Comment doit-on établir un calendrier apicole ?

  • Le calendrier apicole guide le travail de l’apiculteur et l’aide à harmoniser ses activités avec la floraison et le cycle de développement naturel des abeilles.
  • Le calendrier apicole aide l’apiculteur dans l’élevage d’abeilles en lui donnant des repères dans le temps.

Les différentes périodes du calendrier apicole

Dans le calendrier apicole, l’année est subdivisée en 5 grandes périodes :

CALENDRIER APICOLE

Période Phase
Mars/avril Démarrage des colonies (prévernale).
Avril/juin Miellée de printemps (vernale).
Juin/juillet Miellée d’été.
Août/octobre Préparation de la colonie en vue de l’hivernage.
Novembre/février Hivernage.

Calendrier apicole : à chaque période ses activités

Dans l’année de la ruche, chaque période comporte des activités spécifiques :

PHASES DU CALENDRIER APICOLE : ACTIVITÉS

PHASES CARACTÉRISTIQUES
Phase prévernale
Mars/avril
  • C’est la visite de printemps, elle se caractérise par une mobilité normale des abeilles.
  • Le climat est peu propice à une activité intense de recherche de pollen et de nectar.
  • Dans la ruche, c’est la période de développement des abeilles.
  • Lors de cette première ouverture de la ruche, l’apiculteur évalue l’état sanitaire de la colonie (maladies, vérification de la présence d’une reine, réfection).
  • Il choisit les individus les plus à même de la développer.
  • Le début de l’élevage des reines se fait vers mi-avril.
Phase vernale
Avril/juin 
  • L’éleveur procède aux travaux d’orientation en vue de la miellée.
  • Les abeilles butinent peu.
  • Au sein de la ruche, la colonie témoigne d’un fort accroissement et s’active beaucoup.
  • L’apiculteur doit être vigilant en raison du début de l’essaimage.
  • Il doit disposer les hausses dans la ruche au fur et à mesure et procéder à la pesée.
Période estivale
Juin/juillet
  • Elle correspond à la phase de miellée de printemps (fin juin) et d’été (fin juillet).
  • Dans la nature, pollen et nectar sont abondants, mais la collecte dépend du climat.
  • Les individus s’activent dans la ruche pour assurer la production de miel.
  • Toutefois, la phase de diminution de la population se prépare déjà.
  • L’intervention de l’éleveur devient moins importante, mais régulière.
  • Il peut procéder à l’introduction des jeunes reines pour renouveler l’espèce.
  • La qualité du miel obtenu à cette époque est différente de celui de la phase précédente.
  • C’est la période du miel d’acacia et de sapin.
Phase été-automne
Août/octobre
  • C’est la période de la visite d’automne : l’apiculteur vérifie les provisions de la ruche afin de préparer la ruche à l’hivernage.
  • C’est la fin de la miellée :
    • les abeilles collectent du nectar malgré la rareté des fleurs et stockent le pollen,
    • la mobilisation dans la ruche a décru,
    • le taux de ponte de la reine est faible, engendrant une diminution des individus.
  • Les manipulations de l’apiculteur sont aisées grâce à l’absence de hausses :
    • il régule l’approvisionnement en pâte ou en sirop en fonction des provisions disponibles dans le nid,
    • c’est le moment de la prévention contre la varroase et de la réalisation des divers examens.
Période hivernale (hivernage)
Novembre/février
  • Dans le nid, la mobilité des individus est réduite.
  • Des envols sont tout de même assurés pour veiller à la propreté de l’habitat (vols de propreté)
  • Les individus consomment le stock et les apports (miel de corps, candi et sirop).
    • Une ruche, Dadant 10C, doit peser 35kg sinon réaliser des apports en candi
  • L’apiculteur nettoie le matériel, renouvelle les cadres et dresse le bilan et le plan de travail annuels : il vend également du miel.

Calendrier apicole et sylvestre

Les abeilles butinent le nectar des fleurs avec lequel elles produisent le miel. Elles ont aussi besoin de pollen pour se nourrir. Elles peuvent également récolter des miellats, un liquide sucré déposé sur des arbres ou des plantes par des pucerons.
Si toutes les plantes à fleurs produisent plus ou moins de pollen, toutes ne disposent pas de nectar, comme les mimosas et les roses qui en ont peu. D’autres sécrètent un nectar toxique ou inaccessible.
L’environnement botanique aux alentours d’une ruche est donc fondamental. Il doit varier les plaisirs ! Recherchez des cultures florales juxtaposées. Ainsi, les fleurs sont diversifiées et leur floraison, étalée du printemps à l’automne.

