Que ton aliment soit ton seul médicament

Acheter directement aux producteurs sinon dans des circuits courts, prendre un peu de temps et de plaisir pour cuisiner, (re)découvrir les légumineuses, respecter les saisons, apprendre à connaître les fruits et légumes, manger moins de viande, bien regarder les prix avant d’acheter, réutiliser les restes... Manger “bio” ou manger "bon" ne veut pas forcément dire manger plus cher. Mais cela veut bien dire manger plus sain et plus sobre en CO2 quand les produits sont locaux.

Le “bio” n’est pas forcément local et sobre en carbone. Prenez des fruits “bio” venant du Brésil, ils ont voyagé en avion. Prenez des pommes “bio” conditionnées en barquettes et sous plastique, elles produisent des déchets. Le “bio” est une charte que doit respecter le producteur mais qui ne garantit pas de consommer “local” ou “décarboné”. A l’inverse, s’il ne travaille pas officiellement en "bio", rien n’indique à part sa bonne parole que…

Read more
  • 0

“La Ruche qui dit oui!”, mais encore…

En 2011, la première Ruche qui dit oui! ouvrait ses portes à Fauga, en Haute-Garonne, c'est à ce jour 700 "ruches" dans tout le pays.

Son principe est de mettre en relation des petits producteurs et des consommateurs. Fruits, légumes, viandes, boissons, fromages...  (suite…)

Read more
  • 0

Les Bienfaits de l’Alimentation Locale

Avec des émissions en CO2 qu’il devient urgent de limiter, des producteurs locaux qui subissent la pression exercée par la grande distribution, et des produits de plus en plus difficiles à tracer, de nouvelles alternatives trouvent peu à peu leur voie jusqu’aux consommateurs hexagonaux. Consommer local, vous avez déjà essayé ? Si non, voici quelques (très) bonnes raisons de tous nous y mettre !

ACHETER LOCAL, ÇA VEUT DIRE QUOI ?

Ca signifie manger des produits français voire manger des produits cultivés, récoltés ou élevés régionalement. Soyons pragmatique, on considère comme locaux les produits issus de notre environnement le plus proche.

Scientifiquement, on parle de « kilomètres alimentaires » («food miles» pour nos amis anglophones). Ainsi, au-delà de 500 kilomètres alimentaires, les produits ne peuvent pas être considérés comme « locaux ». Selon la réglementation fr…

Read more
  • 0