité : une reine très prolifique.
  • Caractère : la Buckfast est reconnue pour sa douceur comportementale, à tout moment et en tout lieu.
  • Butinage : les abeilles Frère Adam sont d’excellentes butineuses. Une tâche facilitée par la longueur de leur langue qui leur permet de butiner diverses fleurs, même celles à corolles profondes.
  • Production : cette abeille hybride produit des récoltes très intéressantes, parce qu’elle est réputée pour être très travailleuse.
  • Résistance : cette abeille est très résistante notamment au climat froid et à certaines maladies (comparée surtout à l’abeille noire)
  • Conservation du miel : l’abeille Buckfast conserve bien son miel et prend soin de l’éloigner du couvain, pour ne pas entraver la ponte.
  • Essaimage : une abeille peu encline à l’essaimage
  • État de la ruche : l’ouvrière Frère Adam est une excellente nettoyeuse. Sa ruche est habituellement propre.

Principaux défauts :

  • Problème d’adaptation : elle s’adapte rarement aux récoltes du printemps
  • Problème de provisions : un défaut qu’on retrouve chez l’une de ses « son ancêtres », l’abeille italienne. Pour bien hiverner, l’abeille Frère Adam a besoin d’une grande quantité de provisions. En effet, elle a tendance à consommer beaucoup de nourriture, ce qui implique de la part de l’apiculteur, une surveillance régulière des réserves, et ce durant toute la période hivernale. Une attention encore plus accentuée surtout quand l’hiver est long ou que le climat est très froid.
  • Problème de propolisation : la Buckfast utilise trop de propolis à l’intérieur de son nid, ce qui ne facilite pas vraiment, pour l’apiculteur, l’opération d’exploitation des produits de la ruche.

Tableau comparatif :

Quels sont les qualités d’une bonne abeille pour l’apiculture ?

  • Une production de miel élevée
  • La douceur, la capacité à rester calme lorsqu’elle est manipulée (critère important notamment pour les débutants en apiculture)
  • Une faible tendance à essaimer
  • Une faible tendance à la désertion
  • La résistance aux maladies (qui déciment tant de colonies)
  • Une faible utilisation de la propolis
  • Peu d’élevage de couvain pendant les périodes de disette pour conserver les réserves

Quelles Abeilles Choisir ?

Quelles abeilles choisir pour son rucher
Quelles abeilles choisir pour son rucher

Si vous voulez en savoir plus sur les abeilles, vous pouvez vous procurer le livre Guide des abeilles, bourdons, guêpes et fourmis d’Europe ou encore Abeilles du monde.


Liens

  • accueillir-ruche-chez-soi
  • https://www.famillemary.fr/blog/post/quelle-abeille-choisir-quand-on-debute
  • https://www.unerucheenprovence.com/post/quelle-race-dabeilles-choisir
  • https://www.rucher-ecole-du-chablais.fr/quelles-abeilles-choisir-pour-son-rucher/

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.