Ch.Dadant, créateur d’un modèle de ruche

Janvier :

Au rucher et atelier.

Les abeilles ne sortent pas de la ruche, il est bien de poser un pain de candi sur le trou de nourrissement du couvre-cadres.  La neige sur le toit isole efficacement.

  • Contrôler les cotés des ruches intéressant les pics-verts.
  • La colonie forme la grappe dans la ruche, profitez-en pour nettoyer le terrain, débroussaillage, il est possible de repeindre les ruches en hivernage.
  • Préparation des cires de cadre.

Floraison:

Fin d’hiver

Février:

 Au rucher

Trop tôt pour ouvrir les ruches. Contrôler les réserves de candi, une tuile posée devant le trou d’envol permet d’occulter les rayons du soleil, de freiner les sorties trop précoces.

Floraison:  

  • Aulnes blancs,
  • Noisetiers,
  • Pruniers et Arbousiers sont en fleurs,
  • pollen de Noisetier très apprécié par les abeilles.

Mars

Au rucher:

Nettoyer les planchers des ruches par journées chaudes. Commencer le nourrissement au sirop sucré.
Apprécier les rentrées de pollen définissant que l’élevage a débuté. Visite de printemps.

  •  Mise en place du traitement anti Varroa.

Floraison: Noisetiers, Pruniers, Arbousiers, Erable argenté, Frêne à fleurs, Poirier commun, Cerisier, Erables negundo et de Montpellier, Buis, Erable rouge.

Février-Mars

Début de printemps

Avril

Au rucher:

Poursuite du nourrissement stimulant la ponte de la reine, Avril et Mai sont les mois de grande ponte. Importer deux cadres neufs par ruche.

Visite de surveillance des cellules royales.Le déplacement des ruches à cette époque stimule l’activité des abeilles.
entre 5 et 6 cadres de couvain pour les ruches fortes.

  • Préparer les hausses.

Floraison: Frêne à fleurs, Poirier commun, Cerisier, Erables negundo et de Montpellier, Buis, Erable rouge, Baguenaudier, Erable à feuille d’obier, Arbre de Judée, Erable champêtre, Erable plane, Arbousier glanduleux, Eucalyptus, Cerisier à grappes, Murier blanc, Acacias, Erable sycomore, Cormier , Alisier blanc , Cytise, Pommier.

Mai

Au rucher:

C’est le début de la grande miellée, ajouter des cadres, mettre une  hausse pour agrandir le volume de la ruche. Surveiller l’essaimage ou le former artificiellement.

  • Tout traitement sanitaire doit être enlevé lors de la pose de hausses.

8 à 9  cadres de couvain pour les ruches fortes.  

Floraison: Arbousier de Chypre, Buis,  Eucalyptus, Sorbier intermédiaire, Arbousier glanduleux, Murier blanc, Acacias, Erable sycomore, Cormier, Alisier blanc, Cytise, Alisier torminal , Févier d’Amérique, Amorpha, Murier noir, Cerisier tardif.

Fin de printemps

Juin

Au rucher:

A partir du 20, extraction du miel en plaine.

S’assurer que les ruches ayant essaimé ont encore une reine et remérer, diviser les colonies puissantes.
Bon mois pour l’élevage de reines.

  • Placer des ruches pièges.
  • Débroussaillage.
  • Préparer miellerie et matériels d’extraction.

Floraison:  Eucalyptus, Amorpha, Murier noir, Arbre-oseille, Tilleul à grandes feuilles, Arbousier du Xalap, Sorbier des oiseleurs, Cytise des Alpes, Tilleul des bois, Arbre à miel, Arbre au liège.

Juillet

Au rucher:

Avant le 15, extraction du miel en moyenne montagne.

Les pillages ont souvent eu lieu dans ce mois, époque à laquelle cesse la grosse miellée.
Vérifier la ponte des jeunes reines.

