Si sa richesse en vitamines et oligo-éléments en fait le parfait allié du sportif, les bienfaits de la châtaigne sont profitables à tous.

Châtaigne et marron : quelle différence ?

La châtaigne est le fruit du châtaignier sauvage.

Le marron, que nous consommons sous diverses formes (marron glacé, crème de marrons, dinde aux marrons, …), est en fait une grosse châtaigne cultivée, ronde et sans replis de peau à l’intérieur de la chair. La bogue du marron ne contient qu’1 seul fruit, alors que celle de la châtaigne en comporte 3.

Il ne faut pas le confondre avec le marron d’Inde, fruit toxique du marronnier d’Inde (ou marronnier commun) que l’on trouve souvent en ville.

Châtaigne et marron appartiennent au groupe des fruits dits “à écale”, c’est-à-dire des fruits protégés par une coque solide (et le plus souvent imperméable).

Apports nutritionnels de la châtaigne

Bienfaits de la châtaigne sur la santé

  • source d’énergie
  • évite les pics de glycémie, c’est-à-dire l’élévation brutale du taux de sucre dans le sang (grâce à sa forte teneur en amidon “résistant”, c’est-à-dire qui est digéré très lentement, et de façon incomplète)
  • action contre le “mauvais” cholestérol
  • favorise la satiété
  • protection du système nerveux
  • protection du système immunitaire
  • prévention de l’anémie
  • action anti-infectieuse
  • action contre la fatigue
  • facilite la digestion
  • protection contre les maladies cardiovasculaires
  • protection contre le diabète de type 2
  • relaxant musculaire et nerveux

La châtaigne ne contient pas de gluten : elle est recommandée (notamment sous forme de farine) pour les personnes intolérantes au gluten, ou atteintes de maladie cœliaque.

Comment la consommer ?
Il est préférable de manger la châtaigne simplement grillée, bouillie ou cuite à la vapeur afin de conserver tous ses atouts sans apport de corps gras.

Il est recommandé de ne pas consommer plus de 10 châtaignes par jour (soit 200g).

Contre-indications
Attention : la châtaigne peut provoquer des allergies alimentaires, notamment chez les personnes allergiques aux arachides, et chez les enfants issus d’une famille où 1 ou plusieurs personnes souffrent d’allergie alimentaire (père, mère, frère, soeur) : par précaution, il est recommandé d’attendre que l’enfant ait 3 ans pour lui faire consommer des châtaignes. En cas d’allergie alimentaire familiale avérée, demandez conseil à votre médecin.

Sa forte teneur en amidon peut rendre la châtaigne difficile à digérer si elle n’est pas correctement cuite. Sa consommation excessive doit parfois être évitée par les personnes souffrant de ballonnements, de colite et de maladies hépatiques. Si tel est votre cas, parlez-en à votre médecin.