Floraison: Eucalyptus, Murier noir, Arbre-oseille, Arbousier du Xalap, Cytise des Alpes, Arbre à miel, Tilleul argenté, Savonnier, Sophora du Japon.

(Juillet-Août)

Août

Au rucher:

Avant le 10, extraction du miel  montagne.

Dès la récolte, effectuer les traitements contre la varroase.

Début du nourrissement d’automne.
Réunion des colonies faibles.

Floraison: Eucalyptus, Savonnier, Arbre-oseille, Sophora du Japon.

Septembre

Au rucher:

Protéger du froid les colonies, transvaser les dernières ruchettes. Poursuite du nourrissement et du traitement sanitaire.

Visite d’automne et mise en hivernage. entretien  des alentours des ruches.

Floraison: Arbre-oseille, Arbousier.

(Septembre octobre)

Automne

Octobre

Au rucher:

Ultime ouverture au début de ce mois pour vérifier l’état de la colonie; nourrir à hauteur de 15 kilos/ruche, une ruche consomme de 16 à 18 kilos de miel du 1er Octobre au 15 Avril.

Floraison: Arbousier.

Novembre

Au rucher:

Baisser la grille du trou d’envol et arrimer les ruches au banc, désormais le silence s’installe.
Ne pas craindre le grand froid mais éviter les emplacements humides.

Floraison: Arbousier.

Décembre

Au rucher:

Envoyer avant le 31 Décembre la déclaration annuelle des ruchers à la Direction des Services Vétérinaires.  Tenir un registre d’élevage.

  • Pose d’un pain de candi dès les premières fortes gelées.

Floraison: Arbousier.


Des plantes mellifères en fonction des régions

Les ressources mellifères varient selon les régions, l’altitude et le milieu (plaine, ville, forêt…).

En montagne, la variété des plantes garantit une récolte de nectar étendue. La transhumance des ruches permet de bénéficier des floraisons de courtes durées et des plantes mellifères situées à diverses altitudes (rhododendronsbruyères, épilobes).

En région méditerranéenne, les butineuses profitent d’une multitude d’espèces mellifères (lavandethym…) dont certaines fleurissent l’hiver (arbousierromarin).

En plaine, les récoltes sont liées aux paysages. Certaines monocultures sont des déserts apicoles (betteraves), d’autres, intéressantes (tournesol, colza, luzerne). Des prairies très mellifères (trèfles, pissenlits…) aux vergers (pommierscerisiers…), en passant par les forêts (robiniers, troènes, sapins) ou les haies (ronces, aubépines…), les abeilles ne cessent de récolter, du printemps à l’automne. Des végétaux à floraison tardive (lierres, bruyères communes ou ravenelles) permettent, en outre, de compléter leurs réserves d’hiver.


Conseils pratiques aux apiculteurs pour les visites

  • Procédez à la visite de printemps par beau temps.
  • Effectuez la transhumance début juin s’il y a lieu.
  • Récoltez le miel en juillet pour disposer de miel « toutes fleurs » et procédez à plusieurs récoltes pour avoir des saveurs différentes.
  • Veiller à ne pas récolter le miel trop tardivement, car le nid doit s’accommoder au froid.
  • Vérifiez le degré de propreté après l’hivernage, c’est un indicateur de la qualité de l’espèce.
  • Une jeune reine est gage de bonne productivité mellifère, profitez des différentes périodes de l’année pour préparer le renouvellement de la reine.

Questions réponses

1) Comment doit-on établir un calendrier apicole ?

2) A quoi sert-il ?

  • Le calendrier apicole sert à comparer la courbe probable de ponte de la reine avec les miellées. On peut également anticiper une ponte de la reine par ajout de sirop protéiné tiède un mois avant une miellée afin de produire des butineuses au bon moment.
  • A partir de là il est possible d’intervenir de diverses manières: blocage de la ponte, orphelinage,

3) Que fournissent les plantes dites “apicoles” ?


Les variétés de plantes mellifères selon les besoins des agents pollinisateurs

Pour assurer aux abeilles une biodiversité suffisante à l’élaboration de leur miel et donc la pérennité de leur existence dans l’environnement, il faudrait planter des espèces mellifères diversifiées pour leur permettre l’accès aux 4 éléments dont elles ont une absolue nécessité (nonobstant l’eau).

Nectar

  • D’abord le nectar : passé de bouche en bouche (trophallaxie) par les abeilles ouvrières, il donne le miel

Le nectar est un suc sécrété par les nectaires des plantes. C’est la matière première du miel.

Fonction

Cette substance possède un pouvoir d’attraction sur les insectes (abeille) ou certains oiseaux (oiseaux-mouches). En venant s’alimenter sur la plante, ils permettent sa fécondation en provoquant involontairement sa pollinisation.

Les plantes ayant du mal à se reproduire le doivent fréquemment à une mauvaise qualité de pollen ou de nectar (comme l’avocatier par exemple) ou à une localisation de ces éléments complexe à atteindre (vanille).

Composition

La composition des sucres du nectar est particulièrement stable au sein d’une même espèce mais variable selon les espèces. Le nectar est le plus souvent composé d’environ 50% de fructose et 50% de glucose. Le saccharose est rarement présent et lorsqu’il l’est , c’est en faible quantité. Parce que la valeur énergétique du nectar est importante pour les animaux qui visitent les fleurs, la quantité de nectar est fréquemment exprimée par la teneur en sucre (mg sucre par fleur).

Les animaux se nourrissant de nectar (nectarivores) peuvent être intoxiqués quand les végétaux ont été traités avec certains insecticides.

Le nectar chez les abeilles

Quand une abeille (Apis mellifera L. ) rentre d’un vol de butinage fructueux, elle décharge le contenu de son jabot auprès de receveuses localisées dans la ruche. Le nectar qui arrive est fréquemment partagé par trophallaxie et il débute ainsi à circuler au sein de la ruche.

Les sources de nectar : érable champêtre, colza, châtaigner, clémentinier, cotonéaster, vipérine, eucalyptus, framboisier, lavande, salicaire, luzerne, mélilot, vigne vierge, phacélie, brunelle, amandier, rhododendron, framboisier, moutarde, sophora du japon, pissenlit, sauge, thym, trèfle incarnat, trèfle blanc.

Pollen

  • Ensuite le pollen : la source de protéines indispensable à la colonie

Le pollen est une farine ou poussière désignant l’élément fécondant mâle des étamines d’une fleur. De forme ovoïde le pollen mesure quelques micromètres et peut se présenter sous plusieurs couleurs.

Un peu de biologie

Le grain de pollen possède en général deux ou trois cellules non cloisonnées et deux noyaux : un végétatif (qui comporte l’amidon) et un reproducteur.

Il contient de fortes proportions de protéines (10 à 40%) accompagnées de tous les acides aminés réputés. De nombreuses vitamines lui sont attribuées comme la vitamine C, vitamine E, vitamine PP et la pro-vitamine. On trouve également des minéraux essentiels tels que le sélénium, le calcium, le fer … ainsi que des facteurs antibiotiques naturels et de multiples autres constituants.

Les plus petits grains de pollen sont ceux du myosotis mesurant 7µm, et ceux de la courge les plus gros (10µm).

La pollinisation

Afin de féconder le pistil d’une fleur femelle, le pollen doit être transporté. Les insectes dont les abeilles sont de très bons transporteurs. Afin d’assurer la descendance de la plante, celle-ci doit être la plus visible possible pour les butineurs. Certaines se parent de couleurs très prononcées, d’autres émettent des odeurs par le biais de phéromones afin d’attirer les abeilles, certaines élaborent des tactiques très recherchées. C’est le cas de la Sauge qui met son nectar tout au fond de sa fleur ce qui oblige les insectes à toucher les étamines qui viennent se coller sur leur dos.

Le pollen vient s’agglomérer autour des pattes des butineurs qui forme une pelote. Chaque pelote contient des milliers de grains de pollen. Elles sont indispensables pour faire du miel.

Les vertus du pollen

Tout comme le miel, le pollen est bénéfique pour la santé. Riche en nutriments, le pollen concentre de nombreux avantages. Il peut être utilisé comme complément alimentaire ou comme vertus médicinales. En effet, il contient des substances immunostimulantes qui permettent de renforcer les défenses immunitaires. On l’utilise également pour ces bienfaits sur le système digestif en régulant le transit intestinal mais aussi en favorisant l’absorption des micronutriments essentiels à l’organisme et en aidant ce dernier à éliminer les toxines. Il est aussi tonifiant, stimulant pour le système nerveux et pour la masse musculaire sans oublier ses effets dynamisants et anti-stress.
Des études ont montré que cette denrée permet de diminuer les bouffées de chaleur lors de la ménopause et les inflammations de la prostate.

Le pollen est à l’origine d’allergie. Il est donc déconseillé d’en prendre si on y est sensible.

Les espèces sources de pollen : bouleau, marronnier, noisetier, aubépine, bourdaine, tournesol, coquelicot, brunelle, merisier, saule marsault, renouée du japon, bouillon blanc…

Miellat

    • Puis le miellat : les excrétions sucrées des pucerons sont transformées en miellat.

Les meilleures sources de miellatle sapin blanc et les chênes.

Propolis

    • Le Propolis : La résine est transformée en propolis dans la ruche. Elle est utilisée pour lisser les alvéoles, rigidifier les rayons et boucher les entrées d’air. Ses propriétés fongicides et bactéricides servent aussi de médicament pour la colonie.

Les meilleures sources de propolis : lierre grimpant, peuplier tremble, résineux.

Si vous avez peu de place, il existe certains végétaux comme l’érable champêtre, le châtaignier, le pommier, le merisier, le poirier, le tilleul qui fournissent à la fois du pollen, du nectar et du miellat.

  • Le lierre grimpant fournira : nectar, pollen et propolis.
  • Et le peuplier tremble : miellat, pollen et propolis.


4) Différencier plantes nectarifères et plantes pollinifères.

  • Les plantes nectarifères fournissent le nectar avec lequel l’abeille va faire le miel.
  • C’est une source d’énergie pour l’abeille (sucre). La production de nectar dépend de la température de l’humidité de l’air et du sol.
  • Les plantes pollinifères fournissent le pollen source de protéines pour l’abeille.
  • L’abeille va se charger de la dissémination du pollen et par là de la fécondation des végétaux.

5) Comment pourrait-on aménager son jardin, son verger, son potager en fonction des abeilles ?

  • Choisir des fleurs, haies et arbres qui offrent des caractéristiques apicoles intéressantes tout le long de la saison apicole.
  • Y planter des plantes condimentaires mellifères (thym, sauge, origan, romarin...) et des arbustes fruitiers (framboises, cassis, groseilles...)
  • Vieller à la présence d’un point d’eau à proximité du rucher.

6) Que pourrait-on semer comme plantes apicoles dans les terrains incultes ?

7) S’il vous était demandé d’apporter des colonies chez un maraîcher, quels seraient les fruits les plus intéressants pour vos abeilles ?

8) Dites ce que vous savez du colza.

  • Le colza (Brassica napus) est une plante annuelle à fleurs jaunes de la famille des Brassicacées, famille
    anciennement nommée Crucifères. Elle est largement cultivée pour la production d’huile alimentaire et d’agrocarburant. C’est, avec le tournesol et l’olivier, l’une des trois principales sources d’huile végétale alimentaire en Europe.
  • La pollinisation du colza par l’abeille permet d’améliorer les rendements. Elle fournit assez bien de nectar et donc de miel. Ce miel a le défaut de cristalliser rapidement et sa qualité est moyenne.
  • Si l’agriculteur épand de l’insecticide au mauvais moment, les colonies risquent d’être détruites.

9) De quelle couleur est le pollen de : la bourrache, du pissenlit, l’aubépine, des ronces, du trèfle blanc ?

  • Bourrache: gris
  • Pissenlit: jaune foncé, légèrement orangé
  • Aubépine: jaune pâle
  • Ronce: gris très foncé
  • Trèfle blanc: brun rouge.
couleurs des pollens des plantes, arbres & arbustes mellifères

10) A propos de la phacélie a feuilles de tanaisie.

  • Famille des borraginacées, 40 à 80 cm, floraison en été, très mellifère.
  • Miel épais de couleur jaune clair et d’un goût aromatique délicat.

Les plantes mellifères

Les abeilles et autres insectes butineurs vivent aux rythmes des saisons, des floraisons. 20% des plantes utilisent le vent pour disperser le pollen, les 80% restant sont dépendantes de ces insectes.

Elles adoptent alors une stratégie qui leur est propre pour attirer le plus de visiteurs : la grande majorité d’entre elles produisent alors du nectar. Ces végétaux sont donc qualifiés de mellifères. Afin d’assurer des réserves correctes aux colonies et d’avoir du miel, ces plantes et arbres sont indispensables.

En revanche il ne faudra pas les « arroser » de produits phytosanitaires qui pourraient décimer les pollinisateurs par centaine. Il également à noter que tous les végétaux sont indispensables dans la nature mais également pour les insectes: il ne faut pas éradiquer les plantes peu mellifères.

Toutes les fleurs sont nécessaires de part les variétés protéiques qu’elles apportent. Il est important de bien savoir les identifier afin de créer de la diversité végétale mais aussi pour augmenter le poids des récoltes finales. Les fleurs sont la ressource nectarifère qu’attendent tous les apiculteurs pour remplir leur hausse.

Outre cet apport alimentaire, connaître les fleurs permet de prévenir les faits et gestes des colonies : la venue du bouton d’or par exemple permet d’annoncer la période d’essaimage …



Valeurs énergétiques de quelques pollens (ciste, châtaignier, saule, bruyère, pavot)


Couleurs des pollens

Calendrier des floraisons de plantes mellifères



Plantes & fleurs mellifères – Calendrier

Le planning se lit verticalement. Il indique le fleurissement des plantes et fleurs selon la période.


Plantes nectarifères et pollinifères à semer et à planter

281217-plantes_attractives-abeilles
Plantes Attractives Abeilles

Introduction de jachères florales en zones de grandes cultures : comment mieux concilier agriculture, biodiversité et apiculture ?

C54Decourtye
C54Decourtye

Plantes Mellifères


Plantes d’intérêt mellifère en Belgique


Les cultures dérobées polliniques et mellifères


Choisir l’emplacement de son rucher



PDF

Sources

  • https://ruche.ooreka.fr/comprendre/calendrier-apicole
  • http://rucherecole68.thann.free.fr/Calendrier%20apicole/l_annee_apicole_de_lapiculteur_debutant.pdf
  • https://www.imicri.org/calendrier-apicole/
  • https://www.rustica.fr/articles-jardin/apiculture-calendrier-travaux,3101.html
  • http://st-ambroise.be/Consultation/calapi.pdf
  • https://www.apiculture.net/blog/comment-et-quand-installer-des-hausses–n229
  • https://www.apiservices.biz/fr/articles/classes-par-popularite/1429-le-pas-a-pas-calendrier-d-une-saison-apicole-2017
  • https://www.unaf-apiculture.info/la-pratique-de-l-apiculture/informations-reglementaires.html
  • https://kokopelli-semences.fr/fr/p/F0257-a-feuilles-de-tanaisie
  • https://jardincomestible.fr/plantes-nectariferes-et-polliniferes-mois-par-mois/
  • https://jardin-secrets.com/plantes-melliferes-et-polliniferes-article-966,154,fr.html
  • https://www.clematite.net/2512-plantes-nectariferes-et-polliniferes-pour-les-abeilles
  • https://www.permaculturedesign.fr/meilleures-plantes-melliferes-nourrir-abeilles-toute-annee-apiculture-naturelle/
  • http://avosruches.com/
  • https://www.youtube.com/channel/UCmTgwnCSHRwSyqE120_H4QQ
  • http://calendrier-lunaire.info/apiculture-et-calendrier-lunaire-optimisation/
  • https://www.icko-apiculture.com/calendrier-lunaire.html
  • https://www.rustica.fr/jardiner-avec-lune/calendrier-lunaire-apiculteur,5244.html
  • https://abeille-et-nature.com/index.php?cat=apiculture&page=apiculture_biodynamique
  • https://www.partage-culture-aspe.com/les-conf%C3%A9rences-pass%C3%A9es/2-biodiversit%C3%A9/les-abeilles-en-montagne/
  • https://www.apiculture.net/blog/juillet-faire-lapiculteur-n120
  • https://www.gerbeaud.com/apiculture/ruche-travaux-juillet.php
  • https://www.imicri.org/calendrier-apicole/

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.